Fatale est la Femme

 

                                                 JeanLoupSieffJean Loup Sieff

       Fatale est la femme

 
A l’heure où le berger regroupe son troupeau
Que le soleil voilé fait place à sa compagne,
Qu’est-il de plus étrange qu’une femme bateau
Cherchant un point d’ancrage ainsi qu’une montagne
Défiant vents et marées; le temps ce souverain
Balance pour t’accrocher la chute de ses reins.
 
O femme de brume et d’écume voilée
Quel est donc le secret de ta féminité?
Féline aux yeux de braise ou douce langoureuse,
Petite fille sage ou sauvage impétueuse,
Te connais- tu toi même ou bien ignores  -tu
Les mystérieux pouvoirs qu’engendrent tes séductions,
Qui changent en pur esclave le premier inconnu?
Au doux jeu de l’amour ou bien en vraie passion
Le laisse à tes genoux et pour te satisfaire
A tes mille caprices, se plie à tes colères
Engendrées par la fougue que tu déploies pour plaire.
 
Méfie toi cependant car rien n’est éternel;
Pour mieux te posséder, change plus vite que l’éclair
Les préludes d’ amour en terribles mensonges.
Ton compagnon parfois pour mieux t’apprivoiser,
Comme un oiseau en cage, à lui t’a enchainé.
De Diane chasseresse en biche il t’a changé,
Devenue pour un tour l’arroseur arrosé.
A ses nombreux désirs te voilà dépendante
O toi femme fatale si souvent consentante.
Un prince en tyran devenu pour ta fin imminente
Te traine plus bas que terre ,oh toi sa chère amante.
 
L’amour est si fragile, méfie toi de ses tresses
Et laisse à ses dangers remplacer la tendresse;
La folie passagère ne vaut longue douceur
Chemin de randonnées découvert par deux coeurs
Enlacés dans la chaude nuit de ses caresses
Préfère à la passion la douce félicité. 
Publicités

Fetal Pulse- Aurora

Pedro Costa-Supertramp Downstream (Cover)

Une voix, un homme, un créatif, un son : Fetal Pulse. A découvrir !!!!

Parlez moi d’Amour

                                            

Pas envie de lire la presse écrite  ni d’allumer ma télévision … le monde va mal , il a du mal à respirer , à trouver sa nouvelle voie au croisement des routes qui lui sont offertes. Virer à gauche , à droite , viser le centre de la cible de l’univers et de ses mystères , avancer ou reculer ….Récession, délation, détournement , agression, enlèvement, meurtre, disparition , séquestration , tortures, mutilations, vrais ou faux charniers… qui croire ? Où est la justice de l’humanité, la paix et l’Amour dans cette fourmilière qu’on noie sous les informations et la désinformation ?

La petite planète bleue pourrait bien quitter son orbite et devenir aveugle, sourde  et muette , autiste même. Tel un funambule sur le fil de la Vie , elle s’anime et cherche à garder un équilibre qu’elle ne maintient qu’au moyen d’un balancier . Que ce soit une longue perche lestée, une ombrelle aux couleurs d’arc en ciel , elle ressent chaque vibration faisant osciller dangereusement la corde tendue  au dessus de l’abîme, du chaos intergalactique .Microscopique Ariane  et Discovery et combien d’autres  cylindres à propulsions diverses  volent comme un essaim d’abeilles vers le nectar d’une fleur encore inconnue ou comme des mouches attirées par l’odeur d’un cadavre en décomposition ?

Envie de parler d’Amour, de lire , d’entendre, de vivre l’Amour tout simplement. Ce mois de Février a été  riche en articles, documentaires, romans, fictions, poésies, musiques, chansons autour de ce thême majeur. Envie d’en rire, d’en pleurer, d’en être émue  aux larmes et de le ressentir au plus profond de l’âme .

Non pas d’un béguin, d’une amourette, mais de celui qu’on ne vit qu’une fois seulement dans sa vie  ou celui qui mobilise toute votre énergie vitale pour le croiser , le rencontrer , le ressentir, le ViVRE.

Comme après une longue traversée du désert, vous vous trouvez nez à nez avec celui ou celle que Dame Destinée vous a adressé. Un regard, une caresse une pensée et tout est dit au travers d’ondes indicibles qui traversent le corps et l’esprit. Sa présence, son existence , son essence  font tant de bien et  font chavirer tant les sentiments sont forts. L’amour vous donne le gout de vivre, de vivre plus et plus fort, une source de jouvence intarissable tant cette énergie nous catalyse et  nous donne du plaisir de Vivre ! Une Troisième guerre mondiale et toutes ses ogives nucléaires ne pourraient dégager plus d’énergie que cette symphonie qui s’écrie par l’alliance, la fusion de notes en accord total . Ne dit-on pas être à l’unisson ? Et comme l’écrit si bien le socio psychologue Jacques Salomé et sa définition de l’amour :

