Billet d’humeur-Sortir d’une bulle vers une lettre ouverte à ….

Andriy Dykun

Etrange comme il est plus facile de poser un voile sur ce qui vous touche personnellement en cherchant à traiter d’un sujet de manière plus ou moins méthodique , de cacher les émotions et sentiments , les points de vue subjectifs et de faire disparaitre le  » je » sous une avalanche de références parfois invérifiable quant à leur véracité . Est-il préférable de renvoyer l’image du miroir en abordant un thème de société plutôt que d’oser se mettre à nu et de témoigner juste habillée de sa pudeur, de ses limites , de ses tabous, de ses frontières infranchissables cloisonnant le jardin secret.Sphère publique, privée  et intime dont nous définissons les bords, les contours souvent flous ou encore inconnus de nous-mêmes.Nos expériences de vie, les modèles éducatifs, culturels, nos croyances servent et desservent notre vision  du monde, de la société dans lequel nous vivons mais aussi  vision macroscopique de la cellule familiale. De ce billet d’humeur , en faire une lettre ouverte et du « on » passer à  » nous » sans oublier pour une fois le « tu » et le « je ».

Extrait de dialogue (en est-ce vraiment un ou 2 monologues menés en parallèle ?)

 » Je ne sais pas  si cela m’aide de devoir déballer mes histoires à ce ‘spécialiste’ , il m’écoute et  me pose une question à laquelle je ne peux pas répondre .. Du coup  il y a de longs silences.

-Comment vis tu ces instants ?

  • Je peux raconter cela à n’importe qui d’autre , mais cela ne change rien , je me sens toujours aussi mal
  • -pourquoi, alors ne lui dis-tu pas ? Qu’espères-tu lors de vos séances ? Il t’a été proposé d’intégrer un groupe de paroles entre jeunes ayant les mêmes problèmes, les mêmes difficultés de vie , tu refuses.
  • _Oui mais non !!Ils ne sont pas moi et je ne suis pas eux . Personne ne peut entrer dans ma tête et comprendre .Je m’en fous des autres !!
  • Tu t’en fous ? Alors pourquoi passer des heures à servir d’éponge émotionnelle à chatter sur le Net et à t’attrister du malheur de X ou Y ?

Ce n’est pas pareil , eux je les connais. »

hermeneutica-31

Vous est-il arrivé d’avoir la sensation de vous trouver alors devant une personne enfermée dans sa bulle et qui ne perçoit de vous que des mimiques qu’elle ne sait décrypter sans pouvoir ou vouloir entendre les mots prononcés? L’image d’un autiste ne sachant sentir les émotions de l’autre et ne pouvant les assimiler , les reproduire ou y répondre . Trop de connexions neuronales ou pas assez différenciées que les expériences et apprentissages de vie n’ont pas sélectionnés .

Impossible de franchir l’enceinte  de la citadelle dans laquelle s’enferme l’adolescent . Rien ne peut lui faire prendre du recul ou relativiser ses obstacles de parcours.L’envie de lui faire sentir la détresse d’un jeune du même âge confronté à ses réalités de vie .Point n’est besoin de prendre le cas d’un jeune dans un pays privé de toute liberté . » Oui , je sais !! » sera la réponse , véritable leitmotiv ..oui , la faim dans le monde , oui l’esclavage sexuel ou non , oui les persécutions, les guerres ..

Oui , je devine ta propre souffrance d’avoir été maltraitée lorsque tu as été prise comme bouc émissaire au collège de ces sempiternelles boutades , bousculades, détériorations matérielles ( vêtements, affaires scolaires) répétées maintes fois, de ces paroles et gestes agressifs à ton encontre  de ce harcèlement envers toi , « l’intello » , qui t’a fait arrêter de prendre la parole en classe , qui te faisait baisser la tête et vouloir disparaitre dans un trou de souris  si tu avais une des meilleures notes à un devoir scolaire . Oui j’ ai été témoin impuissant de ton isolement volontaire, de ta traversée du désert sans aucune amitié forte et vraie, oui j’ai assisté à ton enfermement dans un monde virtuel , te croyant te protéger du regard et du jugement à travers des écrans interposés. Tu parles  d’une armure ? Plus insidieuse, plus toxique est cet abandon de réalités dans un monde d’illusions . Menteur pathologique , ainsi se définit le fils de quelqu’un , s’il lit ces mots , se reconnaitra . Du pathos , tu en as eu un aperçu lorsque ton père t’accorde le premier prix d’interprétation féminine, catégorie jeune espoir et te déconsidère dans ta tristesse, ta douleur d’adolescente en te complimentant avec mépris et cynisme de grande actrice ! Oui tu peux rire aux éclats à une blague de plus ou moins mauvais gout , oui tu t’amuses à choquer à travers des twitt, tu te camoufles ou tu noies le vrai toi dans des jeux puérils, dans des activités insignifiantes alors que tu pourrais utiliser ton énergie à des causes plus constructives à mes yeux d’adulte .oui j’ai l’impression de voir se taire ou se tarir la source d fierté quand tu semblais si mature , dans ton enfance, si sociable , si concernée par le bien-être et le bien-agir d’autrui et que tu étais la première à t’enthousiasmer pour une innovation , une idée . Oui toi qui m’a convertie au tri sélectif, à éviter tout gaspillage , à recycler, à la simplicité volontaire. Un mensonge quand tu jouais à la petite princesse et tirait partie de la situation de parents séparés te faisant offrir ce que maman refusait et que papa t’accordait .Oui tu te rends compte que le portefeuille du père n’est pas ce dont tu as besoin pour soulager tes maux et surtout pas de cette guerre souterraine, larvée, camouflée quant à une autorité que tu remets en cause et sur le bien fondé du souhait de passer des moments ensemble .

Oui , la vie n’est pas faite que de désirs assouvis, de satisfaction .oui les adultes aussi mentent, trichent, se dressent en dictateur. As-tu déchargé le fardeau de tes épaules auprès d ta psy  quant aux relations conflictuelles père/fille? Comment as-tu vécu la rupture de tout contact pendant plus de 3 mois et qui aurait pu devenir une éternité si une tierce personne n’avait pas rappeler les droits et les devoirs de chacune des 2 parties en cause .Oui , je me doute que cela rouvre d’anciennes cicatrices que de s’entendre dire  » tu sais , je dois consacrer tout mon temps libre à ta grand-mère , elle est vieille et malade , je ne t’y emmène pas c’est fastidieux et tu t’y ennuierai et difficile de te prendre en vacances d’été cette année. Il ne me reste plus beaucoup de congés et j’aimerai enfin , depuis X années que je t’accorde ce temps pour toi ,partir enfin libre avec ma nouvelle compagne . « Oui , je connais le ton employé et l’impossibilité de répliquer sereinement alors oui un silence de plus et un paquet de misère sur ton dos . Envie de te dire qu’il n’est pas toujours facile de rester serein , de garder son calme et sa bienveillance face aux tempêtes que tu déclenches . Oui , je sais , une des caractéristiques de la crise d’adolescence .On fait tomber les statues de leur piédestal , on saccage les idoles, on cherche à détruire les héros du quotidien sous couvert de se chercher, se découvrir et se construire . Mais qui es-tu ? Qui veux tu être , toi l’adulte en devenir ? Tu revis, sans le savoir les différentes phases d’apprentissage que Mr Piaget décrivait en témoigne le petit d’homme jetant ses jouets au sol et ne se reconnaissant pas encore dans l’image du miroir, dans sa « conscience » de soi qu’il construit . Je ne sais pas encore qui je suis vraiment mais peut-être sais-je ce que je ne suis pas ! Crois-tu disparaitre aux yeux de tous en t’affublant de larges vêtements informes? Ne penses -tu pas que j’ai deviné un problème que tu voulais éviter absolument dissimulé lorsque du jour au lendemain , tu t’es mise à quasiment t’arracher la peau à force de te frotter au gant de crin pendant des heures sous la douche? Le bruit de l’eau ruisselante ne cachait pas tes sanglots ? Et le refus d’être enlacée pour le bisou maternel du soir, ta fuite glissante comme une anguille pour éviter tout geste de tendresse accompagné alors d’un regard hargneux, animal sauvage blessé prêt à bondir ou prendre la fuite ?? Je n’en dévoilerai pas plus ici en espérant que ce qui a agressé et saccagé ton « jardin secret » ne détruise pas de façon irrémédiable ta future vie de femme.

 

Combien futile il me semble de tester avec toi ce qui aurait pu être le fil conducteur d’une liste non exhaustive de techniques , de traitement les plus simples et les plus sains loin de la pharmacopée des grosses industries du médicament miracle anti stress, anti déprime, anti fatigue de soi . Tu demandes désespérément l’accès à la boite à outils pour faire face aux expériences douloureuses de la vie . Comment sortir de l’état statique de celui ou celle qui subit les aléas, les circonstances de vie qu’on ne peut maitriser . Comment réagir pour pouvoir enfin agir, redresser le cap , se relever et poursuivre l’aventure . Apprendre à connaitre ses mécanismes de défense et le mode de fonctionnement mental face à des situations mettant en jeu l’affect , les émotions, les sentiments, le ressenti quand tel une allergique, un asthmatique on développe une hypersensibilité aux facteurs d’agression?

