Claire Streetart

Publicités

Larme d’amour , Mots vides et rien.

Il est des mots  dont on accouche dans la douleur. Parfois plus facile de dévoiler son corps que son âme.

Se mettre à nu.. Nous naissons nus. L’histoire a inventé les vêtements non pas pour se cacher , mais pour se protéger , par esprit de préservation contre les agressions  environnementales: le froid, les piqures, morsures, griffures , éraflures, contusions. Ironiquement les habits sont parfois source de frottement, d’irritation, de striction. La culture et les religions s’en sont mêlées condamnant la nudité. C’est par mimétisme et apprentissage que les enfants quittent le statut de l’innocence en devenant pudiques. Quelle colère chez le jeune enfant voulant quitter à tout prix ses habits ou ses chaussures, premiers carcans à ses libertés. La pruderie excessive, comme chez certains de nos voisins transatlantiques, engendre son contraire, une hyper sexualisation de ce qui ne devrait représenter qu’une fonction organique. Ainsi les seins sont détournés de leur rôle primaire, mamelles , source d’alimentation du nourrisson.

Déshabiller son âme et la coucher sur une page blanche comme des au-revoir qu’on abrège sur le quai d’une gare endiguant des vagues d’émotion pour ne pas se laisser submerger, engloutir dans un tourbillon infernal et se noyer.

Ne plus tomber amoureux, chercher à se voiler la face, à faire des grimaces, des clins d’œil, des sourires qui se figent et cristallisent les larmes. Ne plus penser, ne plus se poser de questions. Se persuader d’avoir rêvé, d’être le jouet de son imagination, de ses interprétations personnelles. Se convaincre que cela ne s’est pas vraiment  passé, que cela n’existe pas, qu’il n’y a rien que du vide.

Mika-gare-désaffectée

Le VIDE,  le RIEN ,on ne peut le palper, le toucher, le sentir le vide ! On ne peut en connaitre  la présence et donc impossible d’en ressentir un état de manque. L’absence de vide, c’est se remplir comme une baudruche, une montgolfière, juste d’un peu d’air qu’on vous a réchauffé. Cela vous rend léger, vos fait vous élever dans les cieux et retomber en s’écrasant sur le sol en mordant la poussière. Impossible de voler , on vous a rogné les ailes afin que vous ne puissiez vous échappé de la cage , votre cage où vous vous cognez inlassablement la tête.

Au coin de l’œil , alors, s’accrochant pour résister avant de se laisser glisser sur les reliefs de la pommette, de finir sur les lèvres ou disparaitre dans le cou, nait une larme. Cette larme, comme un prisme, décode en faisceaux de couleurs les sentiments, les émotions. Elle est porteuse de joie ou de tristesse , de mélancolie , de nostalgiques visions du passé, des doutes du présent, des craintes et des peurs du lendemain. Elle est fruit de l’absence, du manque , du vide ou du trop plein. Elle brouille le conscient pour laisser échapper, comme dans un rêve, les « non dits », les secrets, les perceptions extra sensorielles, les luttes du « moi » du « ça ».

Elle est pur diamant quand elle nait d’une chanson, d’une poésie, d’une peinture , d’une photo, qu’elle est langage universel d’un bouleversement intérieur , née du choc titanesque d’un réveil des sens cachés.

Elle est martyre, elle est souffrance ultime sur la joue de l’enfant qui n’a plus de mot, plus de geste et qui, dans sa prison de silence, la laisse échapper, bouteille à la mer dans l’encre de la nuit.

Parfois nos yeux asséchés par les aléas de la vie, par trop de mauvaises fortunes, de coups du sort, elle se fait alors désirer, espérer. Quand le cœur semble éclater, la tête exploser de ne pouvoir secréter en fluidique désillusion, en métaphorique création, en organique vérité, cet instant devient trop dense, trop intense, trop humain.

Il est des larmes , des mots, des maux d’amour, dont on accouche dans la douleur .

Photographies : 1-Anne Geddes , 3-Mika , 2,4- trouvé au fil du Net , 5,6,7-Jill Greenberg

Texte: Pascale Lafraise

Effets spéciaux 3D , l’art de l’addition ou de la soustraction.

Les trucages au cinéma  sont de plus en plus sophistiqués. L’  utilisation d’images 3D rajoutées , principe des incrustations  ou au contraire des soustractions  comme pour transformer en  femme amputée des 2 jambes la belle Marion Catillard dans le film  sorti en Mai 2012  » De rouille et d’os » .