« Amour ? Qu’est ce ? La meilleure image est musicale : ce sentiment chez l’autre et moi , coté du cœur , tel 2 notes de musique vont s’accorder et faire du Mozart , vibrer ensemble et s’amplifier le sentiment de chaque amoureux dans  la  réciprocité. Cet accord magique , merveilleux , éblouissant transcende ; écrire des poèmes , traverser la manche  , et autre projet et action. L’ accord magique  devient merveilleux. Il transporte,   développe l’énergie  de créativité comme celle des  grands artistes  qui ont de grands amours naissantes ou un  de perdu. On  se sent  habité par cette vibration qui stimule la vibration propre . Les  cellules scintillent et portent le  mouvement qui nous porte vers l’autre  : être reçu, accueilli , amplifié , réciprocité . Mais parfois 2 amours formidables se rencontrent  et ne s’accordent pas et pourtant ils restent ensemble . Etrange paradoxe, ils  ne se quittent pas avec espoir que ça s’accorde . De 2 notes qui font un couac ne peut naitre une symphonie.   Parfois il faut accepter alors faire preuve de courage et d’ honnêteté. Même si l’ amour  est formidable, savoir  renoncer à la relation et là  …autre interrogation ! ».

Visiter le jardin de l’amour, en découvrir les milles et un délices à travers la carte du cœur  !! on appelait ça la  » carte du tendre  » avec des noms allégoriques:  la fontaine des délices, la montagne de Vénus, la forêt des baisers enchanteurs… On se croirait dans Alice au pays des merveilles !!! Comme Alice rencontrant Gulliver, un monde de féerie, de rêve éveillé, de fantasme.  Quand un acrobate rencontre une tigresse, si l’amour les y guide , ils auront tant fait que de prendre leurs jambes à leur cou pour traverser le petit pont et comme un cheval au galop rejoindre la balançoire en fête au pied de l’arc en ciel . Admirer les aurores boréales avant que le rêveur ardent  ne charme comme un serpent  d’une douce berceuse  cette déesse aux cheveux longs et qu’ils ne se transforment, elle en belle endormie et lui en grenouille à la nage . Quand les vignes enlacées remplaceront l’arbre défendu et qu’un vol de mouettes  les bousculeront, une culbute dans  la fontaine ou dans les flots impétueux  verront ces nageurs  faire le grand écart pour se hisser sur le bateau ivre. Tels des rameurs éperdus , les tendres amants dans un baiser de langue de chat s’uniront dans une offrande secrète, un écrin à bijoux où le collier de Venus rivalisera en éclat avec les plus beaux coquillages, les petites cuillères en Argent, dans un rare bruit, inconnu jusqu’alors.

 Une métamorphose  se produit grâce au don entier dans cette puissante chronicité des envies, des désirs, des plaisirs offerts, apportés, cueillis pour l’autre . Pas son double , son alter , aimer les différences , faire des défauts des forces de changements. Aimer et Vivre. Oui j’aime , mais son nom n’apparaitra peut être qu’un jour gravé , dans le marbre,  à l’eau comme une épitaphe !

Virus Blues

Blues & animation  Wow , deux plaisirs à partager .  Mais le blues , hé n’est pas qu’americain  et le blues Mmmmmmmmmmm , moi je craque , j’y plonge  . Bien sûr , il y a les majors  comme J.L Hooker, Stevie Ray Vaughan, Eric Clapton, Joe Bonamassa, Walter Trout, Gary  Moore, mais aussi Ana Popovic, Susan Tedeschi, Carolyn Wonderland, Erja lyytinen, Beverly Jo Scott

Un petit coup de blues alors  une petite playlist

Thiefaine /P.Personne et leur album Amicalement Blues .

Bill  Deraime : Je me sentais mal

Charlélie Couture :  les statuts de liberté , album For reveur

Tanya Saint Val/Francis Cabrel Tu dois Partir (you gotta moove)

Hehe , le blues peut swinguer en francophonie, qu’il ait l’accent des Antilles, du Nord , du Sud et même du Sud Ouest de la France. Quand Cabrel, la poussière, les cailloux nous fait blueser à coups de sarbacane , de crossroads. Allez , un clin d’œil à nos amis Sud Est outre Alpins :

Chanté par Mina à l’époque avec un air d’harmonica revisité par Marlene Kuntz  » non gioco più »

Les joies de l’informatique

         

       

 Pour le plaisir de l’accent !

Une vraie conversation téléphonique enregistrée  sur les joies et les bugs informatiques! Nos amis techniciens ont parfois à faire à des clients plutôt sympathiques, parfois énervés de planter leur bécane. Quand le rire s’en mêle, le moral remonte et on se sent moins blonde à l’intérieur. Peut être suis -je un peu bipolaire? Jamais tout à fait dépressive, maniaque  oh oui , dans ma boulimie incessante de musique, de chansons, de refrains… achats compulsifs ? Tabernacle non ! Je n’ai pas le compte en banque de Rothschild et pas d’oncle d’Amérique qui me coucherait sur son testament. C’est pas le Pérou, ni le paradis. Mais parfois, une bonne étoile  me guide dans cet univers impitoyable, me sauvegarde du néant et apporte une petite lumière , un éclat d’amour à travers la lucarne (pas celle à blaireaux d’Eric Toulis) et même si les persiennes sont parfois closes et que le blues l’emporte sur la salsa de mes démons intérieurs, promis , juré , mon disque dur , je vais le bichonner !

Chanson Plus Bifluorée- L’informatique

A lire absolument les lyrics de :