Comment te convaincre ou plutôt te déclencher la motivation , l’acceptation de la confrontation ou  de la mise en commun de notions connues , simples ou découvertes dans le combat quotidien par d’autres adolescents tout comme toi .Leur parole n’en a que plus de poids, ils sont les alliés de chacun . Base d’une éducation thérapeutique , ces moments de partage en groupe , unis par les mêmes chaines et boulets de la vie sont source de remède en mots pour les maux . Discussion , mise en situation ou jeu de rôle, exercices pratiques  s’accompagnent du vécu de chaque membre à bord de cette galère . Chaque ado ,  après avoir ramé seul dans son coin , s’ouvre au témoignage de l’un d’entre eux, l’un des leurs .Les commentaires, les blagues et anecdotes sur leur parcours, leur essai de traitement , effets secondaires , ratages, exprimés dans leur langage si particulier pour nous adultes perdus sans traducteur déconstruisent les  » oui, je sais » en  » si ça  a marché pour toi , pourquoi n’essaierai-je pas ? »

Du conseil diététique  » et oui , un verre de lait et de miel , ça peut aider à ré apprivoiser la douceur avant l’endormissement »  du  » et toi , Rescue  en gouttes  les fleurs de Bach plutôt que le » passe ton bac d’abord! Tu en penses quoi « ? Ça t’a fait quoi ? De la mélatonine en tube aux plantes en tisane décoction ou en comprimé , ça change de certaines autres plantes (et je ne parle pas de celle des pieds !).

Sophrologie, diététique, activités physiques et sportives, relaxation, yoga, méditation, approche des addictions et comportements à risque, des troubles alimentaires, travail sur l’estime de soi  sont autant de sujets abordés sous forme de jeux, proposition d’en faire une chanson , un court métrage  en commun , les outils technologiques sont à disposition pour arriver à communiquer ensemble , avec une petite aide de l’un et de l’autre , le jeu du  » je » crée de nouvelles règles  et de vraies crises de rire remplacent progressivement l’état critique , la guerre contre soi-même pose une trêve . Ne plus être désarmé, isolé mutique dans sa souffrance mais s’armer de la force de ses faiblesses , accepter ses fragilités en trouvant l’outil  approprié pour que les larmes des maux laissent enfin place  à la luxuriante explosion des efforts récompensés, de la volonté et la ténacité à Vivre , à mettre de la couleur sur les idées noires .

db20409c5ed10a28e6de07ca6f6c86e1

Reprendre le style journalistique et lister les techniques , les traitements ou quitter son masque  des pseudos » savoirs » en un témoignage qui pourrait débuter ainsi : Lettre ouverte aux parents , qui comme moi, n’ont pas la chance d’avoir un adolescent faisant partie des 85% sans trop de problèmes. Pas question d’écrire un roman fleuve sur l’historique des évènements ou de raconter par le détail les étapes du marathon de nos vies ( vécu du père et de la mère et arrivée de l’enfant prodigue, éclatement de la cellule familiale etc ..). Le « pitch » de notre film est relativement classique , une comédie dramatique où joie et tristesse se succèdent dans un quotidien , une routine ponctuée par le rythme scolaire. Les signaux d’alerte de la dégradation psychologique ne sont jamais passés inaperçus ( troubles du sommeil, début de modification dans les habitudes alimentaires  » flirtant » avec l’anorexie, auto-mutilation, somatisation avec douleurs abdominales, vomissements, état de malaise, crise d’angoisse et de panique…) Combien de fois me suis-je sentie impuissante à juguler les crises de pleurs, le mutisme, la perte d’élan vital et l’isolement de plus en plus marqué? Combien de fois ai-je proposé l’intervention d’une tierce personne comme la psychologue qui avait su aider lors d’un premier épisode de difficulté de vie au moment de la puberté? La réponse était toujours la même . « Non maman , cela n’y changera rien , ce n’est pas de ça  dont j’ai besoin ! » Et le dialogue s’installait; un long monologue entrecoupé de larmes, de mains qui cachaient son visage pendant qu’elle déroulait le fil des images : les moqueries, le harcèlement physique et moral, les quelques amis qui vous tournent le dos des que vous n’êtes plus le clown de service, le cynisme d’un père , les questionnements et les doutes face à la quête de son identité et tout ce dont on ne parle pas. De l’art de ne pas être une mère parfaite pourrait figurer dans un des chapitres. Pour nous les parents concernés par notre progéniture il y a une  prolifération de livres, articles de presse ,  conférences et stages pour devenir des parents positifs … Finis les mouvements de parents-copain , de « jeunisme » concurrentiel qui après l’autoritarisme à outrance , installe la relation  » démocratique » ( explications et paroles en tout genre qui perdent le sens du ‘ je ne suis pas d’accord’ ). Merci Mr Ruffo, Marcel pour les intimes de vos bons conseils et autres stars du Psy biz. Vous faites le buzz en développant des centres ou services spécialisés dans la prise en charge d’adolescents difficiles et à chaque publication d’ouvrages.

Et là, chers parents et chers ados, un nouveau paradoxe français apparait . Il semble en effet , sous l’impulsion du suisse Jean Piaget que les différentes étapes de construction de l’enfant et de l’adolescent aient été disséquées mais qu’une orientation très psychanalytique soit devenue la panacée à l’instar de Françoise Dolto ou de ses détracteurs  prenant le contrepied mais toujours dans ce même domaine . Des paroles , il n’en manque pas . Nous voilà , ma « miss » et moi à la recherche du spécialiste ou d’une équipe .

Man Ray - Chess

Première étape :Il nous est indiqué , dans notre commune la possibilité de consultation gratuite au centre médico-psychologique ( CMP). Lors de la conversation téléphonique pour une prise de rendez-vous, l’âge de la future  » patiente » est posé et de s’entendre répondre :  » Désolé, nous ne recevons pas les jeunes de plus de 14 ans , veuillez vous adresser au CMP de la ville préfecture du département .Ici ,  l’effort est  porté  sur le nourrisson et l’enfant pour éviter le développement des troubles psychiques. Adressez vous à ce numéro de téléphone ou contactez « la maison des adolescents » pour accueillir et orienter votre 15-19 ans !!

Deuxième étape . Devant un rendez-vous programmé avec 7 semaines d’attente dans le CMP adapté et sur l’insistance bienveillante de l’infirmière scolaire ( suite à un malaise dans l’enceinte du lycée et d’une discussion sur les retards et absences devenues régulières !) ma Miss , dans un acte de volontarisme se rend à « la maison des adolescents » .Là , de manière anonyme, le jeune peut être dirigé vers des consultations médicales , obtenir tous les renseignements nécessaire à une écoute et aide au travers de prise en charge individualisée ou d’ateliers de groupes  et cela gratuitement . Oui mais non , comme dirait ma fille! Encore faut-il d’abord décrocher un entretien avec un travaillur social afin de déterminer ensemble des besoins et des outils appropriés . Annonce est faite : le premier rendez-vous disponible avec le Saint Graal assistant sociale  dans 8 semaines ( vacances scolaires et emploi du temps surchargé!!!). Nous voici revenues à la case départ . L’urgence psychiatrique n’est pas à l’ordre du jour. C’est une démarche raisonnée et constructive que souhaitent la fille et la mère . Nous tombons d’accord pour chercher de notre propre chef un(e) psychothérapeute en abandonnant pour un temps le circuit pré établi . La demande de mon ado est fort simple , être bilanté, évalué, éventuellement  diagnostiqué et amélioré au niveau de tous ses troubles qui semblent s’aggraver et nuire à son endurance , mettre en péril sa scolarité ( phobie scolaire et sociale de plus en plus évidente).

Troisième étape : armée des numéros de téléphone des psychiatres qualifiés en juvéno pédiatrie glanés dans les pages jaunes de l’annuaire , décrocher la date de consultation la plus rapide . Enfin le  » sauveur »!! Un désistement de patient permet un premier entretien . Le diagnostic de dépression et la nécessité d’une prise en charge en conséquence est prononcée. Validation officielle des maux, de la souffrance, véritable amorce de soulagement pour celle qui s’entendait accuser d’être paresseuse, d’hypocondriaque, de menteuse pathologique, de simulatrice et manipulatrice par son géniteur . Loin de se terminer , le chemin vers la guérison a commencé par ce besoin farouche d’être reconnu dans sa véracité, dans son intensité douloureuse , dans son retentissement invalidant et l’énergie déployée est déjà un tres bon signe. Ne plus  subir, ne plus être passif et regarder sa jeune vie passer à coté de soi comme désincarcéré, déshabité, hors de ce corps que vous avez commencé à haïr au travers du regard que les autres vous renvoyaient sali, déformé, bafoué, saccagé ( les propres mots prononcés quelques jours apres cet entretien par ma petite poucette, lors du repas du soir entre nous). C’est  vers l’un de ses confrères ou consœurs que mon ado a été dirigée pour plus de disponibilité. Informée de la possibilité d’une hospitalisation  au sein d’une unité spécialisée si la prise en charge en ambulatoire hebdomadaire n’étant pas suffisante, un accord , en confiance a été établi. Le duo patient/thérapeute  se donne le temps de bilans plus approfondi et du tremplin prise de conscience , apprentissage d’outils permettant de mettre en place des stratégies et mécanismes de défense , de modifications comportementales repoussant actuellement la mise en place d’un traitement médicamenteux lourd.

demasquer-masque-soi-lautre3-L-GGKFCH

 

Loin de minimiser les symptômes et leurs conséquences, c’est la reconnaissance et l’acceptation de la pathologie qui fait avancer , enfin tous les membres de la famille. Le mal-être et la mise  en danger par les risques d’un adolescent renvoient à ses parents une culpabilité , une responsabilité de n’avoir pas  su mieux le protéger , nous renvoient vers nos propres angoisses, notre propre adolescence  . Sphère publique, privée, intime s’entrechoquent, s’enchevêtrent  Mais cela est une autre histoire  !

