De Bronze et de résine, quand la terre embrasse l’âme nue des femmes

7242c0ce96c572be49c1068c62196c13

Sur le site ArtsCad.com, Maurice Estrade écrit , à propos des sculptures d’ Yves Pires :

La beauté, omniprésente dans toutes les sculptures de l’artiste,  se révèle peut être avec plus d’évidence dans ses nus où le corps est toujours plus ou moins un miroir exercé de soi et dont l’œil de chacun est à même de saisir de suite le charme transcendant qui se dégage d’un nu.

Lire la suite

Publicités

Donner la main et entre ses doigts…La femme

wolfgang-alexander-kossuth2

De la main d’un artiste , de sa dextérité à modeler les maux, malaxer ses idées,tel un dieu créateur, il ébauche la silhouette dessein d’y ajouter des traits de caractère, d’un soyeux polissage en porter la douceur du grain de peau. La main se fait caresse. Elle suit les lignes et les courbes s’attarde, hésite et continue le lustrage . Femme de terre, c’est en l’humidifiant  de toute son attention éviter les fissures , et qu’en la chauffant une bulle se forme  dans le mystère de l’intériorité et que montée à température de fournaise  elle n’éclate en milliers de fragments .

Femme de pierre, la main devient râpeuse. Elle abrase, elle use sans concession l’enveloppe externe afin de dévoiler la couleur , les veines de cette enveloppe charnelle. De la glaise, elle s’anime et donne trait et vie à son modèle. De la masse, elle donne corps ; elle malaxe, elle explore, s’insinue dans les courbes arrondissant les angles d’un ébauchoir ou d’une mirette, affinant la silhouette, couvrant d’un fin linceul ou d’un voile drapé , réchauffant l’âme , le noyau de la terre qui s’offre et s’abandonne sous les gestes précis , méticuleux quasi affectueux du sculpteur maitre d’œuvre.

Mais il arrive qu’un coup d’ongle malencontreux dénature la nudité offerte. Et de cette  éraflure, griffure comme autant de morsures, cicatrice d’une plaie superficielle ou plus béante comme une fente laisse échapper alors pour un regard  inquisiteur quelque maléfique  malfaçon de l’ouvrage  ou grossier orifice   naissant  en toute impudeur pour une transgression du voyeur .

Dans la paume de main déployée en corolle , la frêle demoiselle aux pieds d’argile semble si fragile . Le froissé du drapé, par le pouce enfoncé crochète et agrippe toute sa féminité. Mâle domination quand la terre a durci mais qui par les yeux clos de paupières ourlées, par le dard des pointes de seins dressés est contrebalancée dans cet air d’abandon réfléchissant sur cette peau diaphane une lumière paradoxale .Force  et faiblesse est-ce la main qui donne, qui empoigne ou saisit? Est-ce en écho à l’eternel combat de s’extraire d’un bloc, de trancher dans le vif, de mettre l’âme à nu sans donner de réponse . Faire naitre des émotions que ce travail d’artiste  en ciselant les lignes des deux caractères opposés et si complémentaires .De la terre à la pierre, seuls les outils différent. Les caresses de la glaise molle font place aux coups de burin et ciseaux dans la masse avant que d’être polie, lustrée et qu’une patine en donne tout l’éclat . De l’éphémère image mentale, de la représentation à la conception , donner de cette main un sens, donner à cette femme naissance .Harmonique équilibre tout en contraste . Comme un autre monument ciselé par un sculpteur de mots et de son Alain Bashung dans Malaxe :

« Entre tes doigts l’argile prend forme

L ‘homme de demain sera hors norme

Un peu de glaise avant la fournaise

Qui me durcira

Je n’étais qu’une ébauche au pied de la falaise

Un extrait de roche sous l’éboulis

Dans ma cité lacustre à broyer des fadaises

Malaxe…….. »

wolfgang-alexander-kossuth7

Texte 😛 Lafraise

Sculpture : Wolfgang Alexander Kossuth

Amedeo Modigliani: ses Nues dolentes et indolentes

Modigliani

56-Modigliani-nu-couch-aux-cheveux-d-nou-s-II-1917

Nude_on_a_Blue_Cushion

Trésor caché : Les cartes du ciel de Saint Sernin à Toulouse.

