Feel,try and lose – Mathieu Pesqué & Roll Pignault

Paul Personne – Pour quelle bonne raison

INDRA (Indra Rios Moore) – Old Country

The Avener – Fade Out Lines

Prendre Corps – Gherasim Luca

 

polish-painter

je te flore, tu me faune
je te beau, je te porte et te fenêtre
tu m’os, tu m’océan
tu m’audace, tu me météorite
je te clé d’or, je t’extraordinaire
tu me paroxysme
tu me paroxysme et me paradoxe
je te clavecin, tu me silencieusement
tu me miroir et je te montre
tu me mirage, tu m’oasis
tu m’oiseau, tu m’insecte
tu me cataracte
je te lune, tu me nuage
tu me marée haute, je te transparente
tu me pénombre, tu me translucide
tu me château vide et me labyrinthe
tu me pare à l’axe et me parabole
tu me debout et couché
tu m’oblique
je t’équinoxe, je te poète
tu me danse, je te particulier
tu me perpendiculaire et sous-pente
tu me visible, tu me silhouette
tu m’infiniment, tu m’indivisible
tu m’ironie
je te fragile, je t’ardente
je te phonétiquement, tu me hiéroglyphe
tu m’espace, tu me cascade
je te cascade à mon tour
mais toi tu me fluide
tu m’étoile filante, tu me volcanique
nous nous pulvérisable
nous nous scandaleusement jour et nuit
nous nous aujourd’hui même
tu me tangente
je te concentrique, concentrique
tu me soluble, tu me soluble
en m’asphyxiant et me libératrice
tu me pulsatrice, pulsatrice
tu me vertige, tu m’extase
tu me passionnément, tu m’absolu
je t’absente
tu m’absurde
je te narine, je te chevelure
je te hanche, tu me hante
je te poitrine, je buste ta poitrine
puis te visage, je te corsage
tu m’odeur, tu me vertige
tu glisse, je te cuisse
je te caresse
je te frissonne, tu m’enjambe
tu m’insupportable, je t’amazone
je te gorge, je te ventre
je te jupe, je te jarretelle
je te bas, je te bach
oui je te bach pour clavecin
sein et flûte
je te tremblante, tu me séduis
tu m’absorbe, je te dispute
je te risque, je te grimpe
tu me frôle
je te nage mais toi tu me tourbillonne
tu m’effleure, tu me cerne
tu me chair, cuir, peau et morsure
tu me slip noir
tu me ballerine rouge
et quand tu ne haut talon pas mes sens
tu les crocodile
tu les phoque, tu les fascine
tu me couvre et je te découvre
je t’invente parfois
tu te livre
tu me lèvre humide, je te délivre
je te délire, tu me délire et passionne
je t’épaule, je te vertèbre
je te cheville, je te scie les papilles
et si je n’omoplate pas avant mes poumons, même à distance tu m’aisselle
je te respire
jour et nuit je te respire
je te bouche, je te balai
je te dent, je te griffe
je te vulve, je te paupière
je te haleine, je t’aime
je te sens, je te cou
je te molaire, je te certitude
je te joue et te veine
je te main, je te sueur
je te langue, je te nuque
je te navigue, je t’ombre
je te corps et te fantôme
je te rétine dans mon souffle
tu t’iris
je t’écris
tu me pense.

Texte : Gherosim Luca

Illustration : Gdzislaw Bekzinski

Arthur H & Nicolas Repac – Prendre corps

Illustration video : Peintures de Diego Beyro

Texte :Poême Prendre corps de Gherasim Luca

Van Morrison – Days Like This