Crise ou dépression, quand la satisfaction dans la vie cree des inégalités. Du bilan officiel d’une jeunesse en péril!

we-can-build-you-simon-siwak

En cette période de crise mondiale qui perdure et semble annonciatrice d’un bouleversement comme la fin annoncée  d’une civilisation vers une nouvelle à venir , la jeune génération du XXIeme siècle porte en elle les stigmates des angoisses et terreurs nées de la perte de repères et de valeurs fondamentales tant dans le monde du travail, de l’éducation, la santé, dans la propagation d’images d’insécurité, d’un accroissement des inégalités . L’état de santé, de bien- être et de satisfaction de vie des enfants et adolescents ,semble révélateur et préoccupant comme le montre l’ analyse faite au travers de différentes études dont le bilan Innocenti 13 lancé par le centre de recherche de l’UNICEF   2016, « Équité entre les enfants : tableau de classement des inégalités de bien-être entre les enfants des pays riches ».  La France n’est pas épargnée par cette crise et sa jeunesse développe de plus en plus des signes alarmants de troubles et pathologies psychiques ou réservés jusqu’à présent aux adultes comme le « burn out ». De la vigilance à la prévention , comment reconnaitre les  signes de souffrance et faire la part des choses entre la crise d’adolescence et la souffrance, les troubles psychiques et/ou psychologiques faisant émerger parfois des comportements ou de lourdes  pathologies dans cette période charnière, invalidant et handicapant la future vie d’adulte.

 

Les moins de 20 ans représentent en France 24, 6 %  chiffre 2014 sur 66 millions d’habitants, environ. Le suicide des jeunes y est la 2eme cause de mortalité  , après les causes accidentelles . La France a le triste privilège d’être un des pays d’Europe avec le plus grand taux de suicide  chez les enfants et les adolescents et ce taux ne diminue pas , ces dernières années. Chiffre difficile à dresser de façon précise car ne tient pas compte des morts déclarées accidentelles chez de jeunes enfants 4-5 ans , mis dans le déni par certains adultes directement concernés( parents, cellule medico-sociale…) . Un chiffre révélé par l’UNICEF dans son bilan innocenti 13 a été repris dans de nombreux médias , celui concernant le classement sur 38 pays entrant dans cette étude sur le critère: Inégalité dans l’enseignement , la France  se positionnant 35 / 39 d’après l’étude de l’écart de réussite et le pourcentage d’enfants sous le niveau de compétence 2 dans 3 matières (mathématiques, lecture, sciences) aux tests PISA(  programme international pour le suivi des acquis)passé par l’OCDE, passés par des jeunes à 15 ans. D’autres résultats , plus alarmants sur les incidences des inégalités tant de revenus, de santé et sur l’évaluation par ces jeunes sur leur niveau de satisfaction dans la vie sont à  débattre. Les scores concernant la satisfaction dans la vie reposent sur l’évaluation par les enfants eux-mêmes de leur satisfaction dans la vie, sur une échelle de 0 (« la pire vie possible») à 10 (« la meilleure vie possible « ). 28eme position de la France . Les jeunes, eux-mêmes signalent le malaise, leur mal-être .Pas étonnant de voir augmenter le chiffre des adolescents souffrant de mal -être et de comportement à risque  désorganisant la trajectoire  d’insertion de vie   dans leurs parcours personnels et/ou intimes. Rappelons que la santé est définie  comme étant « un état complet de bien-être, physique, mental et social, ce qui ne consiste pas seulement en l’absence de maladie ou d’infirmité.  »

classement-satisfaction-vie

Extrait du bilan Innocenti 13,  Centre de recherche de l’UNICEF – Innocenti, Florence.  ( intégralité à lire sur le site UNICEF) L’adolescence peut être une période de grande transition, où les jeunes vivent de nouvelles expériences et prennent des risques. Analyser dans quelle mesure un faible niveau de satisfaction peut coïncider avec des comportements à risque ou des troubles du comportement chez les adolescents justifie de manière évidente la nécessité de remédier aux inégalités. L’analyse des données HBSC montre que les enfants faisant état d’un faible niveau de satisfaction dans la vie (c’est-à-dire ceux affichant des scores inférieurs à la moyenne des scores de la moitié inférieure de la distribution dans leur pays) courent en moyenne deux fois plus de risques de déclarer se livrer à au moins trois types de comportements à risque différents que leurs pairs. Cette corrélation reste vraie même après avoir pris en compte l’âge, le sexe et le statut socioéconomique de la famille de l’enfant. Dans plus de 20 des pays étudiés, les enfants les moins satisfaits dans leur vie courent jusqu’à trois fois plus de risques que leurs pairs de se battre fréquemment, d’être victimes de harcèlement et de fumer régulièrement.

Dans 19 de ces pays, ces enfants sont également plus susceptibles de harceler les autres ; et dans 11 d’entre eux, leurs probabilités d’encourir davantage de blessures augmente.

2355906

Doit-on attendre les signes de gravité définis par la Haute Autorité en Santé comme  accident, suicide, violence , délinquance , consommation de produits psycho actifs, hospitalisation aux urgences pour coma éthylique pour prendre en compte les signes de troubles psychologiques et psychiques touchant 15 à 20%  de la population adolescente dans des niveaux variés de gravité allant d’un état subdepressif, dépressif avéré , jusqu’à l’éclosion de troubles psychiques plus inquiétants. Ce sont les psychoses, et particulièrement la schizophrénie, dont les prémices sont souvent insidieux. Le diagnostic ne doit pas être porté à la légère et ne doit être retenu que lorsque les manifestations sont durables, comme les troubles graves de la pensée,les bizarreries sérieuses du comportement, des hallucinations et des propos délirants.Il peut y avoir à l’adolescence des épisodes délirants, voire même hallucinatoires,extrêmement saisissants et angoissants pour l’entourage. Ils présentent un caractère brutal, aigu, s’associent à des troubles de l’humeur et des manifestations d’excitation ou de dépression ; ils sont souvent transitoires et passagers, ils nécessitent certes des soins spécifiques, mais n’entachent pas nécessairement le pronostic d’avenir.D’autres troubles, comme des comportements hystériques, des phobies, des obsessions ou des états dépressifs, nécessitent un dépistage et un traitement par des spécialistes. Selon les cas, le thérapeute envisagera une approche individuelle ou avec participation familiale, et parfois une brève période d’hospitalisation . On ne  parlera  que de troubles  en période d’adolescence car le diagnostic de pathologie psychique  fixée ne peut être posé qu’une fois l’âge de jeune adulte. La santé psychique d’un citoyen se construit dans la continuité de sa vie, elle se comprend à partir d’une origine et en fonction d’un avenir, l’adolescent en difficulté doit être considéré dans son environnement : famille, amis, école, lieu de vie, quartier et société.

Les signes d’alerte peuvent être dépistés par les différents intervenants dans l’environnement du jeune.

Crise d’angoisse  , crise de panique , hyperventilation, crise de pleurs   ,somatisation:  tremblement irrépressible , céphalée, douleur abdominale ,  perte de sommeil  ou très perturbé , nombreux réveils nocturnes succédant à difficulté d’endormissement , nuit agitée , terreur nocturne .. Trouble alimentaire , spasmes , nausée , vomissement , perte d’appétit , modification dans le choix alimentaire mais aussi une rupture subite dans les résultats scolaires , dans la concentration , la motivation . Isolement, enfermement progressif dans un état de morbidité, de passivité, de négligence, de silence où seuls  les rires  ou sensation de bien- être relatifs s’expriment lorsqu’il est en contact virtuel , rivé à son écran d’ordinateur ou qu’il donne le change avec des personnes extérieures à la cellule familiale. En présence seule des parents cette gaieté passagère , parfois trop exubérante se transforme  en passivité, en  tristesse avec un déni ou un refus d’exprimer ce qui perturbe ou ce qui fait souffrir le jeune instaurant une perte du dialogue  avec l’adulte .

Frustrant en tant que parent que de voir son « petit » se renfrogner , s’enfermer , s’isoler et entendre les sanglots . Soit il manque de mot pour exprimer ce qui lui arrive soit il ne souhaite pas vous en parler , vous ne pourriez pas comprendre . Le jeune en souffrance est tel un animal blessé. Il se terre dans son antre (sa chambre) , cherche à cacher, à camoufler ses sentiments, ses ressentis, ses angoisses ( il se calfeutre sous des vêtements même quand il fait chaud ) ou vous attaque toutes griffes dehors si vous essayez de l’approcher sur le mode de l’impulsivité, la rupture, les variations d’humeur, l’intolérance, la frustration, l’incapacité d’attendre, la violence contre eux et contre les autres.  Il n’a pas les mots pour exprimer ou considère que vous , parents êtes incapable de l’écouter et de l’aider.

L’isolement quand le mal -être s’installe ne touche pas seulement la cellule familiale .L’absentéisme scolaire en devient un symptôme . Nuit agitée du dimanche au lundi, fatigue. La sonnerie du réveil- matin qu’on n’entend pas , du simple retard à la somatisation ( douleurs abdominales, maux de tête,  spasmes, haut -le cœur, vomissements ou malaise vagal…Autant de raisons de ne pouvoir aller en classe  .Les fléchissements scolaires avec chute des résultats, peur inconsidérées du retentissement d’un mauvais carnet scolaire sur la suite des études ,les  retards, absences non motivées , une phobie scolaire, une demande subite de déscolarisation ou d’alternative comme des cours à distance sans justification autre : s’absenter à soi même ,la fatigue d’être  soi!