Mikros Image , société de post production française et Barthélémy Beaux explique  la technique :

« il a fallu effacer les tibias de Marion Cotillard, et recréer ce qu’il y a derrière (décors, acteurs, vêtements, objets…). Parfois, c’étaient des mouvements entiers de Matthias Schoenaerts qu’on a dû reconstituer. Il a fallu aussi trouver une découpe cohérente du genou. Sur le tournage, Marion était équipée d’une prothèse (comme une sorte de genouillère) qui permettait d’avoir l’extrémité de sa cuisse lisse (sans les volumes des genoux) ainsi que les cicatrices. Cela nous a servi de repères pour la découpe. Mais il a fallu par la même occasion effacer le raccord entre cuisse et prothèse. Et faire correspondre la couleur. Sur certains plans, des moignons ont été créés et animés en 3D. Il a fallu alors faire le raccord entre la cuisse de Marion et la 3D, faire correspondre la bonne orientation, la bonne lumière, les bonnes couleurs…[…]

« Sur le tournage elle était habillée avec des bas verts qui nous permettaient ensuite d’identifier plus facilement sur les plans la position exacte de ses jambes. Après, sur les plans avec de la 3D, ce sont les animateurs qui ont dû recréer les mouvements de jambes de Marion sur des jambes 3D. » Interview donné à Grand Ecart.fr , étirements cinéphiles. A noter que les petits français se débrouillent plutôt pas mal en pixel créations De quoi rivaliser avec les animations , 3D, VFX …

Une illustration de ces procédés via Brainstorm Digital pour Boardwalk Empire . Pourquoi ce choix ? Très explicite , de belles images et surtout, surtout pour la bande musicale : Thievery Corporation !

Intouchables: Handicapés et Valides, quels liens ?

Intouchables, le film d’ Olivier Nakache et Eric Toledano sorti en novembre  2011 est devenu très rapidement une bombe au niveau du box office  cinéma .

Avec ses 20 millions d’entrées hors de France, il est numéro 2 après « le fabuleux destin d’Amélie Poulain » ( 1994)à l’international des films français tourné en langue française.  Accueil mitigé lors de sa sortie aux États-Unis( 25 Mai 2012) , certains y notant une offense , flirtant avec le racisme. Cependant , un remake est déjà en préparation. Et un de plus ! Etonnant de voir comment les américains cherchent à se réapproprier tout succès commercial. Le cinéma ne fait-il donc pas partie des arts à part entière? Pourquoi ne pas refaire alors une « Joconde » , une chapelle Sixtine, une copie du château de Versailles jardins et grandes eaux compris ?

Ce film , tiré du livre « second souffle » de Philippe Pozzo di Borgo retrace la croisée de chemin avec  Abdel Yasmin Sellou, ancien malfrat d’origine algérienne , devenu son  » diable gardien » en endossant la tache d’auxilliaire de vie . Comme dans la version cinématographiée, il s’était présenté , suite à une petite annonce, pour glaner la signature nécessaire pour justifier la recherche d’un emploi et pouvoir toucher les ASSEDIC. Découvrant les richesses de l’hotel particulier, Abdel y voit un coffre fort  alléchant à dévaliser. En fait , il reste auprès de Philippe 10 ans .

Dans son livre, il écrit de son accompagnateur : « Il est insupportable, vaniteux, orgueilleux, brutal, inconscient, humain. Sans lui, je serais mort de décomposition. Abdel m’a soigné sans discontinuité comme si j’étais un nourrisson. Attentif au moindre signe, présent pendant mes absences, il m’a délivré quand j’étais prisonnier, protégé quand j’étais faible. Il m’a fait rire quand je craquais. Il est mon diable gardien ».

Philippe Pozzo di Borgo n’a accepté l’adaptation que si elle traitait avec humour cette page de vie.

 » Dans notre état, on aime les gens qui rigolent, pas le misérabilisme. (…) Bien sûr, notre histoire est traitée à la sauce cinéma. Driss est un peu moins rugueux qu’Abdel, plus souriant. Et puis Abdel ne dansait pas, il tapait ! C’était un chef de bande, beaucoup plus dur que dans le film. (…) Même le titre du film, Intouchables, est le bon. Et vous savez pourquoi ? À cause de la lettre S. Vous avez deux intouchables, paria chacun dans son genre, qui, pris séparément, sont infréquentables et, une fois ensemble, sont indestructibles ».