27203154

La Basilique St Sernin à Toulouse recèle, dans une galerie inférieure un trésor caché , 2 cartes du ciel datant du XIIIème siècle.
La première partiellement détruite par l’érosion du temps est une représentation du microcosme et macrocosme posant schématiquement l’idée que Le corps humain est un résumé de l’Univers. Entre l’Univers et le corps humain , il y a des interpénétrations permanentes, des déterminismes, s’exprimant par les vents, les nuages pluvieux, les points cardinaux qui y sont représentés comme les éléments météorologiques qui vont influer sur le caractère de l’homme, ses actes et plus généralement sur son destin. Le microcosme (l’homme), le macrocosme (univers) sont absolument associés au Moyen Age.
La seconde carte a gardé beaucoup plus d’informations . Des cercles concentriques en représentation de l’Univers depuis la plus haute Antiquité , conservée au Moyen Age héritée grâce aux traductions arabes de la physique d’ Aristote qui donne une grande part à la connaissance de l’univers et de l’astronomie . Au milieu apparait la Terre en trois parties pour les 3 continents connus à cette période historique : l’ Europe, l’ Afrique et l’Asie ; manque l’ Amérique et l’Océanie , on pourrait y rajouter le sixième continent .
Les cercles concentriques sont censés représenter le « manège » des étoiles et des planètes autour de la terre qui en est le centre .

L’ univers constitué de douze cercles concentriques.
Sept d’entre eux portent un astre, du centre vers l’extérieur :
• Luna Lobus (la lune)
• Luna Mercuris (Mercure)
• Circulum Venusis (Vénus)
• Casa Solis (le Soleil)
• Sfera Martis (Mars)
• Celium Jovis (Jupiter)
Saturne, invisible sur la partie conservée du cercle, était vraisemblablement situé à droite du soleil.
A l’époque , ce sont les 7 corps célestes qui structurent visuellement la rotation des étoiles nocturnes. Cet univers composé d’étoiles en mouvement a sa limite qu’on appelait alors la barrière des étoiles fixes. C’était , d’une certaine façon , la fin de l’univers matériel habité par les planètes.

Au-delà, quatre cercles suivent pour l’univers stellaire : le Premier mobile,(principe de mouvement qui donne tout son mouvement rotatif à l’univers) .
Trois cercles ne sont pas affectés à une fonction précise. On s’approche de l’univers où trône Dieu , sur le douzième et dernier cercle, l’ Empyrée, entourées des sphères célestes où siègent les neuf catégories d’anges. Coutume iconographique et religieuse de faire trôner Dieu à la limite de l’univers.

Le motif d’étoile est traditionnellement très utilisé dans le décor des églises où il est souvent question de « ciel » et le retrouver ici est assez  » savoureux » avec la continuité de sa représentation scientifique de l’Univers. Ce qui est remarquable avec ce schéma, ayant prétention de représenter la totalité de ce système extrêmement complexe qu’est l’univers, c’est sa très grande simplicité. Schéma mis à l’épreuve du temps, il apparait bien avant Jésus Christ . Il durera jusqu’au XVIème siècle environ . Il rend compte de la structure et des mouvements des planètes de façon très facilement compréhensible.
Suite aux travaux de Copernic , son ouvrage de 1543 va mettre fin à ce schéma remettant en cause la terre centre de l’univers et y plaçant le Soleil .Malgré tout, cette cartographie va rester ancré dans la pensée, dans la mentalité et sera en usage jusqu’au XVIIIème siècle. Ces inscriptions sont caractéristiques dans leur morphologie du XIIIème siècle.
Le XIIIème siècle , à Toulouse est un moment d’essor du savoir et de la connaissance, puisqu’est créée en 1229 l’Université de Toulouse. A la différence de celle de Paris qui la précède de peu, l’enseignement de la Physique d’ Aristote est autorisée.
Ces cartes se trouvent dans un édifice religieux, la basilique Saint Sernin, un des plus brillants de son époque, montrant que ces lieux étaient également des lieux de savoir, de curiosité, de culture. Sans doute hormis la symbolique d’ornement , elles seraient un élément de transmission du savoir astronomique utilisé comme outil pédagogique au Moyen Age. Elles sont désormais un document archéologique d’une portée intellectuelle primordiale à Toulouse , trace de l’enseignement religieux et universitaire depuis des siècles.
Texte écrit d’après le commentaire du « guide » officiel du Musée Saint Raymond, musée des Antiques de Toulouse.
La galerie dont la paroi porte ces cartes n’est pas ouvert au public pour leur préservation ( peinture à l’ocre rouge sur chaux). Visite guidée sur youtube et Viméo.