Quand à fleur de peau , la jeune fille en fleur et le jeune homme  bouton en éclosion  s’enfoncent les propres épines en plein cœur . Le rite de passage prend des allures de meurtrissures et pour l’adolescent en souffrance vient le marquage du corps . Des accidents de vie , prise de risque, automutilation ( coupures, brulures).Même si ces cicatrices sont souvent cachées dans un premier temps , elles  doivent être décryptéés comme signe de rupture avec la communication verbale, geste de traduction de langage corporel exprimant un manque, une difficulté identitaire , une blessure psychologique dont l’adolescent essaie de cacher la cause ( maltraitance, harcèlement à l’école, abus sexuel dans le cadre incestueux ou non…). Transformer en sensations physiques  la souffrance psychique , s’approprier autrement un corps en métamorphose , corps sexué qui peut déranger, angoisser.

Idées noires, Idée suicidaire , chronicité et intentionnalité  . Comment  en tant que parent  le savoir , en prendre conscience  alors qu’il est , parfois, dans le déni de souffrance   » je ne ressens rien « . La violence n’est pas toujours présente , c’est par le mutisme , par une apparente indifférence totale et par un renfermement affectif avec la disparition de toute forme de tendresse ou de colère , de manifestation de contentement ou de désaccord .Les couples » action/inaction, activité/passivité, intérêt/désintérêt, mouvement/inertie « même si elle est verbalisée sur un blog ,   partagé sur un réseau social , le jeune lorsqu’il commence à aller mal en verrouille l’accès libre pour ne pas porter le poids du jugement , de la critique . Il cherchera d’abord de l’aide compatissante par un de ses pairs .Qui  autre qu’un ado puisse comprendre cet état de mal -être ?certainement pas un alien d’une autre planète qu’est l’adulte , vécu comme juge et non comme personne à l’écoute bienveillante. Génération jeune plongée  dans une vie très différente de celle que vécurent leurs parents à même tranche d’âge . On peut parler d’une société adolescente . Un microcosme dans un univers vécu parfois comme hostile, source d’angoisse, d’incompréhension .

Simon Siwak

Il n’y a pas une adolescence  mais des adolescences … aussi multiples que les jeunes dans leur histoire familiale, culturelle, éducative , sociale , religieuse , ethnique . Cette période de transition entre la petite enfance, passée sous la dépendance étroite des parents, et l’âge adulte qui serait celui de l’autonomie semble d’autant plus difficile que les « événements » familiaux traversés sont déstabilisants. Séparation , divorce, déménagement, précarité professionnelle, chômage, perte de revenus, maladie des parents, handicaps de vie sont autant de fardeaux à porter . l’enchaînement des interactions et des événements qui l’ont marqué et l’ont prédisposé à cette souffrance psychique qu’il semblait cependant traverser sans trop de heurts et qui brise sa capacité de résilience, la capacité à réussir, grandir et des compétences alors même qu’on subit des circonstances de vie défavorables. Soudain , lors d’un événement de plus faible impact l’aptitude d’un corps à résister à un choc laisse place à l’engrenage infernal

L’ adolescent refuse toute limite et multiplie les transgressions et mises en danger graves, y compris contre lui-même : tentatives de suicide, explicites ou masquées. C’est aussi le cas quand il décroche des autres et de la réalité : il est prostré, il refuse de communiquer, il est saisi de moments d’angoisse extrême, il tient des propos sans queue ni tête et un brin mégalos ou mystiques, il entend des voix. Dans un cas comme dans l’autre, le jeune est la proie d’une souffrance sérieuse qui ne doit jamais être laissée en l’état ou méprisée, même lorsque cette douleur s’exprime par des actes inacceptables. Ce qui lui arrive va au-delà de la crise d’adolescence ordinaire et ne s’améliorera pas de manière spontanée.

Manifestations émotionnelles et affectives,bruyantes mais transitoires ou au contraire insidieuse et silencieuse , si on n’y prend pas attention , elles  peuvent prendre l’allure d’une souffrance dépressive. La dépression clinique de l’adolescent ne doit pas être ignorée ; on sait qu’elle touche en moyenne 2 à 8 % de la population de cette tranche d’âge. La prise en charge, dans sa spécificité infantilo juvénile fera, ultérieurement,  l’objet d’un autre article , dans ce blog.La prévention de la dépression passe par son repérage précoce : certaines questions posées aux jeunes pourraient aider à repérer ceux pouvant être déprimés ou sub-déprimés, ce qui permettrait de proposer rapidement un soutien adapté.

Quelques pistes de réponses appropriées pour un état de « crise »:

Etre sage et performant , correspondre à l’enfant idéalisé , répondre aux attentes des parents , on fait voler tout cela en éclats en cherchant à détruire  cette image . Le rire « avec » devient ironie , le vocabulaire comporte des noms d’oiseaux . Cynique , arrogant et provocateur ou passif zombie silencieux , renfrogné, refusant  ou omettant les gestes d’entraide ménagère, hygiène corporelle, et de son environnement.  La maison devient un hôtel de passage, sa chambre un taudis  , grand écran cinématographique où se projette un film 3D d’éclats de voix, de portes qui claquent, de murs où on se fracasse, de rires hystériques au débordement tsunami , flot de larmes incontrôlables, ou sanglots étouffés, plaintes et cris lors de cauchemars ou terreurs nocturnes.

Calmer le jeu . l’adolescent attend de ses parents la conservation d’un modèle de stabilité . Comment vaincre l’agressivité et la violence du jeune si vous-même sortez de vos gongs  . Effet rebond ou miroir . Tension , nervosité et réponse impulsive parfois inadaptée  à son comportement odieux , à sa provocation . Trouver les mots pour transformer la violence  en colère  parlée , montrer son opposition à certains débordements et à la mise en danger  réelle . Réaffirmer les limites en étant apaisant , montrer qu’on est attentif  , éviter l’humiliation .

Essayer de relancer une communication .Faire preuve de patience, ne pas chercher à brusquer. Créer une atmosphère de confiance, de calme , chercher à désamorcer tout conflit qu’il tente  de provoquer . Le jeune cherche à tester toutes les limites , que ce soit les siennes par des comportements de prise de risque ou celles de l’adulte .  Difficile  parfois de rompre l’isolement volontaire et le mutisme dans lequel il s’enferme .réponse classique  en leitmotiv :  » tu ne peux pas comprendre , cela ne te regarde pas  » .

Lui faire sentir que vous prenez en considérations ses sentiments, ses problèmes sans le rabaisser ou banaliser sous couvert de  la crise adolescente . Le  » ce n’est qu’un mauvais moment à passer , tu verras plus tard ….  » Le jeune vit avec douleur le moment présent , il est en rupture avec sa petite enfance dont il cherche à s’extirper et ne peut se projeter dans un avenir incertain .  L’engagement positif  , par de petits gestes, par le sourire , le contrôle de sa propre colère , de ses émotions négatives , (ne pas réagir de façon impulsive) régler ses propres problèmes personnels  ou en minimiser l’impact ., montrer  qu’on se préoccupe de lui , , lui témoigner son affection , passe du temps avec lui , lui renvoyer cette image positive dont il a tant besoin pour l’aider dans la réappropriation de l’estime de soi .Proposer des activités ou des sorties qu’il affectionne . Même si vous essuyez des refus systématiques, vous lui envoyez le message que vous ne baissez pas les bras . Tel un funambule sur une corde raide l’adulte doit jongler entre autorité et bienveillance, ne jamais tomber dans le laxisme du « laisser faire » .

Les jeunes qui perçoivent une bonne cohérence familiale, qui ont le sentiment d’être objet de l’estime de leurs parents, et qui arrivent à parler avec un membre de leur famille ou même un professeur ont moins d’idées suicidaires.L’aider à trouver cette personne « ressource » vers qui il pourra se tourner pour exprimer ce mal- être qu’il ne peut verbaliser avec vous . Argument qu’il développe , le fait de s’entraider entre jeunes, ils  sont dans la même galère comment trouveraient-ils une solution  à leur propre problème existentiel lorsqu’ils se transforment en véritable éponge à émotions , se chargeant des ondes négatives , de la tristesse et n’ayant pas les clés pour  essorer ,(prendre de la distance  être dans l’empathie  , avoir conscience de la souffrance de l’autre sans s’y identifier) . Les partages et échanges entre les membre de la tribu des amis ne fournissent pas , la plupart du temps , les réponses adaptées.  Le paradoxe est que ces adolescents ont besoin, pour se construire et se comprendre, de cette évasion dans un monde à eux, autre que celui des adultes. Montrer un intérêt pour leur passion , valoriser un projet exposé, une requête , accepter le  surinvestissent dans la vie relationnelle extrafamiliale, l’appartenance à la tribu dont il vivra comme rituel d’autonomisation  cette étapes dans la construction d’une identité après imprégnation d’un langage, d’une mode vestimentaire, d’activités communes ,mimétisme et identification réciproque dont les parents  sont exclus.

Inégalité de bien -être entre les enfants et les adolescents dans les pays riches , progression des manifestations de souffrance psychiques et psychologiques , idées noires, violence, comportements à risque , suicide touchant toutes les couches de la société française mais dont les inégalités en matière de revenus influent tant sur la réussite scolaire que sur la prise en charge précoce des problèmes de santé chez les jeunes. L’instabilité et la  précarité face sociale qu’il vit à l’intérieur de lui-même, le ressenti d’un faible niveau de satisfaction dans la vie au travers des conditions socioéconomiques, d’un monde en remaniement perçu comme chaotiques, des angoisses et doutes émis par les adultes quant à l’avenir incertain exposent-ils les jeunes à des risques pour la santé ou est-ce l’inverse ? Education et Santé sont des fers de lance de programme politique voulant lutter contre certaines inégalités, mais   aucun programme politique soucieux du bien -être de l’enfant ne peut négliger cet autre  aspect et en rejeter la pertinence.