Le rôle de Philippe est tenu par François Cluzet et Driss par Omar Sy, qui depuis vient de décrocher le rôle principal dans le prochain film de Brett Ratnerr  » Rush hour » , nous privant de « SAV » cette chronique hilarante de services après-ventes qu’il joue avec son compère Fred Testot , diffusé sur canal Plus.

D’algérien, l’accompagnateur devient sénégalais , un contraste supplémentaire entre l’aristocratique tétraplégique , féru d’art moderne , d’opéra, de relation épistolaire et le repris de justice des banlieues.

Satire, ironie, cynisme et parodie sont les armes d’humour parfois très british dans ce film. Qui de l’handicapé ou du valide est le plus humain des 2 ? Celui qui veut absolument « cultiver » en inoculant musique classique, opéra, art moderne ou le rappeur peignant à sa façon ( tableau que Philippe arrive à vendre 11 000 euros en le faisant passer pour une œuvre d’un artiste coté dans le milieu), appliqué dans  son rôle de suppléant aux activités et besoins du quotidien. Plus que ses jambes et ses bras , il devient l’élément moteur à une renaissance. Le petit délinquant des cités et l’aristo.. Rencontre de 2 mondes dénonçant sous des allures légères, blagues de potache, second degré, une belle manière de dénoncer le ravin existant entre « valides » et handicapé moteur. ( ne parlons même pas du gouffre d’ignorance et d’intolérance vis-à-vis de l’handicap mental ).

En cela , le film « Café de Flore » de Jean Marc Vallée avec Vanessa paradis, Kevin Parent et le magnifique petit Marin Gerrier. Emotion des liens étroits voir fusionnel entre cette mère et son fils trisomique de 7 ans , renforcée par la bande son où Pink Floyd et Sigur Ros ainsi que la version électro de Docteur Rockit écrite en 2000 pour le café de Flore de Saint Germain des Prés, à Paris , jalonnent le double parcours initiatique de la séparation.

Intouchables comme des pestiférés, des lépreux à crécelle comme au moyen âge, les handicaps font souvent recette au cinéma.

Le Locked in Syndrome du journaliste Jean Dominique Bauby suite à un accident vasculaire cérébral et son admirable témoignage dans son livre adapté en 7 eme art  » Le scaphandre et le papillon » . Un américain Julian Schnabel en a assuré la réalisation .en 2007. Bien joli de sensibiliser ainsi le public , mais il faudrait cependant montrer les manques de réalisations effectives des différents gouvernements en France . Toujours de belles promesses sur l’adaptabilité et l’aménagement urbain pour une accessibilité des lieux publics. Toujours le parcours du combattant pour vouloir emprunter les transports en commun . Train et métro accessibles? Oui si vous prévenez à l’avance de votre souhait de voyager pour qu’une tierce personne se mette à disposition et vous pousse le fauteuil roulant au travers d’un dédale de couloirs , de passage dans des lieux à l’allure pas toujours ragoutante. C’est ça l’autonomie qu’on vous redonne  à coups d’efforts parfois surhumains dans les centres de rééducation et réadaptation, prévenir, s’excuser d’être inadapté et demander l’aumône en redevenant dépendant de la bonne volonté des autres ???

Une étude a montré qu’ après un certain nombre de mois de retour au domicile, l’accidenté vasculaire cérébral perd plus de 30% des capacités et de l’autonomie  réacquises . Non par paresse ou rechute neurologique ou régression ! Non, parce que les conditions environnementales ne permettent pas d’utiliser ou de renforcer les acquis. Tomber sur la bonne volonté des personnes, familles, amis, voisins, commerçants les transformant en « assistés ». Faire à leur place comme preuve d’amour et de sympathie au lieu de les encourager à faire par eux même voire faire différemment , autrement à leur rythme.

Offense raciste dans ce film? C’est donné du blé à moudre au moulin des Le Pennistes. La France et ses colonies, la France et son métissage culturel, ses couples mixtes, ses logements sociaux côtoyant les propriétaires au sein d’une même résidence, ses mélanges ethniques dans de nombreux groupes musicaux, collectif d’artistes ou civiques pour de grandes causes comme les sans papiers, sans logis, pour l’aide à l’alphabétisation , les associations d’entraide et de partage de compétences.