Rahaf DK Albab

Rahaf-DK-Albab

tumblr_mngqctupUR1qcflzio1_500

brown_ink_by_rahaf3-d6idu8y

Corps de femme mis à nu : des limites ?

tumblr_n15qmrfUWg1qm5atjo1_500

L’exposition médiatique du corps nu de la femme reste encore un des sujets de discorde entre les féministes  et les amoureux de la Femme ( corps et âme). Afficher la nudité , dans les pays où se montrer nu dans un endroit public est sanctionné par la loi, est-ce chercher à faire tomber des barrières, des limites et se montrer dans sa vérité originelle ?

Ne dit-on pas :  » c’est la vérité toute nue » ..  » Se mettre à nu » . En art , le corps de la femme se dévoile, pudiquement , chastement ou plus vrai , plus cru. Dessin , peinture, sculpture, photographie livrent les formes , les courbes sensuelles et maternelles. Les seins se montrent sans vergogne, sans honte . Ils sont porteurs de toutes les représentations sociales, culturelles, ethniques et religieuses . Générateurs du lait nourricier pour le nouveau-né. Démocratisés ou désacralisés , ils deviennent incontournables dans la gestion d’une publicité racoleuse, prônent sur les couvertures des magazines, des pochettes de disques, sur les affiches publicitaires, sur les plages et dans la rue. Ils se dressent , ils manifestent , ils revendiquent .

buffetrille-william-coupleamoureux

Hypocrisie de certains ou certaines que de mettre l’étiquette pornographie, image dégradante de la féminité lorsque la vulve à son tour se montre. Où se trouve les limites entre sensualité, érotisme, pornographie , entre esthétisme ou provocation ? La pureté d’un corps féminin nu sans artifice ne perd t’il pas de sa virginité de l’instant lorsque le visage se grime d’un maquillage outrancier, qu’un objet dans le décor détourne le regard et vient planter alors le doute, la gêne ou exciter l’imagination du spectateur dans ses projections , ses fantasmes ? L’Histoire de l’Art replace , dans le contexte historique les libertés et censures des artistes ( pays, culture, politique, philosophie, mouvement de pensées ). Les sexes tant féminins que masculins se dévoilent ou se cachent , perdent leur proportion anatomique pour devenir le reflet de la société du moment.

7112699

L’image de la femme  , en 2014 quelle est-elle? Celle de la parité à tout prix dans les formations de listes électorales, tenue bon chic bon genre, celle de la femme qui se montre visage nu ( sans maquillage, sans teinture de cheveux) , qui montre son crane chauve post chimiothérapie, son buste d’amazone au sein coupé, ses seins peinturlurés de slogan comme les Femen ou comme aux à New-York ( photographies Nue York, autoportraits d’ Erica Simone contre la dictature du vêtement , contre le carcan social, le « poids » d’hyperconsommation de la femme, première victime du  » fashion system » ainsi que de l’illégalité hypocrite de la nudité.

7112717

 » Je me pose  comme une artiste exprimant des questions à la société. Me sentant bien dans ma peau, la nudité ne me semble pas quelque chose d’effrayant. Le corps relève de l’essence humaine, animale. Que certains aient l’esprit puritain au point d’être offensés par un corps nu constitue, à mes yeux, un mystère.Certes, je conçois que la nudité ne se prête pas à toutes les situations, et que certains pourraient l’utiliser de manière malveillante. Pour autant, le fait que la loi nous interdise d’être nu en public, c’est-à-dire d’évoluer dans l’état le plus primitif et naturel qui soit, cela me rend folle. La nudité n’a jamais tué personne. Ce n’est pas le cas des armes à feu qui, elles, sont autorisées aux États-Unis. Dans ce pays, posséder un pistolet est bien plus acceptable que d’être nu en dehors de sa salle de bain !  » Extrait d’un interview recueilli par Cyrill Bonnet .

troisGracesPierreboucher

L’artiste  s’exprime avec ses valeurs intrinsèques , livrant toujours la possibilité et la liberté à celui qui regarde de porter ses propres jugements, sa vision sur autrui et sur lui-même. Il offre ses questionnements, un chemin de réflexions propre à tout être humain sans distinction , sans tabou , sans frontière .

