Quand la Patience paye : les « en- jeux » des maux à mots d’un Grand Corps Malade et de son langage

  • Richesse de la langue française et de ses expressions imagées, Grand Corps Malade aka Fabien Marsaud dont on découvre son combat personnel dans  son roman, adapté  avec Fadette Drouard, pour le cinéma qu’il co-réalise avec Mehdi Idir « Patients » concourant aux Césars 2018, le 2 Mars, catégorie Meilleur film, alors qu’il est en pleine tournée et promotion. Son histoire , juste avant ses 20 ans, grand sportif se dirigeant vers une carrière professionnelle  dans ce domaine, un accident de plongée en eau pas assez profonde , polytraumatisme et tétraplégie de forme incomplète dont il récupère partiellement après 1 an de rééducation , pris en charge à Poitiers c’est en seine et marne dans le centre de Coubert qu’il filme le parcours de Ben, l’espoir et l’attente, la résistance et l’amour avec humour et autodérision, cynisme parfois .Savoir toucher malgré les troubles de sensibilité liée à l’atteinte neurologique. Faire courir les mots sur les maux ; Changer d’objectifs de vie , adopter un plan B (titre de son nouvel album, où il met à l’honneur sa femme ‘Dimanche soir’, sa mère ‘ J’suis pas rentré’, son second fils à qui il fait ce cadeau symbolique de chanter et  non seulement slammer, scander ses paroles  » Tu peux déjà ») Et cet humour qu’il nous décrypte le langage du corps.
  • Paroles de : Le Langage du Corps

