Moonshine ( Alcool de contrebande) Etam-Cru

streetartnews_etamcru_richmond_usa-8

Réalisé pour le Richmont Project ( Virginie-U.S.A) en 2013, par le Duo polonais Stainer & Betz composant Etam Cru. En cette pleine saison des fraises, le sujet en était trop tentant;

streetartnews_etamcru_richmond_usa-5

Détail  » gourmand » de la fresque Moonshine

Donner la main et entre ses doigts…La femme

wolfgang-alexander-kossuth2

De la main d’un artiste , de sa dextérité à modeler les maux, malaxer ses idées,tel un dieu créateur, il ébauche la silhouette dessein d’y ajouter des traits de caractère, d’un soyeux polissage en porter la douceur du grain de peau. La main se fait caresse. Elle suit les lignes et les courbes s’attarde, hésite et continue le lustrage . Femme de terre, c’est en l’humidifiant  de toute son attention éviter les fissures , et qu’en la chauffant une bulle se forme  dans le mystère de l’intériorité et que montée à température de fournaise  elle n’éclate en milliers de fragments .

Femme de pierre, la main devient râpeuse. Elle abrase, elle use sans concession l’enveloppe externe afin de dévoiler la couleur , les veines de cette enveloppe charnelle. De la glaise, elle s’anime et donne trait et vie à son modèle. De la masse, elle donne corps ; elle malaxe, elle explore, s’insinue dans les courbes arrondissant les angles d’un ébauchoir ou d’une mirette, affinant la silhouette, couvrant d’un fin linceul ou d’un voile drapé , réchauffant l’âme , le noyau de la terre qui s’offre et s’abandonne sous les gestes précis , méticuleux quasi affectueux du sculpteur maitre d’œuvre.

Mais il arrive qu’un coup d’ongle malencontreux dénature la nudité offerte. Et de cette  éraflure, griffure comme autant de morsures, cicatrice d’une plaie superficielle ou plus béante comme une fente laisse échapper alors pour un regard  inquisiteur quelque maléfique  malfaçon de l’ouvrage  ou grossier orifice   naissant  en toute impudeur pour une transgression du voyeur .

Dans la paume de main déployée en corolle , la frêle demoiselle aux pieds d’argile semble si fragile . Le froissé du drapé, par le pouce enfoncé crochète et agrippe toute sa féminité. Mâle domination quand la terre a durci mais qui par les yeux clos de paupières ourlées, par le dard des pointes de seins dressés est contrebalancée dans cet air d’abandon réfléchissant sur cette peau diaphane une lumière paradoxale .Force  et faiblesse est-ce la main qui donne, qui empoigne ou saisit? Est-ce en écho à l’eternel combat de s’extraire d’un bloc, de trancher dans le vif, de mettre l’âme à nu sans donner de réponse . Faire naitre des émotions que ce travail d’artiste  en ciselant les lignes des deux caractères opposés et si complémentaires .De la terre à la pierre, seuls les outils différent. Les caresses de la glaise molle font place aux coups de burin et ciseaux dans la masse avant que d’être polie, lustrée et qu’une patine en donne tout l’éclat . De l’éphémère image mentale, de la représentation à la conception , donner de cette main un sens, donner à cette femme naissance .Harmonique équilibre tout en contraste . Comme un autre monument ciselé par un sculpteur de mots et de son Alain Bashung dans Malaxe :

« Entre tes doigts l’argile prend forme

L ‘homme de demain sera hors norme

Un peu de glaise avant la fournaise

Qui me durcira

Je n’étais qu’une ébauche au pied de la falaise

Un extrait de roche sous l’éboulis

Dans ma cité lacustre à broyer des fadaises

Malaxe…….. »

wolfgang-alexander-kossuth7

Texte 😛 Lafraise

Sculpture : Wolfgang Alexander Kossuth

Ah, cueillir 2017 ! Des voeux un peu givrés

18-1-013-givre_

Grand frimas de l’hiver , en ce 1er Janvier , fractals de fleurs de givre sur un tout se déposent comme autant de bonnes résolutions et de vœux  sur les carreaux du calendrier . Ah cueillir la nouvelle année , avenir incertain, des vœux  pieux ou païens, du  » je te veux … du bien, à toi et aux tiens ..Et à la tienne, comme on dit Santé, portez vous bien! »

Santé avec ou sans thé  les sans toit, sans foi ni loi , ceux qui ne manquent pas d’air et d’autres qui suffoquent:  réchauffement climatique, finis les sacs plastiques. Sans T, sans R et sans O  sécheresse,  terre aride, ah sans ride la peau lisse. Jeunesse de vos quelques Printemps sous Eté , éternelle jouvence souhaitée pour tous ces centenaires à venir

Quant à prospère ite missa est  La messe est dite et celle du temps présent de Pierre Henry et Michel Colombiers fête , en 2017, ses 60 ans , métamorphosée cette messe et remixé il y a 20 ans par St Germain ( Ludovic Navarre)

Pour vous souhaiter,  en cette nouvelle année , bonheur, amour et longue vie  quoi de plus symbolique que des roses de Jéricho et à défaut de rose rouge un Jéricho jerkant sur ce mur dans sa version revisitée .

Case 6:Hanggai – Baifang

Sona Jobarteh & Band – Kora Music from West Africa

+ OU – (Hippocampe Fou)..;)

Street Art

fila-bansky-basket-street art-