 

Références :

Bilan  Innocenti 13 lancé par le centre de recherche de l’UNICEF   2016, « Équité entre les enfants : tableau de classement des inégalités de bien-être entre les enfants des pays riches ».Innocenti 13,  Centre de recherche de l’UNICEF – Innocenti, Florence.

 » LA SOUFFRANCE PSYCHIQUE DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES ADULTES « Ministère de l’Emploi et de la Solidarité, Haut Comité de la santé publique

Yakapa.be  (une action de la communauté française) manuel de survie pour parents d’ados qui pètent les plombs ;44, Boulevard Léopold II – 1080 Bruxelles -yapaka@yapaka.be

Illustrations : Simon  Siwak

Otaku… nippon ni mauvais, mais qu’est-ce que c’est ?

ichigo-6Otaku aujourd’hui, qu’est-ce que c’est ?  .. Des nerds , des passionnés du Japon , de mangas, films d’animations, jeux vidéos en ligne , d’une musique , d’une culture … Ils ne restent pas enfermés devant leur écran d’ordi , mais se retrouvent pour des événements locaux ou nationaux .. La Japan Expo , à Paris début juillet , le Toulouse Game Show en décembre en sont des exemples . Les jeunes y retrouvent leurs « idoles » infographistes, créateurs de jeux en lignes , joueurs réputés, dessinateur , éditeurs de mangas …. Mais aussi membres de leurs communautés pas si virtuelles que cela .. La France est le deuxième pays au monde , distributeur et consommateur de ces japonaiseries .
Ne vous fiez pas à certains sentiments négatifs véhiculés dans les dramas ou certains jeux et séries animées hyper violentes ou à connotation sexuelle. Le transgressif est souvent de rigueur . Ce sont des des masques , des déguisements comme ceux portés par les cosplayers cherchant à ressembler pour le fun à leurs idoles . Une complicité s’installe entre Otaku . Ils dénoncent à leur façon les intolérances , le manque de fraternité
Micro industrie s’intensifiant de plus en plus … Certains ont trouvé le filon du porte feuille des adolescents , jeunes adultes .
Rites de passage dans la phase de métamorphose vers l’âge adulte , certains se réfugient dans ces univers loin de toute responsabilité ..Les adulescents sont très nombreux . Refus d’entrer de plein pied dans la société et le monde du travail où ils ne se reconnaissent pas , ils en sont cependant esclave .. Hyper consommation d’images , de sons , de publicités cachées ou non , d’offres éphémères .
C’est leur façon de lutter contre l’anonymat des grandes villes, l’individualisme poussé au paroxysme , les difficultés à communiquer parfois avec leurs semblables dans leur environnement du quotidien. Par le choix de partage , par provocation  , les jeunes cherchent à échanger des points de vue . Ils communiquent via Twitter, tumblr … se retrouvent à partager des streams . Les  » chats  » écrits , les conférences en Voice résonnent dans leur chambre comme s’ils organisaient des fêtes internationales . Retrouver un esprit collectif , les jeunes , par le biais de leur passion abordent entre eux les problèmes et questionnements qu’ils n’arrivent pas à verbaliser sans gêne avec leurs parents, proches ou connaissances d’école. Solidarité lorsqu’un de leur clan ne va pas bien, entraide qu’ils savent dissimuler . Sous leur masque de provocateurs, de leur désobéissance à l’autorité , qu’elle soit parentale, scolaire , ils n’en perdent pas les valeurs qu’ils s’approprient . Plus intuitifs que raisonnables, émotions à fleur de peau , ils utilisent leurs armes, leur langage de geeks , leurs moyens de communication .
Parents, difficile de décoder ces messages quand une odeur de fennec , des borborygmes, des bruits d’enfer , des rires hystériques s’échappent de leur antre alors qu’avec vous ce ne sont que silence, soupirs et haussement d’épaule au moindre  » effort » que vous leur demandez d’exécuter : assister à l’intégralité du repas familial , respecter des horaires de veille et de sommeil , entretenir l’état de propreté ou du moins d’hygiène sur et et chez eux .
Vivre à travers l’expérience des autres ou apprendre de l’autre , Ils sont vécus comme inactifs . Le sont-ils vraiment quand ils bricolent, ils inventent et échangent leur montage-photos, leurs clips, leur propre personnage de manga ? Ils prennent la vague et surfent dessus accumulant des expériences en infographie , en langues étrangères, en échange de culture. Des projets prennent forme au travers des contacts virtuels qui se concrétisent au cours de rencontres en chair et en os autour d’un évènementiel. L’otaku, monomaniaque, l’obsessionnel envahi par une seule passion lui faisant perdre le fil avec la réalité tel qu’il avait été caricaturé dans les années 90 a changé . Sa version du XXIéme siècle est bien ancré dans les réalités de la vie, conscient des mondes d’illusion, il a sût apprivoiser en sa faveur les réseaux sociaux et utiliser toutes les ficelles des nouvelles technologies .

Cependant , pour mémoire voir ou revoir ce documentaire français réalisé par l’homme de cinéma Jean Jacques Beinex et diffusé en 1994 pour le cinéma du réel : Otaku : fils de l’empire virtuel .

Bigflo & Oli – Du buzz à l’album . « Le Trac » d’une Jeunesse influençable. Le Rap toulousain des lycéens se porte bien.

bigflo&oli

 

 

Jouant sur les mots scandés du rap avec humour et sur le rythme cinématographique, 2 frères toulousains Bigflo & Oli ( âgés de 17 et 21 ans) sortent le 21 Avril leur premier album  » le Trac ». 5 titres très influencés par «L’école du micro d’argent», l’album d’IAM qu’ils citent volontiers comme références. Lycéens, rappeurs( depuis qu’ils sont gosses) et musiciens, l’un étudie la trompette et l’autre la batterie au Conservatoire de Musique, révélés par les Rap Contenders il y a 2 ans, ces deux frères toulousains ont déjà un parcours hors du commun : trois vidéos en ligne dont Monsieur tout Le Monde cumulant entre 1million et 300 000 vues, des premières parties de grosses pointures du rap français comme Orelsan ( qui les a aidé dans leur parcours), Sexion d’Assaut, IAM, 1995, Féfé Leur premier EP Le Trac témoigne de leur différente vision du monde, avec des titres « Monsieur Tout Le Monde » inspiré d’un fait divers à la TV, « Jeunesse Influençable » ou le portrait de leur génération ou encore « Gangsta » dont le texte saura en faire sourire plus d’un, Atlantis et « Quand même » bouclent cet album. Thème récurrent d’une jeunesse désabusée, de clones influencés par les images stéréotypées des séries violentes américaines, de la bêtise des téléréalités, perte d’espérance en l’avenir, drogue, alcool, sexe , violence et surtout l’ ennui du banc d’école à l’usine, du quotidien qui pousse au suicide , au massacre généralisé .Quand même , ces 2 frangins ne sont pas des « Monsieur tout Le Monde », introduisant la trompette et le violoncelle , ils dépoussièrent le Rap français. Celui ci se porte bien et regagne ses lettres de noblesse. Une prophétie digne du mythe d’ Atlantis, de leurs références littéraires.: Votre bonne humeur mélodique va se répandre comme de la poudre ( ah non pas la blanche ou celle des armes à feu) mais comme petit grain de sable dans les rouages du show Buzz et biz. A découvrir sans modération dans les nombreux concerts, festivals . De Toulouse et de l’énergie déployée à la Dynamo, bonne route à vous Bigflo&Oli, on vous Lovelovelove.

Vous faire partager 2 clips : incontournable  » Monsieur tout Le Monde » , un  titre plus ancien  » Pourquoi pas nous ? » avec  la participation d’Orelsan après les lyrics paroles ( respectons la langue de Molière!) de  » Jeunesse influençable »

[Couplet 1 : Bigflo]
J’ai vu l’ennui dans les écoles, les jeunes qui picolent
LOL, les heures de colle, une taffe : tu décolles
Tu déconnes, t’es trop bonne, on en fait toujours des tonnes
Tu m’étonnes, mate c’que ça donne, je ne vois que des clones
La journée, je m’ennuie donc, le soir, je m’enivre
Je raccourci ma vie pour avoir l’impression de vivre
On rêve des USA, on veut le permis d’port d’arme
J’ai vu des larmes couler pour un portable
Insupportable, on ne t’aime pas si tu suis pas la norme
Pourquoi tu ne bois pas ? « Si tu ne bois pas, t’es pas un homme »
Faire semblant : voilà le nouveau credo
Je change mes neurones contre des bédos
Sur le ring, on veut tous être les kings
Hier, j’ai vu mon reflet déformé par le bling-bling
Rempli de clichés, on veut se cacher
Chercher un monde meilleur avec des cachets, ok
Jeunesse Dolce, Louis, Gucci
Jeunesse gâchée, habituée au gâchis
On fait pas gaffe alors nos copines sont en cloque
Les sourires jaunes, comme nos dents à cause de la clope
Dans les familles, frères et sœurs ne s’entendent plus
Plus d’histoire de cœur, que des histoires de cul
Nos parents se déchirent, avant, ils avaient l’air si sûrs d’eux
Donc on croit en l’amour qu’une semaine sur deux
Les filles sont des femmes, le prince est devenu fêlé
On veut tous être des stars comme on voit à la télé
Vivant dans le ciment, nos sentiments sont emmêlés
Plus d’enfance depuis longtemps, notre innocence est sous scellé
Une corde, un cou, un tabouret qui tombe
Une famille, des amis, des larmes, une tombe
C’est le raccourci de l’âme, des exclus, des cœurs brisés
C’est le corps qui lâche, émotion non maîtrisée
On se moque d’un faible pour se croire fort
Parce qu’il est pas comme nous, parce que, se moquer, c’est à la mode
Mais, un jour, la haine déborde, marre d’être la risée
Alors, on entend des coups de feu dans le lycée
On s’maquille, on s’déguise, on veut faire vieux
On veut faire comme les autres, on pourrait tellement faire mieux
C’est l’effet d’groupe, malheureusement
Ça commence par : « T’es pas cap' », ça finit par un enterrement

