Suivre la route ou changer de voie, c’est à vous de voir !

Signs Warning of Approaching Curve

Comment suivre la route de la vie, faire son petit bonhomme de chemin en accord avec des principes , des idéaux qui varient des modèles transmis par l’éducation, la culture, les traditions, le système de pensées des siens ( famille, amis, collègues, voisins). Peut-on prendre un virage de sens contraire du troupeau qui suit  tête baissée la signalisation au sol sans tenir compte de l’environnement ambiant , source d’informations sensorielles contradictoires ?

Un exemple fort simple des perturbations sensorielles pouvant tromper le cerveau « pensant » : assis dans un wagon d’un train . Celui-ci s’immobilise lentement à la hauteur d’un autre sur le quai d’en face déjà arrêté en gare . Il redémarre progressivement avant le votre. Vous ne vous en êtes pas aperçu car plongé dans la lecture du quotidien de presse gratuit, votre regard s’en détache quelques secondes pour regarder par la fenêtre. Votre œil capte immédiatement le déplacement .. Ah ça y est , nous repartons , pensez-vous faussement . Il vous faut quelques secondes pour vous rendre compte de l’illusion .

  1. Soit le train d’en face gagne de la vitesse et vous constatez à son départ que le votre n’a pas quitté sa position initiale ( repère visuel)
  2. Vous avez enfin intégré les autres informations que vous donnait votre corps au moyen de l’oreille interne et des capteurs sensitifs en contacts avec le siège que vous ne subissiez pas une accélération de mouvement, une modification d’état et que votre position était toujours statique.

Changer de comportement ou d’habitude de vie tient du même processus. Se fier aux sources d’informations extérieures qui vous sont bombardées par les médias, les professeurs, les médecins, les juristes,  les leaders de groupes  sociaux, politiques,  les bien- pensants ( ceux qui savent la vérité ou leur vérité et qui veulent justifier leur volonté de vous y faire adhérer à tout prix , vous pauvre ignorant ) ou écouter activement ce que vous murmure à l’intérieur de vous cette petite voix sur vos besoins, vos déséquilibres et tous ces petits messages annonciateurs de troubles de régulation de votre organisme ( fonctionnel, relationnel, autonome).decrescita-730x365

  Française , de racines familiales italiennes, élevée et éduquée dans le modèle traditionnel catholique de l’obéissance silencieuse liée au sexe féminin , les valeurs du sacrifice, de la bonne épouse parfaite ( ménagère accomplie, cuisinière hors pair sans ambition, sans passion, respect des rites et coutumes d’une petite bourgeoisie ayant connu les heures de gloire des trente glorieuses, de la modernité, de la croissance etc…), l’enfance et l’adolescence auraient été imprégnées du sceau de la continuité et de la transmission à ma propre filiation si le chemin emprunté n’avait pas été jonché , par bonheur de pavés et cailloux différents rencontrés sous les pas . Autant de croisées de chemin , de sentiers parallèles, de voies parfois taillées coups de machette dans la jungle citadine, ce sont les personnes, les livres, les idées qui font parfois trébucher et tomber les notions pré établies ou inculquées, ce qu’on enseignait et transmettait pour vrai , des fondements pris pour base de sa propre construction ou de ses échafaudages .  Rien n’est immuable , n’est statique à jamais . Le mouvement , le changement c’est le sel et l’énergie de la vie .

Une maladie doit poser la question de son apparition , des éléments déclencheurs. Fatigue, lassitude, baisse de réponse du système immunitaire, agression répétée d’éléments allergisant ou toxiques ? Comment aider son corps à lutter , renforcer ses armes de lutte et de prévention pour éviter la réapparition ou que d’autres germes , bactéries ne profitent de la fissure dans la carapace? Lentement , la connaissance vient nourrir la démarche de vouloir changer les habitudes alimentaires, les addictions, les gestes associés à une surconsommation de substance empoisonnant l’organisme au long cours. Chercher un équilibre intérieur (dans tous les sens du terme) met en place un autre cheminement. Il devient si logique et nécessaire d’éviter les mêmes embûches , les obstacles parfois si difficile à contourner et plus facile alors de montrer le raccourci pour que d’autres évitent ce douloureux dérapage en économisant leur propre énergie pour mieux avancer .Certains sujets abordés ici sont comme un marquage de sentier de randonnée intellectuelle à partager . Petits panneaux accrochés sur le tronc des arbres , plantés dans une dune de sable, gravés dans la roche ouvrez les yeux , à vous de les trouver. Un jeu de piste ou un parcours d’orientation où vous serez vos propres maitres à établir les cartes . La boussole s’affole , pourquoi toujours définir le Nord comme repère ?

Se nourrir est le premier besoin fondamental de l’être humain. La voie de la connaissance par la nourriture spirituelle et intellectuelle, source créative de tout pays et de toute religion, de toute culture , point n’est besoin de le re-signaler .Comme pour les nourriture terrestres, varier en est le secret .

