Nina Attal – Stranded in your love

Publicités

Painting The planet – Fabien Degryse

T F Jass en concert.

Fleurs de courge farcies  » figons »

Ingrédients pour 4 personnes

.20 fleurs de courge ( les cueillir le matin très tôt quand elles sont grandes ouvertes, prendre les mâles reconnaissable à leur tige longue n’ayant aucun départ du légume rond, courgette en formation, posées sur une assiette ou évier , pistil vers le bas pour qu’elles ne se referment pas)

200 gr de viande de porc finement hachée ( facultatif )
200 gr de viande de veau finement hachée ( un petit peu plus si pas de porc)
2 biscottes ou 2 tranches de pain rassis , bien sec
1/2 verre de lait
2 œufs
100gr de parmesan
2 belles cuillères à soupe de crème fraiche épaisse
1 gousse d’ail
1 bouquet de persil haché
2 jolies pincées d’herbes de Provence
8 cuillères à soupe d’huile d’olive
Sel, poivre

Pour la sauce:
7 belles tomates bien mûres
2 oignons
3 gousses d’ail
2 petits morceaux de sucre
1 pincée de piment en poudre
Sel, poivre
2 feuilles de laurier
2 branches de thym
6 à 8 cuillères à soupe d’huile d’ olive

Préparation :
Emietter les biscottes ou pain dur , plonger les dans le lait et faire baigner.
Mettre les différents ingrédients de la farce dans un saladier , y rajouter la  » baignade » . Bien mélanger (utiliser les mains ) et rectifier l’assaisonnement.
En conservant leur pistil, remplir les fleurs de farce, replier les pétales de façon à leur donner la forme de figue. Laisser un bout de la tige dressée pour la présentation.
Dans une poêle chaude, mettre de l’huile d’olive, saisir les  » figons » farinés jusqu’à ce qu’ils prennent une teinte marron clair (ce qui leur permet de ne pas s’ouvrir ou éclater). Réserver les « figons »
Pour la sauce: éplucher et épépiner les tomates ( blanchies rapidement dans l’eau bouillante pour faciliter le  » strip tease  » de la peau . Emincer finement les oignons, éplucher et écraser l’ail. Faire blondir les oignons dans l’huile, ajouter le reste des ingrédients. Laisser mijoter pendant une heure ( plus elle mijote, plus les saveurs se réveillent ). Lorsque la sauce est prête, retirer le laurier et le thym . La mixer et rectifier l’assaisonnement.

Faire mijoter les « figons » pendant 30 minutes dans la sauce tomate.

Idée de dressage : disposer des tranches de polenta grillée au centre de l’assiette, y déposer les figons. Une petite douche de sauce tomage, quelques copeaux de parmesan en belle fleurettes et quelques feuilles de mesclun … Bon Appétit .

Recette figurant dans un manuel retranscrit par le père de Lafraise et adressé à chaque membre de la famille …  » La cuisine des Scarpégiens ».
D’autres à partager si vous êtes sages …

Voyage au coeur d’un rêve

Oh Amour, laisse -moi te conter le rêve que j’ai fait.

Si loin de toi , mes songes au creux des draps ont fait voler le lit dans les méandres sensuels entre ton âme et ton cerveau. Contre ton torse endormi, mes mains se tordaient de vouloir se promener sur le grain de ta peau, le sable de ton désert aux creux de tes reins. Me pelotonner dans ce bras fort  qui me frôle en tendresse. Désirer grimper ces deux dunes modelées   par le souffle de mes caresses, y laissant leurs empreintes.  Mes lèvres se joignent à l’aventure  , découvrant les chemins escarpés du lobe de ton oreille, chuchotant , dans une langue baladeuse, des douceurs suaves ( ces mots  tendres ou païens, paillards mais pas piaillards).

Descendant la cascade de ton cou, elles visitent la salière au creux de ton épaule, y tatouent un signe cabalistique  tandis que mes mains avides de toucher et d’émouvoir ton cœur, épousent les reliefs de tes cuisses et s’arrêtent aux jarrets.

D’une pulpe légère , elles y dessinent une spirale d’envie et y tracent la vie en vers. De dunes en collines, de foret en vallon, la carte de ton corps s’imprime loin derrière mes rétines. Le feuillage et la mousse dégagent mille parfums chargés de la rosée perlant comme un ruban. Voluptés de tes hanches qu’il enserre en vague de frissons et en écume blanche.

Au creux de cette tiédeur animale, ta fourrure m’attire irrésistiblement. Y frotter ma nudité, dans un désir ardent, exaspérée et agacée, je m’éveille dans la trahison du néant, du silence , de ton absence.

texte: Pascale Lafraise

Ad Orgasmum Aeternum – Hubert Felix Thiéfaine

Discours d’ amour, arme fatale

Marre des complots

De c ‘monde idiot

T’es qu’un facho,

T’es qu’un blaireau.

Dans une geôle

tu me ligotes

Là dans ta grotte

Tu te joues un rôle

Tu te joues un rôle

En primitif

Tu t’es changé

Tu sors des griffes

qu’on t’a rogné

Tes crocs actifs

Sont élimés.

Elimés ….

Et contre toi

Princes et rois

De leurs pouvoirs

Et de leurs lois

N’font plus le poids.

Ensorcelé

Tu te débats

Un sort jeté

Comme un octroi

Et piraté, piraté…

Sans un recours

Tu plongeras

En maux d’amour

Et te noieras

Des mots d’amour

Changent le discours

Un feu brulant, une étincelle

Une résistance universelle

Rêvons d’espoir

Et respirons

Sortons du noir

Tous sur le pont.

De mon regard de vipère

Je t’ai mordu pendant qu’à terre

Dans mes bras, pieuvre,

Dans nos ébats

Dépose les armes

Sans un combat.

Cœur chaviré par le poison

Qui dans tes veines devient chanson

Et dans un songe une déraison;

Racines et tige en floraison

Délice, plaisir et pâmoison

Englue ton âme dans ma moisson

Dans ma toison ,

Dans  la passion

La passion…

Des mots d’amour

Changent le discours

Un feu brulant, une étincelle

Une résistance universelle

Rêvons d’espoir

Et respirons

Sortons du noir

Tous sur le pont.

Prenons nos mains

Crions , chantons

À l’unisson

Nous murmurons

Graines  et pardon

Ames enfantines

Nous envoleront

Dans les comptines

Mille et une nuits

Ne suffiront

A fondre nos envies

Du désir en fusion

En fusion.

Et d’un sourire

Cueillir tes soupirs

Y franchir la ligne de mire

Se réfléchir dans tes désirs

Y périr ou s’en nourrir

S’évanouir et revenir

Encore  et pire

Défaillir sur ta lyre

Te haïr et te fuir

Se dédire e t mourir

Pour finir, de toi , jouir

Et renaitre dans un rire

Eclat de rire ..

Des mots d’amour

Changent le discours

Un feu brulant, une étincelle

Une résistance universelle

Rêvons d’espoir

Et respirons

Sortons du noir

Tous sur le pont.

Photographie : J M Auradon

Texte : Pascale Lafraise