[Refrain : Bigflo & Oli] (x2)
Jeunesse influençable en ‘zik’, en sable
Problèmes de santé, normal, y’a le Marlboro dans l’sac
À quinze ans, déjà en boite, on s’en fout, nous, on s’éclate
D’abord, on s’aime puis on se casse, derrière nos vices, nous, on se cache

[Couplet 2 : Oli]
Lointaine est l’époque des Lego
Les enfants sont tombés bien bas, donc on comprend que les parents tombent de très haut
On cache nos pleures et l’odeur de la clope au déo
Dans les vapes, on étouffe nos peurs, on entasse nos mensonges et nos mégots
Faut être honnête, on parle plus à nos mères mais on partage tout sur internet
Un nuage de fumée devant les lycées, v’là l’décor
Tous déguisés, la débilité bat des records
La mode n’épargne personne, je te l’accorde
Les filles en manque de love, sous alcool, donnent leur corps
Même le marchand de sable ne trouve plus le sommeil
La jeunesse dorée étale son argent et bronze au soleil
On recherche tous l’ivresse, qu’importe le flacon
Roméo est sorti, Juliette fume sa clope au balcon
Seul, le soir, au départ, c’était boire juste des fois
Devant le miroir, tous des pantins à la gueule de bois
Je rentrerai pas à la maison, le sexe a mis l’amour en prison
Leurs jupes courtes en disent long
La princesse boit en haut de sa tour, elle se sent bien seule
Ici, les crapauds ne sont jamais devenus des princes
Les cœurs se ferment, les cœurs grincent ce modèle de minceur
Si je rêve qu’on m’pince l’avenir coincé dans l’ascenseur
La poudre pour canon, c’est cool, elle refroidit l’ambiance
Avant la fin du match, beaucoup sont sur la touche, derrière la ligne blanche
Dur à assumer, à éviter car c’est trop tentent
La fumée, la vérité sort de la bouche des enfants
C’est plus drôle, on s’force même quand on rigole
On veut mourir jeune pour imiter nos idoles
Extase et extasie, esprit en cellule
On XXX une fille d’un père a du mal à avaler la pilule
Apologie du fric dans les clips bling-bling nous fait saliver
On perd le sens de notre langage dans la télé-réalité
Génération McDo, machos, chômage, on est tous rivaux
On vide les poches de nos jeans pour s’en acheter des nouveaux
Pas de mea culpa, nous, l’soir, on s’couche tard
On tire des taffes pour oublier qu’on en trouve pas.


La jeunesse emprisonnée pour oser manifester, effet de la nouvelle loi anti manifestation égyptienne

Caire-Jeunesfillesprison

Alors que nous venons de fêter le 25 Novembre la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes , certaines d’entre elles âgées de 15 à 22 ans  au Caire viennent de recevoir de lourdes peines d’emprisonnement pour avoir participé à une manifestation.de protestation en Egypte.

Mercredi 27 Novembre , le tribunal d’ Alexandrie a prononcé des peines allant jusqu’à 11 ans d’emprisonnement à l’encontre de 21 jeunes filles pour avoir protesté, ballons jaunes à la main en soutien des manifestantes et défenseurs des femmes contre la nouvelle loi anti protestation sans en avoir préalablement demandé l’autorisation. .

  .La nouvelle loi oblige les organisateurs à informer les autorités d’un rassemblement trois jours avant sa tenue et permet au ministère de l’Intérieur de l’interdire s’il représente une « menace pour la sécurité ».

Elle « doit être abrogée », a déclaré à l’AFP Ahmed Maher, fondateur du mouvement du 6-avril, fer de lance de la révolte de 2011 qui a chassé du pouvoir le président Hosni Moubarak. »Le ministère de l’Intérieur veut en finir avec les manifestations », a-t-il déploré, rappelant que « même sous Moubarak, des manifestations avaient lieu ».Le ministère de l’Intérieur a affirmé dans un communiqué avoir informé M. Maher qu’il devait demander une permission avant le rassemblement.Ce texte, qui intervient sur fond de répression des partisans du président islamiste Mohamed Morsi destitué par l’armée début juillet, prévoit en outre, en cas de violences de la part des manifestants, une « utilisation graduée de la force ».

Mardi, la police a fait usage de canons à eau pour disperser les protestataires qui réclamaient que soient jugés les responsables de la mort de manifestants lors de heurts sanglants fin 2011 entre forces de l’ordre et opposants au pouvoir militaire alors en place, ont rapporté des responsables.Une autre manifestation, qui dénonçait le maintien dans la future Constitution d’un article autorisant les procès de civils devant des tribunaux militaires, a également été dispersé à coup de canons à eau, et gaz lacrymogène  et plusieurs arrestations ont eu lieu.

Parmi les manifestants arrêtés figurent plusieurs militants célèbres en Egypte, dont Mona Seif, qui avait fondé la campagne « No to military trials » (Non aux procès militaires), et Ahmed Harara, qui a perdu ses deux yeux à cause de tirs des forces de l’ordre dans des manifestations en 2011.

7 des 22 jeunes filles, âgées de 15-16 ans sont condamnées à la prison jusqu’à leur 18 ans . Les autres (âge 18-22 ans) ont écopé de 11 ans .. Six autres membres ont été condamnés à 15 ans de prison pour incitation à des manifestations dont Mona Seif .Celle-ci  se fait porte parole des gestes et violences que subissent les jeunes filles et femmes osant participé à des manifestations laïques contre la répression et en soutien aux familles de la jeunesse et aux moyens utilisés par la police pour intimider celles qui veulent parler :  14 femmes  ont été ainsi  arrêtées dans la foule  , conduites dans une camionnette et déposées sur une route en plein désert, au milieu de la nuit . »  C’ était déjà   une tactique utilisée par la police de l’ère Moubarak pour intimider les manifestants. Ils veulent nous terroriser », a déclaré Mona Seif, . « Je pense que le ministre de l’intérieur a décidé de se montrer et dire à tous ceux dont la famille a été tuée… battue Voilà comment nous sommes, c’est comme cela que nous traiterons les affaires et si cela ne vous plait pas , allez vous taper la tête contre les murs  »

« Nous avons pensé qu’ils obtiendraient un mois environ pour leur peine  mais nous avons été choqués avec les 11 ans, » a dit l’avocat de la défense Ibrahim Saad Al-Shimaa .Le bras politique des Frères Musulmans, la Liberté et le Parti de Justice,  a demandé que les sentences doivent être « une force de dissuasion » pour l’opposition aux militaires, déclarant que ce   verdict « augmentera seulement la détermination du peuple pour obtenir ses  droits. »

Cette nouvelle loi est dénoncée par les organisations de défense des droits de l’Homme comme un recul en matière de respect des libertés publiques par rapport aux acquis de la « révolution du Nil » de 2011.

« Si les révolutionnaires ont fait confiance à l’armée, cette confiance est en train de se briser. Un certain nombre d’activites estiment que les militaires sont en train de prendre le dessus sur le gouvernement et qu’ils ont d’autre visée que d’assurer la transition », rapporte Pierrick Leurent, correspondant de FRANCE 24 au Caire. Ahmed Maher a déclaré mardi à l’AFP que « cette loi devait être abrogée ». « Le ministère de l’Intérieur veut en finir avec les manifestations », a-t-il lancé, en rappelant que « même sous Moubarak, des manifestations avaient lieu ».

Amnesty International a estimé qu’elle était « un grave retour en arrière » qui « donne carte blanche aux forces de sécurité pour utiliser une force excessive, notamment létale, contre les manifestants ». De son côté, le parti islamiste Liberté et Justice (PLJ) de Mohamed Morsi a condamné cette loi qui, « au lieu d’arrêter les pratiques répressives et meurtrières des forces de sécurité issues du coup d’État, encourage les abus ».

le 3 décembre une version finale de la Constitution révisée  doit être présentée au président par intérim Adly Mansour.

La feuille de route de la transition prévoit ensuite un référendum sur la Loi fondamentale, puis la tenue d’élections législatives et présidentielle d’ici l’été 2014.Ce projet de Constitution révisée fait débat au sein même du Comité, car il prévoit de maintenir un article permettant aux tribunaux militaires de juger des civils accusés d’avoir « nui » aux forces armées —une définition souvent interprétée au sens le plus large en Egypte. Trois journalistes ont récemment écopé de peines de prison ordonnées par des tribunaux militaires en vertu de cet article.