La belle Marion Catillard, dans le film  sorti en mai 2012  » De rouille et d’os »   tiré d’une nouvelle  du canadien Craig Davidson ( livre en cours d’écriture : Cataract  city ) film de Jacques Audiard , campe quant à elle , une jeune femme Stéphanie, sportive et forte , à l’activité professionnele de dresseuse d’orque au Marinland d’ Antibes (06)

Une autre croisée des chemin entre Ali ( Matthias Schoenaerts) jeune marginal , père d’un enfant de 5 ans  , désargenté, à la rue   . Un accident, double amputation des membres inférieurs et la belle princesse se retrouve dépendante , désillusionnée ..Sans compassion et sans pitié, ils vont voyager sur le chemin du cœur , rage de vivre, désir et violence. Du mélo diront certains , ah oui mais revisité par un Audiard loin du populisme populaire , assumé et sublimé, de quoi vous prendre les tripes , cette pulsion c’est Eros contre Thanatos.

Des leçons de tolérance , d’acceptation de la différence, de retour à la vie et plus encore  …  De la fiction à la réalité, suivez donc les Jeux paralympiques à Londres du 29 Aout au 9 Septembre 2012 !

Le Rythme en musique: du solfège à son utilisation en éveil, éducation. Musicothérapie, Art thérapie, expression du rythme de sa propre vie.

Le rythme est un élément naturel. Rythme circadien, cardiaque, rythme de la marche( même longueur de pas, durée et répétitivité).

Dans l’image du rythme cardiaque , se dévoile l’unité: la pulsation. Sonorité intérieure qui devient perceptible en cas de stress, d’augmentation de fréquence ou au repos lors d’exercices de relaxation ou de méditation. Perceptible par la prise du pouls ou le cœur sur la main , la pulsation devient base de musique intérieure.

Ce véritable métronome organique donne alors un tempo. Le rythme en musique et ses pulsations sonores, comme le son du métronome, mais aussi le mouvement alterné du bras oscillant, d’un clignotement lumineux visuel quand l’électronique s’en mêle , la baguette et les bras du chef d’orchestre.

Ce signal , transmis parfois lors des premiers accords d’un instrument de référence au sein d’une formation musicale est classiquement entretenu par les percussions.

Le solfège, transcription écrite de la musique indique la valeur des notes (découpage de pulsation). Elle possède ses signes distinctifs, son alphabet combiné à la durée de chaque valeur comme la ponctuation . )

Le tempo, traduit en terme qualificatif d’origine italienne comme  grave , largo, larghetto, lento, adagio, adagietto, andante, andantino, moderato, allegretto, allegro, vivace, presto, prestissimo indique le nombre de pulsation par minute de 40 à 45 pour grave , dépassant les 184 et plus pour prestissimo.

Les lettres alphabétiques en codage sur une portée sont au nombre de 7 dans cette valeur quantitative de pulsation . Ces figures rythmiques ont la particularité de valoir le double de la durée de la suivante . La ronde, la blanche, la noire, la croche , double croche , triple et quadruple croche. Même les temps sans émission de sons ont leur codification et durée. Les silences sont notés par la pause, la demi pause, le soupir, le demi soupir et le quart de soupir.

Le rythme d’un morceau est donné par une découpe en segments : la mesure .

  • mesures simples :
    • binaires
      • battues à deux temps : 2/1, 2/2 (ou ¢), 2/4, 2/8 ;
      • battues à 4 temps : 4/1, 4/2, 4/4 (ou C’), 4/8, 4/16 ;
    • ternaires : 3/1, 3/2, 3/4, 3/8 ;
  • mesures composées :
    • binaires
      • battues à deux, temps : 6/2, 6/4, 6/8, 6/16 ;
      • battues à 4 temps : 12/4, 12/8, 12/16 ;
    • ternaires 9/2, 9/4, 9/8, 9/16.

Il existe également des mesures :

  • à cinq temps ; c’est   interprété comme une mesure à deux temps suivie d’une mesure à trois temps, ou le contraire ; par exemple 5/2, 5/4, 5/8 ;
  • à sept temps ; c’est  interprété comme une mesure à trois temps suivie d’une mesure à quatre temps, ou le contraire ; par exemple 7/2, 7/4, 7/8.

Pour un rythme binaire simple , il n’y a que 2 positions dans un temps où les notes peuvent être placées : le temps et le contretemps. 4 possibilités : 1 note sur le temps, 1 sur le temps et une sur le contretemps,  1 seule sur le contretemps ou aucune note, 1 silence .Le rythme ternaire se divise en 1 temps et 2 contretemps, multipliant donc les possibilités en 8 selon qu’il soit simple ou secondaire(combiné à des silences).

Classiquement, le rythme est donné par la section des percussions au sein d’un orchestre ou d’un groupe.

