Lectrice

 

3-reading

Publicités

Les murs – Edouard Glissant

silhouette -mur

Les murs sont compagnons,

 Posés toujours qu’ils sont pour le coude et la paume

 Et dressés vers les yeux,

 Ayant un peu de terre

Où confier leur bonté quand ils en ont excès

Et paraissant avoir prouvé leur innocence

 A se trouver dans l’air tout en vivant de noir.

 Bien des murs sont tachés

 De mousse ou de lichen couleur des vagues

Qui à peine émergés

De l’eau tiède et du sel où vivre prend figure

 Laissent de pierre à nu

 Aussi gros que la plaie à ne pas trop montrer,

 Plutôt chérir quand on est seul.

C’est dans les murs

Que sont les portes

Par où l’on peut entrer

Et par l’une Arriver.

 Ils ont affaire à l’air

 Pour quelques distractions.

Le vent de mer y passe

 En poussant dans le ciel et la chair des garçons,

Y porte feuille ou moucheron

Et la caresse.

Ils ont affaire aussi

 A la pluie, aux lessives. .

 Mais le soleil

Est un pouvoir.

Les murs quand ils sont

 Hauts,

 Surtout ceux qui n’ont pas fenêtres et rideaux,

 Qui ont traînées parfois de gris jaune et de noir

 Dessous les cheminées,

 Sont bons pour être écrans aux visions des passants

 Qui n’y trouvent pas forme ni leçon,

Mais soupirail :

Un géant rouge a fait grand signe

Et sur les toits ses pieds vont vite.

C’est au ciel qu’il s’en prend,

C’est à l’été.

 Il a du feu entre les bras.

 Il a laissé tomber un astre ou un enfant.

Il dit : Vengeance.

 Il se rassoit.

 C’était un pauvre.

Il y a du terrible dans le monde

Et ce sera

Un mur à travers champs, contre un prunier,

Auprès de la charrette et ses timons dans l’air,

Sous le soleil qui fait durer l’immensité.

Un mur qui n’aura pu

S’habituer

Et ne croit plus

 Réduire l’espace à travers plaines.

7d7058cd06a0a7a58866dd3281a91fdd_h

Voir le dedans des murs

Ne nous est pas donné.

 On a beau les casser,

Leur façade est montrée.

 Bien sûr que c’est pareil

 En nous et dans les murs,

 Mais voir

 Apaiserait.

Des murs

Sont laids.

 Ils n’y auront pas mis

 Du leur.

Faits pour cacher,

 Pour empêcher,

 Amidonnés parfois

De tessons de bouteilles. —

 Ils n’arrêteront pas

 Les foules du triomphe.

 Parfois les routes —

Nous y allions pour le plaisir ou le devoir —

 Étaient bordées de murs.

 Ils nous donnaient la verticale,

Du soleil blanc, la route encore

 Et du loisir,

 Mais ils nous séparaient

De la fraise attardée dans la fraîcheur du bois

Où toucher deux genoux

Qui ont tant de raisons de trembler sous les feuilles.

 On ne serait pas tellement plus mal

 Devenus le mur au bord de la place

Où les enfants jouent entre des vieillards,

Lui qui de toute la ville ne sait que la colère. —

 On pourrait devenir aussi

Un mur caché par le feuillage, à la campagne,

 Pour être heureux.

74-07-paysage-07-site

Que peut un mur

 Pour un blessé?

 Et pourtant Il en vient toujours dans les batailles

S’y adosser,

Comme si la mort ainsi

Permettait de mourir

 Avec plus de loisir

 Et quelque liberté.

Un homme

 Est devenu jaloux des murs,

 Et puis, têtu, c’est des racines

 Qu’il ne peut plus se démêler.

 II assoit à l’écart

Un corps habitué,

 Exclut les portes,

 Exclut le temps,

 Voit dans le noir

Et dit : Amour.

acrobate_mur-funambule

Miroir

 

joan-fontcuberta

L’heptathlon + 1 épreuve. Nadja Casadei – Victoire !

13_peter-holgersson_1310773

L’athlète suédoise Nadja Casadei, pendant un entraînement en prévision des championnats mondiaux et européens d’athlétisme. Cette femme a continué à s’entraîner et à faire des compétitions malgré un diagnostic de tumeur cancéreuse et pendant les traitements chimiothérapiques, dans l’espoir d’arriver prête aux Olympiades de Rio 2016.

Photographie de Peter Holgersson, Suède.World press photo 2014.1) Catégorie Sport.

Il est des combats qui  sont toujours  des victoires pour soi-même. » L’important  est de participer. (…)il y a dans les mœurs, comme dans l’histoire, des conquêtes imprévues. »  , disait le baron  Pierre Fredy de Coubertin.

Cet équilibre , cette leçon de volonté, de tavail dans la notion d’effort vaut tous les discours qu’on puisse trouver. Sotchi va éteindre la flamme, Rio prendra le relai. Derrière les médailles, les efforts, les résultats, les bravos et hourras, il y a les hommes et les femmes , loin de la mascarade des médias, loin des enjeux politiques, sociaux , économiques, militaires et financiers des pays organisateurs . Ce ne sont pas que les sportifs qui ont fourni des efforts , mais surtout les petites gens, le peuple , loin des projecteurs qui ne récolteront aucune couronne de laurier. Point de bronze, d’or ou d’argent . Le seul prix est leur labeur, leur courage , leur ténacité.

Alberto Garcia Alix

 

alberto-garcia-alix-4

Bouche à bouche et jeu de langue.

eec81bd97c24c3f52616df860868313f

Khrysta-Lloren

tumblr_m7q2d8PMZf1r3dkygo1_1280

La P’tite Lady – Vivien Savage 1984