R Wan – Le recyclé

Mal Armé – Lettre de nuit

Mal Armé : Hugo Benin au chant, Beat-box et percussions – Simon André à la guitare et Morwan Sohier  à la basse et aux claviers.Ils nous offrent leurs textes ciselés entre fragilité et puissance s’épanouissant dans des sonorités envoutantes. Héritage fervent de chansons à textes et du rock , né d’une amitié à l’adolescence, rejoint par Morwan  après avoir éprouvé le besoin d’unir leur talent et  de nous entrainer avec eux dans ce parcours humain . A écouter et découvrir sur SoundCloud, Bandcamp, Deezer,itunes

Dub Silence – Pourquoi ? ( I don’t know why)

L.A Salami – The City Nowadays (Clip & Lyrics)

You can hear the protesters chiming,

the suits say they’re simply whining,

while the cardboard signs seem to observe rights

through enforced co-signing…

I was raised in the backdrop of elitist dining –

Crime propagated through the idea of hierarchy climbing.

But when the markets dive, the poorest have to save face –

They say grace ’cause only faith can pay today’s rates.

I’m feeling tardy, late to the Jeremy Corbyn party…

My excuse, I’m half starved and all of an airhead arty.

I’m usually late – world worn, torn, or baked –

My week days are spent in a weak daze trying to pay the state.

You’re in a state because the progressive in you dominates,

but when your ethics fluctuates a utopia is hard to place.

That’s why slaves pay when the price of freedom won’t go down.

I might be so glad when I see the sun go down. (x2)

But who places limits on obstruction?

And what writes the angle of the day?

And who mourns a farmer out of cattle

when you’re face down some city away?

And who queued up to start the fire

that would back stab some pharaoh one day?

And who queued up to start the fire

that would burn down some empire one day?

I’ve got heartache, headache, high cholesterol, low self esteem.

The terrorists are out to get me because I approved of Noam Chomsky beating on his chest. – Illegally downloading music’s become too easy – it’s destroying the culture. But I don’t wanna pay for it – fuck that. I’ve got bills to pay, I’ve got food to eat – I don’t earn that much money – There are jobs nowhere, I can’t find any!

What happened to Rock and Roll? What happened to Hip Hop? What happened to the cinema? Films used to be… Great. Now they’re easy to make, easy to sell, easy to get bored of – everything’s 4 stars or more – Everything’s the best film of the year – Fast food films – Fast food music – Fast food politics – Fast food ideologies – What’s the worth of working to live at the cost of your soul? So much so that you don’t want to live at all?

Case 24: Samsara blues Experiment

 

Case 20 :Andy Black – Broken pieces ( cover -Apocalyptica)

Case 8 :DORMIR AU CHAUD – BEVERLY JO SCOTT (Vidéo & lyrics )

Pourquoi les hommes dorment dans la rue, maman?

sur de vieux journaux qui ne parlent que d’argent

du cours de l’Or de la Bourse des Princesses et du Lotto

sous l’homme qui dort sur un trottoir avec son chien et son couteau

Ça sert à quoi de partir sur la Lune en bateau

Quand on n’a pour habiter sur la Terre que son manteau

Ça sert à quoi de bâtir des cathédrales des cachots

Tant que chacun n’a pas le droit d’au moins

Dormir au chaud

Pas les pieds sur un réchaud

Dormir au chaud

Pas dans des lits d’hôpitaux des dortoirs des entrepôts

Dormir au chaud

avoir un vrai chez soi un vrai boulot

Dormir au chaud avec chaque soir sa peau sur ta peau

Pourquoi les hommes dorment dans la rue, maman?

Devant ces maisons vides qu’on laisse pourrir pour l’argent

Ça sert à quoi de construire encore un seul bureau

Tant que le droit de dormir chez soi comptera pour zéro

Ca veut dire quoi démocratie économie de marché

Quand toutes tes économies c’est tes deux pieds pour marcher

Ca veut dire quoi d’aller voter de payer des impôts

Tant que chacun sur la Terre n’a pas le droit d’au moins

Dormir au chaud

Pas sur les bouches du métro

dormir au chaud

etc

Pourquoi les hommes dorment dans la rue, maman?

Entre les passants pressés qui vont bosser pour l’argent

Ca sert à qui le progrès les usines pleines de robots

Quand les banques sont pleines de fric et les rues pleines de clodos

Ca sert à quoi la liberté du commerce des capitaux

Quand un homme peut se faire jeter comme un papier dans l’caniveau

Quand tu te retrouves le dos au mur comme un vieux miroir cassé

que même le camion-poubelle a refusé de ramasser

A quoi ça sert de gémir sur les succès des fachos

Quand la démocratie dort sur les bouches du métro

A quoi ça sert de voir la misère dans les reality-shows

Si le soir même on ne fait rien pour que chacun puisse enfin

Dormir au chaud

Pas sur les bancs du dépôt

dormir au chaud…..

Musique et paroles : Claude Sernal