Je veux dédier ce poème à toutes les femmes qu’on aime …

Les passantes, poème  d’Antoine Pol , écrit en 1911,publié dans « Emotions poétiques » en 1918, découvert par Georges Brassens dans les années 40 chez un bouquiniste, la met en musique en 1971 . Aujourd’hui, c’est Charlotte Abramow , réalisatrice photographe, qui nous présente en tableaux esthétiques la vision de la femme actuelle dans la liberté et la diversité .

« J’ai imaginé cette vidéo comme un poème visuel. Une ode à la femme, à leur liberté et à leur diversité. À tous types de corps, tous types de métier. Montrer qu’il ne doit pas y avoir de barrière pour la femme, un être humain avant tout. » Charlotte Abramow

 

Eloge des femmes , de celles mystérieuses ou insaisissables , des rencontres. manquées  . Regard d’homme sur ces femmes aperçues , croisées et qui passent pour le texte original d’ Antoine Pol. Vision de ce qu’était peut-être leur vie ..

Une existence humaine en un fugace instant de conscience ou un rêve chimérique et pudique à la lueur d’un visage entraperçu sur lequel on aurait aimé lire un signe d’approbation pour arrêter le temps et y trouver une invitation à un rapprochement profond  .

Lire la suite

Publicités

Jeronymus en live & Tabula Rasa (titre de son album éponyme)

 

Too much …Imagine !

surreal-worlds-of-vincent-bourilhon-001-550x549

Il est des trop ou des pas assez.Il y a des impulsions et des pulsions incontrôlées. Il y a des rimes qui ne riment à rien  et de ces riens qui font des toux où tu n’y peux rien . Il y a des silences qui font plus de bruit  qu’une seule ville n’y comprend plus rien . Il y a des masques qui parfois s’effacent et que, toi pourtant, tu   y peux d’un  rien .. Il y a ce que tu veux, espères ou interprètes . Il y a ce moi , fuyant  qui te respecte .. Il y a la multitude d’équations croisées avec ces inconnu(e)s X? Y ? Z et plus où les dérivées de fonction sont inactives sur les nombres complexes..Il y a d’un facteur X prêt à faire du bruit au delà de la toile;

Quand celà sent un esprit adolescent, pourquoi 1 seul quand il peut y en avoir 99?

 

Il n’est jamais trop tard . Et du routard, un petit détour ,de retour sur la route 61 avec le fils Lanvin

 

Et parce qu’elle préfère montrer des petits plaisirs pour rien  ( vous saurez trouver!) et dans un show her ( désolée Galibert  ni suicidaire, ni hyper , quoique via les traductions , au moins un lecteur s’y perd ^^ ! )Tant pis pour les pelles,  les “like” , les comment, les pourquoi  (ni remords, ni regrets, chers lecteurs !) Rimer avec Shower à défaut de “sower” !

Des chiffres et des numéros, de quoi en perdre tout raisonnement mathématique et de dire .. C’en est trop .. 3it’s all too much ..! » dans ce collage, montage illustrant des fragments de Revolution 9 des Beatles .

 

A vous d’y trouver du bon sens dans ce sens dessus dessous , à écouter à l’endroit à l’envers comme les mailles du tricot de la grand’mère dans Rumore de Ros . Une fois de plus, la boucle est bouclée . Un trop  en intro , ne soyez pas trop pressés ! une parenthèse arrive pour vous . Veuillez patienter .. Qui va piano va …. 😉 CQFD !

Visite express d’un univers : Le Turk

 

Voyage étape  en 2 vidéos  réalisées  par   Le Turk pour entrer dans l’ univers  de ce Méliès du XXI ème siècle , ce photographe , par ailleurs, dessine, décore, cumule et crée son monde dans un coin d’atelier, un plateau de tournage , une galerie en expo …

Lire la suite

Jerusalem en notes et en accords

Certains sujets brulants ne peuvent être abordés de façon objective par ceux qui le vivent de l’extérieur ou qui prennent position de manière arbitraire. Comment garder une neutralité bienveillante face aux annonces, aux prises de décision, aux évènements médiatiques pouvant bouleverser des donnes d’enjeu géopolitique majeur ou juste l’amorçage d’un pétard mouillé?

Au delà des discours,du mental,de l’analyse, du décodage, la musique peut être un instrument qui transcende la condition humaine. De l’inutile indispensable , au superflu chose très nécessaire de  » Voltaire », 3 approches Rock différentes autour de « Jerusalem ». Au delà et plus encore, un clin d’œil amical à 3 personnes ou plus qui se reconnaitront .