    Le corps humain est un royaume où chaque organe veut être le roi 

    Y’a le coeur, la tête les couilles, ça vous le savez déjà 

    Mais les autres parties du corps ont aussi leur mot à dire 

    Chacun veut prendre le pouvoir et le pire est à venir 

    Il y a bien sûr la bouche qui a souvent une grande gueule 

    Elle pense être la plus farouche mais se met souvent le doigt dans l’ œil 

    Elle a la langue bien pendue pour jouer les chefs du corps humain 

    Elle montre les dents c’est connu mais n’a pas le cœur sur la main 

    Seulement la main n’a pas forcément le monopole du cœur 

    Elle aime bien serrer le poing, elle aime jouer les terreurs 

    Elle peut même faire un doigt elle ne fait rien à moitié 

    La main ne prend pas de gants et nous prend vite à contre-pied 

    Le pied n’a pas de poil dans la main mais manque d’ambition 

    Au pied levé je dirais comme ça que le pied n’a pas le bras long 

    Les bras eux font des grands gestes pour se donner le beau rôle 

    Ils tirent un peu la couverture mais gardent la tête sur les épaules 

    On peut être timide ou on peut parler fort 

    D’toute façon ce qui décide c’est le langage du corps 

    On peut avoir l’esprit vide ou un cerveau comme un trésor 

    D’toute façon ce qui domine c’est le langage du corps 

    C’est le langage du corps 

    C’est le langage du corps 

    Quand la bouche en fait trop la main veut marquer le coup 

    Pour pas prendre sa gifle la bouche prend ses jambes à son cou 

    La bouche n’a rien dans le ventre elle préfère tourner le dos 

    Et la main sait jouer des coudes la tête lui tire son chapeau 

    Mais l’oeil il n’est pas d’accord elle lui fait les gros yeux 

    Ils sont pas plus gros que le ventre mais l’oeil il sait ce qu’il veut 

    Car œil à la dent dure sur le corps le sait tout le monde le voit 

    À part peut-être la main qui pourrait bien s’en mordre les doigts

    Et la jambe dans tout ça et bien elle s’en bat les reins

    Elle est droit dans sa botte et continue son chemin

    Personne ne lui arrive à la cheville quand il s’agit d’avancer

    Même avec son talon d’Achille elle trouve chaussure à son pied

    Les pieds travaillent main dans la main et continuent leur course

    Jamais les doigts en éventail ils se tournent rarement les pouces

    Ça leur fait une belle jambe toutes ces querelles sans hauteur

    Les pieds se foutent bien de tout ça loin des yeux loin du cœur

    On peut être timide ou on peut parler fort

    D’toute façon ce qui décide c’est le langage du corps

    On peut avoir l’esprit vide ou un cerveau comme un trésor

    D’toute façon ce qui domine c’est le langage du corps

    C’est le langage du corps

    C’est le langage du corps

    Pour raconter l’corps humain rien n’est jamais évident

    Je m’suis creusé la tête et même un peu cassé les dents

    Alors ne faites pas la fine bouche j’espère que vous serez d’accord

    Que c’texte est tiré par les cheveux mais que petit à petit il prend corps

    J’n’ai pas eu froid aux yeux mais je reste un peu inquiet

    Je croise les doigts pour qu’au final je retombe un peu sur mes pieds

    Ne soyez pas mauvaise langue même si vous avez deviné

    Que pour écrire ce poème je me suis tiré les vers du nez

    On peut être timide ou on peut parler fort

    D’toutes façons ce qui décide c’est le langage du corps

    On peut avoir l’esprit vide ou un cerveau comme un trésor

    D’toutes façons ce qui domine c’est le langage du corps

    C’est le langage du corps

    C’est le langage du corps

Publicités

Insolite mis en Gif – Susan Fouts

ob_ce2217_joel-remy-nancy-fouts

Visite express d’un univers : Le Turk

 

Voyage étape  en 2 vidéos  réalisées  par   Le Turk pour entrer dans l’ univers  de ce Méliès du XXI ème siècle , ce photographe , par ailleurs, dessine, décore, cumule et crée son monde dans un coin d’atelier, un plateau de tournage , une galerie en expo …

Lire la suite

De l’autre côté du miroir

konczakowski

gif de Konczakowski d’après le tableau « Les liaisons dangereuses » – Magritte 1936.

Technique d’effet droste, effet d’optique comme la mise en abyme.

De l’autre côté du miroir : Web Spider – Anna Bulka

il_340x270-1050488149_432a

Fêlures: Mise en abyme Taisuke Mohri

35eb55389e01087149837e385d6b13d8

Dessin au crayon

SLIKS – De la peinture rupestre à la technique du Tag urbain

sliks_logo

 

Rafael-Sliks-Eye-urban-spree_Ambivalence-Berlin

Rafael Sliks est né et a grandi à São Paulo (Brésil).Ce graffeur est fortement influencé par les textures de la ville et de ses dégradations causées par le temps et la pollution .De nombreuses personnes ont fait la relation  entre les peintures rupestres dans les cavernes  et le graffiti. Oui, tous les deux ont un mur comme  support.  Oui, nous Humains semblons toujours très primitifs. Mais c’est juste cela. Il y avait un besoin de  représentation et de compréhension du monde extérieur; ici, il y a un besoin de l’affirmation d’un monde intérieur. Là, on a tenté de créer des règles. Ici, là transgression. Il n’y avait aucun écrit et peut-être le dessin était les seuls moyens visuels de communication. Ici, l’écriture est l’origine de tout. Le graffiti prend   son nom, de l’anglais  « writer », l’auteur, celui qui écrit. Et le Tag comme   est appelé la signature de l’artiste de graffiti, est le langage  duquel tout l’ esthétique de graffiti est développé. Sliks est  diplômé en  calligraphie qu’il met en pratique. Vous croisez  souvent , par hasard une de ses tags au fil des  rues de São Paulo;

02de13d5-ae25-4f60-87ba-a40e5da65b51_570

C’est audacieux, une simple couleur, aucun contour. Les mouvements rapides de la main, le bras, la pression de doigt correcte sur la buse  de la bombe de peinture pour vaporiser avec le bon angle l’angle et la distance entre l’aérographe  et le mur. Cela  détermine le résultat. Comme la synthèse complexe du geste aléatoire et contrôlé, le Tag porte une tradition si respectable et du grand art traditionnel, c’est la jonction parfaite entre la maîtrise de technique et l’esthétique. Les critiques  d’art du passé, imaginaient-ils qu’un récipient à jet d’encre sous pression pourrait tout changer? ? Pendant presque 5 décennies,  des générations ont utilisé et amélioré le vaporisateur pour créer un nouvel esthétisme . Sliks  trace son chemin toujours dans une recherche dépassant le simple Tag  calligraphié. Il joue avec le langage et les significations des graffitis . À leurs frontières, il crée des univers tridimensionnels utilisant des plans multicolores, des textures  dégradées par le temps et la pollution  qu’il recouvre de sa trace leur donnant vie .Que ce soit sur de supports extérieurs , sur des toiles ou sur support photographique, ses peintures jouent de leur propre gravité.

Mêlant peinture, photographie et Graffiti, Sliks adapte les techniques de peinture murale sur toile. En utilisant différents types de lignes, de couleurs et en variant les outils, il crée des pièces d’art abstrait qui naviguent entre figuration et abstraction.