Dans la soirée, un troisième rassemblement a été dispersé dans le centre du Caire par les forces de l’ordre, qui ont lancé des gaz lacrymogènes. Les manifestants scandaient des slogans hostiles à l’armée et à son chef, le général Abdel Fattah al Sissi, ainsi qu’au ministre de l’Intérieur, Mohamed Ibrahim, a constaté un journaliste de l’AFP.

Plusieurs semaines déjà que les Egyptiens descendent dans la rue en souvenir des évènements de 2011 et pour dénoncer le retour à une dictature ..Des centaines de manifestants, à l’appel de mouvements laïques, étaient venus commémorer le 19 novembre 2011, premier jour d’une semaine sanglante durant laquelle une quarantaine de manifestants, hostiles au pouvoir intérimaire de l’armée après la chute de Hosni Moubarak, avaient été tués par les forces de l’ordre aux abords de la place Tahrir en plein centre de la capitale.Ils répondaient à l’appel de mouvements de la jeunesse, piliers de la révolte populaire ayant abouti à la chute de Hosni Moubarak fin 2011.  Lundi, le gouvernement installé par l’armée le 3 juillet avait inauguré place Tahrir un Mémorial aux martyrs de la révolution de 2011.

Or les manifestants mardi scandaient des slogans hostiles aux islamistes et à l’armée. Selon eux le Mémorial érigé par un gouvernement dirigé de facto par les militaires est une « insulte » à la mémoire des « martyrs ».

Dès lundi soir, ils avaient recouvert le mémorial de graffitis et de peinture rouge symbolisant le sang des personnes tuées, avant de l’endommager.

Mais mardi, des dizaines de manifestants partisans des militaires sont venus place Tahrir et des heurts les ont opposés aux autres en fin de soirée, à coups de pierres et de décharge de chevrotine, ont rapporté des journalistes de l’AFP.

Après l’avoir littéralement inondée de gaz lacrymogènes, la police a pénétré sur la place Tahrir peu avant minuit et les manifestants se sont égaillés immédiatement dans les rues adjacentes. Seize personnes ont été blessées dans les heurts entre manifestants, dont certains par des plombs de chevrotine, selon le ministère de la Santé. »Faire la fête sur des chants à la gloire de l’armée est une provocation », a estimé Magda al-Masrya, une manifestante de 50 ans, vêtue de noir et le visage ceint d’un voile gris. « Nous, nous sommes là aujourd’hui en mémoire des martyrs, en deuil ».

La dureté des sentences et les scènes de violence des moyens mis en œuvre contre les manifestants ( canons à eau, piétinement des femmes au sol en écrasant leur poitrine, coups de feu …) sont autant de signes que le gouvernement soutenu par les militaires devient plus hardi dans la répression des dissidents . Ces abus évocateurs rappellent à la population le souvenir des heures noires de l’ère Hosni Mubarak. Les autorités ont justifié ces  mesures plus dures comme nécessaire pour se battre contre  le terrorisme et apporter la stabilité – tandis qu’ils semblent aussi exploiter les  divisions parmi des activistes laïcs pour  de démocratie. 3 à 11 ans de prison pour oser dire « non » avec un ballon jaune pour seul bagage , ces lycéennes et étudiantes vont en payer le prix fort avant que le silence et l’indifférence ne les fassent tomber dans l’oubli derrière les barreaux .

D’après un article de MAGGIE MICHAEL et SARAH EL DEEB, Associated Press, article de la presse du Net , dépêches AFP et REUTEURS

 Egypte photo : Amira Murtada

Le papillomavirus bat de l’aile. Effet papillon d’un vaccin préventif

papillomavirus

Première d’une série de poursuites contre le Gardasil : une plainte pénale a été déposée vendredi 22 novembre pour « atteinte involontaire à l’intégrité de la personne humaine » par une jeune femme de 18 ans. Elle accuse ce vaccin contre le cancer du col de l’utérus de graves effets secondaires sur le système nerveux central.

La plaignante s’appuie sur une double expertise commandée par la Commission régionale de conciliation et d’indemnisation des accidents médicaux (CRCI) d’Aquitaine qui a conclu à un « lien de causalité » entre l’injection de Gardasil et une « réaction inflammatoire aiguë du système nerveux central » par décompensation d’un processus immunitaire . La commission a cependant limité l’indemnisation de La jeune femme à 50% du préjudice, estimant qu’une éventuelle vulnérabilité génétique avait aussi pu jouer. Le cabinet d’avocats représentant plusieurs plaignantes de l’ Association  » Les filles et le Gardasil » dimanche en fin d’après-midi, lequel précise qu’une autre plainte est en cours de rédaction, « tant pour blessures involontaires que pour des infractions connexes (publicité trompeuse, prise illégale d’intérêts entre autres) ».

Ce dimanche, elle a aussi été recontactée par une jeune femme souffrant de la polymyosite, affection caractérisée par une dégénérescence des fibres des muscles moteurs.

Sanofi Pasteur MSD, qui fabrique le Gardasil, a confirmé dimanche la conclusion, mais la conteste. Selon le laboratoire, elle s’appuie « uniquement sur la constatation d’une coïncidence temporelle entre la survenue et les symptômes de la maladie et de la vaccination « , sans prouver le lien de causalité.

Sclérose en plaque , maladie neuro -démyélinisante, , mais aussi maladie de Verneuil hidrosadénite suppurée », inflammation chronique formation d’abcès et furoncles purulents, polyomyosite, autant de symptômes et de pathologies dont prend connaissance l’ Association de soutien permettant enfin aux victimes de ne plus craindre de se manifester et par une action groupée de faire certainement mieux reconnaitre leurs droits.

La HAS , Haute Autorité en Santé  rappelle enfin que le dépistage et la vaccination se complètent. La vaccination ne doit pas conduire à relâcher l’effort de dépistage.

Les vaccins s’adressent aux adolescentes et jeunes femmes âgées de 14 à 23 ans qui n’auraient pas encore eu de rapports sexuels. La disponibilité des vaccins doit s’accompagner d’un renforcement du dépistage pour l’ensemble des femmes :

  • pour les femmes actuellement âgées de 25 à 65 ans, le dépistage reste l’unique stratégie de prévention de ce cancer ;
  • pour les jeunes femmes couvertes par la vaccination, la HAS rappelle qu’elle ne concerne que 2 génotypes de papillomavirus humains, impliqués dans 70% des cancers du col de l’utérus..
  • Sur la boite du Gardasil apparait la notion : vaccin papillomavirus humain (type, 6, 11, 16, 18).
  • A ce jour, les chercheurs ont identifié une vingtaine de papillomavirus humains (HPV)sur les 100 recensées,20 à l’origine du cancer du col de l’utérus , premier à être reconnu par l’OMS comme étant attribuable à 100% à une infection virale. Cependant, les plus fréquemment en cause sont le HPV16 (impliqué dans 55% des cas) et le HPV18 (12% des cas). Ces HPV oncogènes peuvent également toucher d’autres muqueuses et notamment provoquer des cancers anaux ou oro-pharyngés.  Ces HPV oncogènes , des HPV à haut risque(capable d’induire la survenue d’un cancer du col utérin) ne représentent que 10% des infections génitales papillomavirus et parmi ces infections 1% seulement évoluent vers le cancer invasif.  les HPV à bas risque sont uniquement  agents de lésions bénignes, à type de verrues, de condylomes ( dont le HPV6 et le HPV 11) .

Les papillomavirus humains ou HPV infectent les cellules épithéliales de la peau ou des muqueuses, et sont transmis par la dissémination de ces cellules lors de la desquamation.. Les HPV affectant les muqueuses génitales sont transmis par voie sexuelle et sont fréquents, ceci dès le début de la vie sexuelle puisqu’ils sont détectés chez 1/3 des femmes entre l’adolescence et le début de la vingtaine. Les infections qu’ils provoquent, si elles sont communes tout au long de la vie adulte chez les femmes sexuellement actives, disparaissent souvent spontanément et sans signe clinique. Mais l’infection va persister chez 3 à 10 % des femmes infectées, et parmi elles certaines développeront une lésion précancéreuse appelée néoplasie cervicale intra-épithéliale qui est un précurseur du cancer du col de l’utérus. Plusieurs années peuvent s’écouler entre le début d’une infection par un HPV oncogène et l’apparition d’un tel cancer. En France 3000 à 3500 nouveaux cas par an touche la  femme jeune de moins de 40 ans en majorité représentant la 12° cause de cancer féminin.

Le traitement actuel des lésions précancéreuses est le plus souvent chirurgical (« conisation »). Le cancer cervical est lui traité par une combinaison de chirurgie et de radiothérapie avec une chimiothérapie adjuvante, efficace aux stades précoces.
Des vaccins thérapeutiques qui permettraient de traiter les lésions précancéreuses et les cancers du col de l’utérus dus aux HPV16 et/ou au HPV18 sont en cours d’essais cliniques.

h-4-1084234

L’utilité du vaccin contre le cancer du col de l’utérus fait débat en France, où des patientes ont déjà saisi des CRCI, pour des effets secondaires liés selon elles au Gardasil, lancé en 2006. Selon l’Institut national de veille sanitaire, moins d’un tiers des adolescentes françaises étaient en 2011 vaccinées contre le cancer du col de l’utérus, Sanofi Pasteur MSD regrette « le discrédit » ainsi jeté sur le vaccin et la « perte de chance » que cela pourrait supposer pour les jeunes filles. Selon l’avocat de la première femme la vaccination est intervenue après un véritable « tapage médiatique », visant parfois à « culpabiliser » les parents pour qu’ils choisissent ce traitement.