Le corps de la femme mis à nu, et vous, où sont vos limites ?

Nue York – Erica Simone :

http://ericasimone.com/gallery/nue-york-collection/

SFE.TV -Souvenirs from Earth-« et l’écran se fait Art  » et se fait porte d’entrée dans la communauté.

shutterstock_124701142

Sans être grand consommateur du petit écran, il est bon d’en noter parfois l’effort de fournir des chaines thématiques répondant aux gouts et sensibilités ou permettant de transformer cette lucarne à blaireaux comme le chantait Eric Toulis en une fenêtre sur la planète. Friande de courts -métrages et zappant au hasard , un flot d’images , d’art en mouvement m’a interpellé .SFE.TV Souvenirs of Earth.

SOUVENIRS FROM EARTH ( souvenirs de la Terre) est une chaine  de Télévision câblée internationale, émettant actuellement en France et en Allemagne, présentant 24 heures sur 24 un programme d’art, basé sur l’art Vidéo, le Film, l’art Visuel, la Musique, des Installations et des  » Performances d’artistes ».

Le Fondateur Marcus Kreiss et le Conservateur d’ art Alec Crichton ont conçu cette chaîne comme une plate-forme où les artistes de sensibilités différentes peuvent trouver un environnement haut de gamme pour tester les nouvelles formes de distribution et leur  présentation. La section de production produit des vidéos d’art gratuit ou sur commande.

Ils sont  ouverts à de nouvelles  coopérations  , donc si vous êtes un artiste et vous pensez que votre travail entre dans ce programme,  suivre la  procédure d’inscription sur le site . De même pour parrainer, sponsoriser un artiste ou l’une de ses œuvres, acheter pour diffuser etc, les contacter .

Ils soutiennent   les initiatives culturelles et alternatives indépendantes qui encouragent le  développement intellectuel et  artistique dans le changement .Leur but est de permettre la diversité et l’indépendance pour augmenter l’autonomie et le professionnalisme, conduisant à l’innovation et la promotion du dialogue  mettant en réseau dans le domaine des arts et au-delà .

La révolution numérique dans la diffusion télévisée  a libéré la bande passante pour des programmes d’intérêt spéciaux et dans le même temps, les  nouveaux écrans plats et les technologies  sophistiquées de projection ont ouvert un champ de nouvelles possibilités esthétiques. L’espace public télévisuel appartient et  est maintenant prêt pour une chaine devenant une œuvre d’art comme un tout. Des écrans plats plus grands peuvent maintenant devenir un terminal d’art, un cadre pour un contenu artistique  en changement permanent, y compris une nouvelle forme d’immersion en art vidéo, ‘ la peinture vidéo ‘. Comme le pionnier  Nam June Paik a dit dans les années 60, ayant déjà à l’esprit ce concept pour une chaine T.V d’Art  : « …. Une  TV normale vous ennuie  et vous rend nerveux, ceci vous calme…. »

Ou comme le Capitaine Kirk pourrait s’être exprimé : « nous rassemblons les lueurs de chaque jour de  vie  ‘ des souvenirs de la Terre ‘,pour être utilisées dans un avenir plus sombre par deux ou trois personnes qui ont échappé à notre planète avant qu’elle ne se soit effondrée. » Cette hypothèse peut nous permettre d’obtenir une meilleure vue sur les choses très simples de notre vie, générant  une conscience globale pour la beauté et la fragilité de notre vie sur la planète Terre.

(traduction d’après le site)

Pour ceux qui ne peuvent pas capter cette chaine, un live stream est proposé, ainsi que la liste de tous les créatifs et les liens pour pouvoir les contacter et faire partie de cette communauté :

http://www.souvenirsfromearth.tv/

Extrait du programme d’aujourd’hui :

08.01.2014 – 12:10

14.00 – 20.00

Strawberry fields

Arty surprises

20.00 – 23.00

Pipe Dreams

avant-garde videoclips, electronic dowmtempo music

23.00 – 04.00

Night on Earth

sensual dreamy sleepy strange colorful

05.00 – 14.00

A dry cool Place

Video-postcards from planet eart