Elles regroupent :

  • Les claviers      de bois (xylophone, marimba..) et métal( vibraphone, celesta, glockenspiel      cloches et carillons tubulaires..)
  • Les peaux :

Jeu de timbales, grosse caisse, tambour, caisse claire, tambourin, bongos, congas, tumbas, tablas …

  • Les      accessoires:

En bois castagnettes, wood-block, templeblock, fouet, guiro, maracas…

  • En métal:      cymbales, grelots, triangle, gong, tamtam
  • Mais aussi      sifflet, klaxon, sirène, queue de serpent à sonnette,  bouteille, cuillères, casseroles ou tout      objet  » recyclé » de la vie quotidienne.
  • Le corps      humain : claquement de doigts, de mains l’une contre l’autre ou toute      partie du corps, claquement de langue et par extension tout son produit      par la bouche avec usage ou non des mains …. Human beat box .

Chaque pays possède de nombreuses variantes d’instruments de percussion. La richesse des sonorités engendrées est un atout utilisé dans la musique du monde , le métissage des cultures, l’ouverture des dimensions musicales. Le traditionnel côtoie le son électro.

Connaissez-vous les karkabous marocains ? Mystère Trio et son batteur Laurent Meyer en teinte leur swing du monde. Ils introduisent une dimension de voyage , de découverte et d’échange à travers l’utilisation d’instruments ethniques tel le tipijäze, percussion hybride entre le cajon, congas et une batterie minimaliste ( à noter que, par  ailleurs, les 2 autres musiciens de la formation se joignent à cet esprit ethnico festif grâce à 2 instruments à corde , l’oud pour Cyril Salvagnac et le tres pour Christophe Gruel).

Vibrer aux sons des percussions, voyager, rêver mais aussi soigner ou se soigner. L’utilisation des vibrations engendrées par l’instrument .La percussion est un excellent anti-stress pour 2 raisons essentielles, elle permet biologiquement de mettre en phase nos 2 « horloges » (cœur et respiration) et psychologiquement, de « retrouver » les sensations auditives sécurisantes de l’état fœtal.

En effet, l’oreille interne est le premier sens « capteur » qui fonctionne et communique les premières informations qui resteront à jamais dans notre mémoire. Compte tenu de l’emplacement du fœtus, les premiers sons les plus distincts et les plus proches. La cochlée dans laquelle se trouve l’organe de Corti, peu développés au début, perçoivent une polyrythmie constituée des battements du cœur de la mère (2 temps) et de son rythme respiratoire (3 temps).

Etrangement, la superposition de rythme binaire et ternaire( décrites en rappel de solfège) se retrouve dans bon nombre de musique du Monde entier ou aux racines de musiques comme le jazz, le blues , le reggae etc … Racines africaines, héritage des esclaves transplantés, trace du passé colonialiste ou des grandes migrations , leur rythme fait partie intégrante de leur culture et de leur vie courante . Très peu de dépression en Afrique malgré les difficultés de vie, les conflits, la pauvreté, la famine , l’exploitation de l’homme par l’homme. Les occidentaux Tomatis, Orff, Auriol ont mis en avant l’importance du rythme, vecteur d’équilibre psychique en mettant au point des techniques de thérapie par la musique. Aberrant  donc d’isoler le nouveau-né dans un cocon de silence. « chut , bébé dort » ! Le rythme du moteur de l’automobile ou du tambour de la machine à laver sont  bien connus comme élément salvateur pour les nuits difficiles ( pour qui, les enfants ou les parents ???)

En Scandinavie, une technique est utilisée avec des tables-tambours, dont le large diamètre, lors de sa frappe, procure des infra-basses aux participants (souffrant généralement de schizophrénie). Les infra-basses massent l’intérieur du corps par leur fréquence, les aidant à ressentir les limites de leur enveloppe corporelle, à apaiser leur angoisse de morcellement.

Le rythme , source de régénérescence à la recherche d’une paix intérieure , par l’utilisation de tambour, tambourin, djumbe …introduit une notion de sacralité, de spiritualité. Le tambour, en effet est un instrument souvent en rapport avec le divin.

De grands noms résonnent au rythme des percussions africaines : Mamady Keita et son djembéfola, Adama Dramé, 2 des « griots » modernes , le premier de Guinée, le second du Burkina Faso. Communiquant cet amour du rythme , ils participent à transmettre aux occidentaux les bénéfices d’une culture pouvant répondre parfois aux problèmes de santé publique touchant de plus en plus d’adultes et d’enfants .