Il faut manger pour vivre. Encore faut-il que les produits et la façon de les produire soient sains . Laissons -nous la possibilité à la Terre, les mers, océans et rivières de nous apporter encore ce dont nous avons besoin ? Pollution, construction à outrance, exploitation des sols et des ressources de l’eau gaspillée, prélevée sans tenir compte des délais de régénération. Régénération , que restera t’il pour les générations futures si nous rendons infertiles la terre  coups de produits chimiques (qui nous empoisonnent, nous rendent nous même infertiles au quotidien )?

Nous avons rendus les animaux cannibales en les nourrissant de farines issues de leurs congénères, déclenchant leurs destructions massives pour endiguer la propagations de prions et autres facteurs d’ épidémie . Certains , par peur ont modifié leur habitude de  consommer de la viande, d’autres le font par obligation économique, d’autres encore par rite religieux, par mode . Le mouvement des végétariens et végétaliens voient le nombre de leurs adeptes augmenter à chaque gros scoop médiatique annonçant des chiffres alarmants d’une nouvelle calamité ou plaie s’abattant sur terre . La vache folle, la tremblante du mouton , la dioxine des poulets, des porcs… aucun animal n’est épargné dans la longue liste .Les poissons ne sont pas à la fête non plus  chargés de métaux lourds. Les éléments contaminants se retrouvent dans toute la chaine alimentaire et produits dérivés. Les fromages , crèmes, beurres et autre produits laitiers , rappelez-vous qu’ils sont issus des pis des « allaitantes » ( vaches, brebis, chèvres, chamelles, bufflonnes, yacks  et tout mammifère utilisé par l’homme à cet usage .) Nul n’est besoin de rappeler les conditions de détention et d’abattage des animaux d’élevage industriel. Malgré les règlements officiels, les antibiotiques, hormones et autres médications engraissant les industries pharmaceutiques sont toujours d’usage et retrouvées dans les analyses ( les rares  réalisées dans les laboratoires ou centres d’expertises vraiment indépendants).

Troubles d’apparition de la puberté chez les filles, diminution de la fertilité chez les garçons, augmentation notable d’intersexués ( terme plus approprié qu’hermaphrodites) sont reconnus liés aux polluants véhiculés par la chaine alimentaire. Nos enfants peuvent déjà nous reprocher ce que nous leur faisons subir dés leur conception .

Respect de l’humain, des droits de l’homme, de la femme et de l’enfant alors pourquoi ne pas respecter aussi la cause animale ? Bon , j’avoue : loin de moi l’image du gavage forcé du canard dont le foie gras a fait avec ses magrets le délice du réveillon de Noël. Le chapon a été épargné, faute d’appétit. Ah les traditions familiales, difficile d’y couper et de dire  » non merci , pour moi ce sera caviar d’aubergine! » . Demander à un français gourmand d’arrêter la charcuterie, les plats de viande en sauce, les fromages, les pâtisseries , entremets et tout autre met à base d’œuf, lait, beurre, crème, viande ou produit issus d’animaux… C’est un peu prêcher dans le dessert , désert. Sans être aussi radical, il est possible de trouver des recettes de plats délicieux utilisant le gout sucré naturel des fruits, les épices, les huiles d’origine végétales , les protéines des légumineuses. Sains et équilibrés , répondant aux besoins journaliers en protéines, lipides et glucides facilement assimilables par l’organisme , les produits devront cependant être trouvés sans trace chimique. Un autre combat à mener en privilégiant les sources locales sans intermédiaire vantées depuis longtemps dans ces pages (AMAP et autre ).

185611_4690345709631_1595348168_n

Le cout de la vie , la flambée des prix des matières premières alimentaires ( liée au jeu « monopoly » version financiers et parieurs sans scrupule) est déjà une amorce de modification des habitus alimentaires pour chercher un équilibre de sa bourse. L’estomac et le système digestif s’en porte plus mal ? La prise de conscience des excès se fait petit à petit. c’est à la vitesse d’un escargot  (hoo  vous vous en êtes régalés en persillade, de ces petites bêtes protégées maintenant en France comme celui de Bourgogne et que nous faisons venir de Roumanie ou d’ailleurs ?) que le cheminement se fait vers le changement . Il peut se faire dans la sérénité et la joie. Manger en protégeant son capital santé, en protégeant la biodiversité, en faisant des économies pour soi, mais aussi économie d’eau liée à l’élevage d’animaux à viande est un choix de vie, un virage à négocier en douceur et en lenteur programmée.

2014, année du cheval de bois pour les chinois, ne laissons pas le cheval de Troie  envahir nos caddies de supermarché, nos réfrigérateurs avant qu’il ne pollue plus encore nos estomacs, nos cerveaux et la planète. Escargot, symbole de la décroissance heureuse et joyeuse, du bien vivre en consommant moins mais mieux, j’en bave d’envie. Petit à petit, il est facile de modifier son comportement alimentaire , ce premier besoin, alors pourquoi pas les autres ? Et oui , se faire envie et non pitié, répondre aux besoins , non aux désirs parfois capricieux c’est penser nous plutôt que  je . Un Oui aujourd’hui à la place d’un « je m’y mets demain c’est promis ».

Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.