Rock :Anouk Teeuwe, chanteuse et compositrice neerlandaise , titre issu de l’album Hotel New York ( dernier album 2016-Fake it till we die), insuffisamment connue en France

Metal : Bruce Dickinson, anglo-saxon  bien connu comme vocaliste du groupe Iron Maiden parmi ses multiples casquettes , titre de l’album The chemical wedding ( dernier album iron maiden – The book of souls 2015)

Rock stoner : Hypnos 69 groupe belge album Legacy 2010.

 

 

Bonne année

IMG-20160410-WA0009 (2)

Comme cette petite tache rouge dans ce champs de corolles jaunes y voir un pied de nez à la perfection. Il nait de certaines erreurs , de certains ratés des résultats inattendus, des découverts, des inventions, des avancées et des chefs d’œuvre.

Rétrospective de 2017 ou anticipation de 2018, ni souhait, ni voeux de Lafraise pour cette année nouvelle .Y apporter pour vous les imperfections, le futile, la curiosité, la joie dans le divertissement avec, cependant sa petite touche écarlate dans un univers où l’or côtoie la pacotille.

Passons du coq à l’âne ou plutôt comme nous le ferons en Février (nouvel an chinois) du coq de feu au chien de terre au travers de 2 petites vidéos futiles mais qui donnent le sourire, sélections de vines ( terme générique venant de l’application mobile de Twitter Vine hébergeant les  courtes vidéos de quelques secondes tournant en boucle ). Vidéo des petits moments d’insatisfaction( de ces petits ratages qui pourraient énerver) suivie de celle mise en ligne aujourd’hui de ces réussites, florilège d’images 2017)

 

Yellow : de sa « petite vie » pleine de tendresse et de concepts

untitled-design4-2

Rappelez-vous de Yellow et son E.P  » Ma petite vie » où il nous faisait des révélations de la tendresse pour Yellowdie et autres titres .

Yellow c’est ça

Et son histoire atypique, la voici

C’est l’histoire d’un toulousain (boudu,  presque Toulousain  car arrivé pendant l’enfance apres avoir quitté Marseillequi a décidé de faire de la musique Folk.

En 1994, Ben – pas encore Yellow – découvre le folk avec l’album Welcome to the Cruel Word de Ben Harper, une révélation. C’est la découverte d’un genre, d’un état d’esprit, mais aussi de la Lap Steel (guitare des années 30 qui se joue assis, posée sur les genoux) et d’une nouvelle manière de jouer.

Derrière la batterie dans un groupe de reggae Spear Hit, il vit une belle aventure pendant dix ans, émaillée de tournées en Europe, de deux albums et d’un surnom, «Yellowman», lié à ses cheveux jaunes.  Ben devient Yellow et la carrière devient solo à l’assaut des bars toulousains et d’un faceà face enchanteur avec le public.

Yellow compose, écrit et interprète un folk délicat et tendre, à la manière de Cocoon, Feist, Alela Diane, Moriarty ou encore Bon Iver. Son aventure de batteur reggae l’influence dans ses textes, les messages sont positifs, l’espoir et le désir d’unité sont là. A coups de guitare et de bonnes vibrations, d’un banjo et d’une grosse caisse, Yellow multiplie les scènes depuis 2008. Ce vorace  d’echanges musicaux avec son auditoire le fait jouer avec passion  partout, tout le temps .

 

Cet énergumène de Yellow, constatant la morosité ambiante des laveries automatiques de son quartier  décide de lancer le festival Lavotour. Petit flash-back télévisuel sur l’esprit joyeux des créatifs toulousains , en partage musical dans la Ville Rose , des concerts improvisés dans les laveries automatiques fréquentées par la population estudiantine (  clin d’œil à l’une d’entre elles )

Lavo-Tour, une tournée musicale qui a lieu dans 5 laveries automatiques toulousaines tout au long du mois de mars 2009. Chaque dimanche soir, trois concerts de 25 minutes, le temps d’une machine. Avec Alice, Solo et Yellow. Ce  concept s’est propagé de ville en ville.

Hormis les lavomatiques, Yellow poursuit ses concerts chez l’habitant pour des concerts en appartements. Mais aussi en en 2012 dans les couloirs et une chambre de l’Hôpital Purpan à Toulouse, la prison de Muret etc. «L’objectif est simple, insuffler un peu de vie, là où elle s’essouffle» confie Ben.

Autre lieu improbable que dévoile sa chaine youtube et ses Water Covers , autre concept que de jouer des reprises (cover) dans les W.C de salle de concert .

Clin d’œil à une artiste passée par Toulouse, Jain , reprise(cover) de son titre Makeba en version Yellow acoustic Lap Steel dans les W.C de la salle Le Phare  de Tournefeuille (banlieue de Toulouse) .