Yellow : de sa « petite vie » pleine de tendresse et de concepts

untitled-design4-2

Rappelez-vous de Yellow et son E.P  » Ma petite vie » où il nous faisait des révélations de la tendresse pour Yellowdie et autres titres .

Yellow c’est ça

Et son histoire atypique, la voici

C’est l’histoire d’un toulousain (boudu,  presque Toulousain  car arrivé pendant l’enfance apres avoir quitté Marseillequi a décidé de faire de la musique Folk.

En 1994, Ben – pas encore Yellow – découvre le folk avec l’album Welcome to the Cruel Word de Ben Harper, une révélation. C’est la découverte d’un genre, d’un état d’esprit, mais aussi de la Lap Steel (guitare des années 30 qui se joue assis, posée sur les genoux) et d’une nouvelle manière de jouer.

Derrière la batterie dans un groupe de reggae Spear Hit, il vit une belle aventure pendant dix ans, émaillée de tournées en Europe, de deux albums et d’un surnom, «Yellowman», lié à ses cheveux jaunes.  Ben devient Yellow et la carrière devient solo à l’assaut des bars toulousains et d’un faceà face enchanteur avec le public.

Yellow compose, écrit et interprète un folk délicat et tendre, à la manière de Cocoon, Feist, Alela Diane, Moriarty ou encore Bon Iver. Son aventure de batteur reggae l’influence dans ses textes, les messages sont positifs, l’espoir et le désir d’unité sont là. A coups de guitare et de bonnes vibrations, d’un banjo et d’une grosse caisse, Yellow multiplie les scènes depuis 2008. Ce vorace  d’echanges musicaux avec son auditoire le fait jouer avec passion  partout, tout le temps .

 

Cet énergumène de Yellow, constatant la morosité ambiante des laveries automatiques de son quartier  décide de lancer le festival Lavotour. Petit flash-back télévisuel sur l’esprit joyeux des créatifs toulousains , en partage musical dans la Ville Rose , des concerts improvisés dans les laveries automatiques fréquentées par la population estudiantine (  clin d’œil à l’une d’entre elles )

Lavo-Tour, une tournée musicale qui a lieu dans 5 laveries automatiques toulousaines tout au long du mois de mars 2009. Chaque dimanche soir, trois concerts de 25 minutes, le temps d’une machine. Avec Alice, Solo et Yellow. Ce  concept s’est propagé de ville en ville.

Hormis les lavomatiques, Yellow poursuit ses concerts chez l’habitant pour des concerts en appartements. Mais aussi en en 2012 dans les couloirs et une chambre de l’Hôpital Purpan à Toulouse, la prison de Muret etc. «L’objectif est simple, insuffler un peu de vie, là où elle s’essouffle» confie Ben.

Autre lieu improbable que dévoile sa chaine youtube et ses Water Covers , autre concept que de jouer des reprises (cover) dans les W.C de salle de concert .

Clin d’œil à une artiste passée par Toulouse, Jain , reprise(cover) de son titre Makeba en version Yellow acoustic Lap Steel dans les W.C de la salle Le Phare  de Tournefeuille (banlieue de Toulouse) .

 

Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.