Daniel de Los Reyes ( batteur pour de nombreux groupes ou artistes et récemment membre du Zac Brown Band ) aux ancêtres cubains et portoricains est un autre exemple de ce que la musicothérapie , au travers des percussions peut apporter . Membre de The Rythmic Art Projects (TRAP), ayant suivi la trace de son père  Walfredo Reyes . Expérience personnelle du percussionniste Eddie  Tuduri, en 1997 : qui suite à un accident se retrouve paralysé et qui , au détour de sa rééducation reprend vie en jouant , en intégrant d’autres patients. Ses amis musicos viennent en soutien et l’équipe de rééducation et de réhabilitation  constatent les progrès dans des domaines de réapprentissage, interaction sur les capacités d’attention et de concentration , de connectivité avec les autres  et développent ce contexte. L’association nait .

« Les percussions dépassent la logique normale; la guérison inhérente et les qualités positives m’ont apporté quelque chose de  très personnel, mon propre guérison » écrit-il en conclusion à la TRAP  story sur  le site dédié à cet organisme.  »

TRAP permet aux personnes  avec des handicaps divers de réussir dans le monde. Nous intégrons des tambours et des instruments à percussion comme des outils d’apprentissage créatifs qui demandent  des compétences  améliorent le mental, le corps et l’esprit. TRAP éduque des individus avec des différences liées au développement  intellectuels en adhérant à un programme d’études  englobant le  rythme comme une modalité pour acquérir les bases élémentaires de vie et des compétences d’apprentissage aussi bien que la lecture, l’écriture et l’arithmétique. Elle  développe la confiance et l’estime de soi  en force positive, dans le respect, l’amusement et  le soutien.

Présentation par Eddie Tuduri de The Rythmic Art Projects

Utilisation du rythme en expression corporelle , en sensibilisation , éducation psychocorporelle, elle est entrée au sein des activités d’éveil du jeune enfant dans les crèches, ateliers d’éveil, écoles maternelles. Apprendre à marcher dans le rythme sans bousculer son voisin, s’arrêter et reprendre au son des percussions, manier soi même un instrument , s’intégrer à un groupe, respecter et y prendre beaucoup de plaisir, tels sont les éléments parmi tant d’autres  qu’apportent les percussions et le rythme.

Musicothérapie, Art thérapie  : Exprimer par des sons, des couleurs, des mots, des images, des peintures, des photographies, des modelages etc; ce qui est parfois prisonnier, enfermé. Libérer, dire et montrer ce qui est ressenti, interprété  : vision du monde intérieur et extérieur , imaginaire ,  peurs , craintes , témoignage , rêves et cauchemars …. Introspection qui se rue hors de soi comme un besoin vital .. Comme un cri primal, un besoin fondamental !  Sommes nous psychiquement  malade ou inadapté??? Thérapie ou retour au vrai rythme de  sa vie ?

Seed of Love , Graine d’ Amour

Seed of Love, Graine d’ Amour

Parce qu’il suffit d’une graine

Pour lutter contre toute la haine

Juste énergie pour un toujours

En levant  une armée d’amour

Seuls ces soldats dans la bravoure

Feront croitre cette chaine

Quelque soit la couleur de peau

En rouge ,  noir ,bleu ou bordeaux

D’une seule voix comme un gospel

Retentira dans un appel

L’hymne à l’amour universel

L’hymne d’amour uni vers celle

Qui saura hisser le drapeau

Le plantera dans tous les maux

En fera disparaitre le fiel

C’est mon credo ! c’est mon credo!

Parce qu’il suffit d’une branche

Qu’elle soit tordue ou qu’elle se penche

Balançoire pour tous les oiseaux:

Colombe de paix ou passereau

Même les pigeons ou les corbeaux,

Fera tanguer en une danse

En une ronde de tolérance

Tous solidaires, d’un pas  rythmé

Les cœurs , les âmes de cette armée

Battront ensemble à l’unisson,

C’est ma raison ! c’est ma raison !

Parce qu’il suffit d’un arbre

D’une branche ou d’une graine

De s’unir en chaine humaine

Pour que ces phrases ne soient plus vaines

Dans la beauté des chants d’oiseaux

Le bruit du vent dans les roseaux

Couronne de fleurs dans les cheveux

Étoiles qui brillent dans les yeux

Rire des enfants aux jeux joyeux

Hymne à l’amour universel

Lien magique et fraternel

C’est mon credo ! c’est mon credo !

C’est mon cadeau !  c’est  ton cadeau .

texte : Pascale Lafraise

Jean Jacques Andre