La dernière étreinte

Martine Coppier/ Etreinte (photo et monotype)

La dernière étreinte :

La muse se meurt  dans les mains de son amant, bourreau.

D’une dernière étreinte, enlacés , corps mêlés, bouches  mordues,

Le sang  a souillé la pierre angulaire sur laquelle ,

Tel un sacrifice, un rite de passage, un mythe, il l’étrangle

 Et la dévore de ses baisers assassins.

Le velours de ses lèvres a cheminé le long de son épine dorsale,

 Remontant en une suave caresse vers cette nuque gracile.

Ses mains ont palpé, fouillé son corps frissonnant

Sous des vagues de plaisir, nimbé de sueur et d’humeur.

Elles se sont réunies en un cercle magique, ont pressé

Sur cette chair fiévreuse.

Un craquement de branche sèche, un cri étouffé,

Une larme de sang, un flot noir et visqueux.

Plus rouge  la bouche, sur cette pâleur nue,

Translucide la peau si convoitée, si chérie, si haïe.

La mort pose sa mantille et emporte avec elle

L’ âme de l’Amour du poète,

Et son dernier regard pour elle ,

Pour ce sarcophage vide, cette coquille brisée.

Le loup a surgi sans prévenir et a assouvi

Son sanguinaire dessein, emportant dans ses babines

Le solitaire tueur d’espoir, l’amant cannibale.

Dans la tourmente de vent et de neige qui s’abat,

Il trace son passage sur le lac gelé,

Et les os et la chair refroidie confusément dressés

En une tombe où règne en maitre…Le silence !

Publicités

2 commentaires

  1. Je suis écrivain, artiste et l’auteure de cette « photo-monotype », de cette étreinte graphique à qui vos mots ont donné une nouvelle dimension, à la Lautréamont ou à la Hans Bellmer, graveur de l’amour et de la mort.
    Magnifique texte, peut-être plus « noir » que l’ambiance me semblant se dégager de cette scène, mais qui inspire chacun à sa manière.

    • Vague, onde, emotion, inspiration, musique… le négatif d’une photo ,parfois, se dévoile plus nuancé au bain révelateur avant de se fixer définitivement dans le bain suivant…etreinte graphique sous lumière noire , une autre manière , une autre couleur..La prochaine bleu horizon, cépia, qui sait ? Merci pour cette brise aux parfums de Provence et de voyages lointains… L’envie se réveille, le besoin rejaillit !!!!


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s