Serait- ce une forme médiatique d’utilisation d’un détrompeur . Un détrompeur (on trouve aussi le terme japonais poka-yoke, ポカヨケ, ou anti-erreur)  est un système qui, lorsqu’il est bien conçu et proprement utilisé, ne peut laisser se produire aucune erreur  qu’elle soit humaine ou mécanique. Un bon système détrompeur doit permettre d’atteindre le « zéro défaut ».

 La haute Autorité en santé (HAS) recommande la vaccination préventive n’empéchant pas cependant d’être infecté par une des autres souches . Un dépistage national est préconisé. Chez les femmes âgées de 25 à 65 ans, asymptomatiques et ayant ou ayant eu une activité sexuelle, un frottis doit être réalisé tous les 3 ans après deux frottis normaux réalisés à 1 an d’intervalle. Il faut rappeler que le dépistage est aussi un acte individuel indépendamment des campagnes nationales et que ce contrôle peut être demandé  avant chaque nouveau partenaire , dans un bilan médical complet . De nombreux médecins sont  en effet plus enclins à préconiser un suivi « classique » gynécologique plutôt que le recours à la vaccination systématique . La communauté scientifiques et les experts accrédités s’accordent tous à promouvoir l’utilisation massive des doses vaccinales et à en faire bénéficier très rapidement les pays émergents ;   Il a été rappelé par les médias que la campagne publicitaire d’information et de sensibilisation à la vaccination ( ciblant les adolescentes de 11 à 14 ans , ou les jeunes filles plus âgées n’ayant pas encore eu de rapports sexuels sous toutes leurs formes ) est financée en majorité par les laboratoires pharmaco-industriels comme Sanofi Pasteur . Y aurait-il un conflit d’intérêt avec l’autre société produisant et commercialisant le Cervarix ?

 Les recommandations de l’ HAS sont issues du processus d’évaluations et recommandations suivant la démarche d’ accréditation et de certification qui , il faut le rappeler est mise en place dans des mesures de quantification et qualité dans un but d’économie de moyen . Il s’agit d’un outil du management de contrôle de qualité calqué sur celui utilisé dans l’industrie , ne garantissant pas forcément de  » faire de la qualité ».. Cette limite a notamment conduit à la faillite des cercles de qualités ( kooru Ishikawa)  en France, où la langue japonaise est encore réputée « très étrangère ».

Pour mettre en cause le vaccin, « il faut regarder si la maladie est plus fréquente chez un groupe de jeunes filles vaccinées que sur un groupe de jeunes filles non vaccinées », assure André Dahlab, directeur adjoint des affaires médicales chez Sanofi Pasteur MSD. Or aucune étude n’a jamais établi « d’incidence supérieure », assure-t-il en défendant la thèse de la « coïncidence ».

Les données internationales « ne montrent aucun lien » entre le Gardasil et la sclérose en plaques, affirme lundi 25 novembre sur les ondes de RTL, le président du comité technique des vaccinations Daniel Floret, estimant qu’on « montait en épingle » des effets pervers « éventuels ».

« Le fait qu’il y ait une plainte ne prouve pas qu’il y ait un problème », a estimé le président de cet organisme public, déplorant qu' »on monte en épingle des effets pervers éventuels [en oubliant] ce qu’apporte le vaccin ».

 Coïncidence …. La loi de Murphy :  « Ce qui a une chance sur un million d’arriver se produit 9 fois sur 10. »Si cela peut se produire, cela arrivera. D’autres vaccins ont déjà été incriminé dans l’apparition anticipée de décompensation du système immunitaire comme des cas de sclérose en plaque ( vaccination contre l’hépatite ) et peut-être des cas d’autisme lors des vaccinations « obligatoires » contre les maladies infantiles . 

12-13 juin 2013 Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S° Comité Consultatif Mondial de la Sécurité Vaccinale ( Global Advisory Committee on Vaccine Safety G.A.C.V.S

mise à jour sur les vaccins contre le papillomavirus humain .Le GACVS a examiné les données actualisées sur l’innocuité des vaccins contre le papillomavirus humain (PVH). Le dernier examen de ces vaccins avait été effectué en juin 2009,et le GACVS a constaté à ce jour que les données accumulées sur

l’innocuité des vaccins contre le PVH étaient rassurantes et que des études sur la vaccination contre ce virus avaient été lancées, en parallèle avec la constitution de capacités pour la surveillance des manifestations indésirables.

. Pour le Gardasil®, la durée du suivi à long terme a maintenant dépassé 8 ans pour la cohorte bénéficiant du plus long suivi et aucune augmentation significative des événements sanitaires nouvellement diagnostiqués n’a été repérée chez les

personnes vaccinées. Les analyses actualisées des registres des naissances sont aussi rassurantes dans la mesure où aucune issue défavorable de la grossesse n’a été observée au-delà des taux de fonds attendus de ces issues. Concernant le Cervarix®, on obtient également des données rassurantes concernant les  issues de la grossesse et des événements spécifiques considérés tels que les maladies à médiation immunitaire. Les risques de syncope et de réaction anaphylactique ont été ajoutés à la liste figurant sur l’étiquette pour avertir de la potentialité de ces

réactions, la première pouvant aussi être liée aux conditions dans lesquelles la personne subit la vaccination.

Des cas ressemblant au départ à un syndrome douloureux régional complexe (SDRC) ont été signalés au Japon où >8million de doses de vaccin anti-PVH ont été distribuées. Le SDRC est une affection douloureuse qui se manifeste dans un

membre habituellement suite à un traumatisme. Des cas ont été rapportés après une blessure ou une opération chirurgicale. L’étiologie de ce syndrome reste inconnue et il peut apparaître en l’absence de tout traumatisme enregistré. La survenue d’un SDRC après l’administration d’un vaccin anti-VPH a attiré l’attention des médias au Japon et le nombre de cas signalés a atteint 24, parmi lesquels 7 seulement ont été notifiés par les canaux de surveillance post-commercialisation habituels. L’examen par un comité consultatif d’experts n’a pu déterminer une

relation causale avec le vaccin compte tenu de l’insuffisance des informations concernant les cas et de l’impossibilité de parvenir à un diagnostic définitif pour nombre d’entre eux.

En effet ,  le Japon ne recommande plus les vaccins Gardasil et Cervarix contre le cancer de l’utérus. Il s’agit d’une mesure provisoire. Les autorités sanitaires japonaises vont recueillir plus de données épidémiologiques sur les effets secondaires des deux vaccins autorisés: le Gardasil et le Cervarix des laboratoires pharmaceutiques Merck et GlaxoSmithKline. Ces deux vaccins demeurent sur le marché japonais, mais le ministère incite les jeunes filles et leur famille à peser les bénéfices et les risques de cette immunisation avant d’y avoir recours. Il souligne que le vaccin n’est pas dangereux, mais que les informations communiquées au public sur les effets secondaires et les risques potentiels étaient insuffisantes au vu des faits notifiés.

Les spécialistes japonais s’intéressent notamment à une série de cas de manifestations douloureuses diffuses et inexplicables observées après l’injection vaccinale. Un lien de causalité avec le vaccin ne semble pouvoir être exclu, mais des travaux épidémiologiques sont nécessaires avant de pouvoir conclure.«

1b05f17651f66095489e95ab80c95c45 

Coïncidences , effet boule de neige ? Facteur commun de différent vaccins posant  des problèmes sérieux de santé publique dans les effets secondaires qu’ils réveillent , les adjuvants utilisés  à base d’aluminium dont on connait la toxicité .  Depuis la dernière étude du GACVS, le nombre de plaintes ou de notifications de problèmes et troubles liés à la vaccination préventive du cancer du col de l’utérus grimpe. Le papillomavirus n’a pas fini de battre ses ailes argentées.  Un effet  papillon ?

Extraits d’un article paru dans Le monde

Extraits d’un acte officiel paru sur le site de l’ O.M.S

Photographies du Net.

Parfois je lis aussi …

lecture2-Plafraise

En réponse à Anne-Ma , Mon carnet , la liste de mes dernières lectures :

Le Temps de la Décroissance, Serge Latouche& Didier Harpages, Colllection 3e Culture , Editions LE BORD DE L’EAU

L’Age des limites , Serge Latouche, Editions Mille.et.une.nuits

Bon pour la casse, Les Déraisons d’une Obsolescence Programmée, Serge Latouche, Editions LLL Les Liens qui Libèrent

Réinventons l’Humanité, Albert Jacquard& Hélène Amblard ( préface Serge Latouche), Editions Sang de la Terre

Petite Poucette, Michel Serres, Collection Manifestes, Editions Le Pommier

Ainsi parlait Zarathoustra, Friedrich  Nietzsche ( présentation, notes et chronologies Paul Mathias), Editions GF Flammarion

1984, Georges Orwell ( traduction Amélie Audiberti), Editions Folio

Troisième Humanité suivi de Les Micro-Humains, Bernard Werber, Editions Albin Michel

Non représentés sur la photo :

J’ai un ADO… mais je me soigne, Olivier Revol ( avec Josée Blanc Lapierre), Editions JC Lattes

Nous sommes au regret de … , Dino Buzzati(titre original : Siamo spacienti di… traduction Yves Panafieu), Collection Nouvelles , Points, Editions Robert Laffont

Homo erectus, roman de Tonino Benacquista, Editions Folio

Et … en cours de lecture, d’annotations… un livre dont l’épigraphe est   » Rien n’est plus puissant qu’une idée dont le temps est venu. » Victor Hugo

Plaidoyer pour l’ Altruisme, La force de la bienveillance, Mathieu Ricard, Editions Nil