Mal Armé – Lettre de nuit

Mal Armé : Hugo Benin au chant, Beat-box et percussions – Simon André à la guitare et Morwan Sohier  à la basse et aux claviers.Ils nous offrent leurs textes ciselés entre fragilité et puissance s’épanouissant dans des sonorités envoutantes. Héritage fervent de chansons à textes et du rock , né d’une amitié à l’adolescence, rejoint par Morwan  après avoir éprouvé le besoin d’unir leur talent et  de nous entrainer avec eux dans ce parcours humain . A écouter et découvrir sur SoundCloud, Bandcamp, Deezer,itunes

Dub Silence – Pourquoi ? ( I don’t know why)

L.A Salami – The City Nowadays (Clip & Lyrics)

You can hear the protesters chiming,

the suits say they’re simply whining,

while the cardboard signs seem to observe rights

through enforced co-signing…

I was raised in the backdrop of elitist dining –

Crime propagated through the idea of hierarchy climbing.

But when the markets dive, the poorest have to save face –

They say grace ’cause only faith can pay today’s rates.

I’m feeling tardy, late to the Jeremy Corbyn party…

My excuse, I’m half starved and all of an airhead arty.

I’m usually late – world worn, torn, or baked –

My week days are spent in a weak daze trying to pay the state.

You’re in a state because the progressive in you dominates,

but when your ethics fluctuates a utopia is hard to place.

That’s why slaves pay when the price of freedom won’t go down.

I might be so glad when I see the sun go down. (x2)

But who places limits on obstruction?

And what writes the angle of the day?

And who mourns a farmer out of cattle

when you’re face down some city away?

And who queued up to start the fire

that would back stab some pharaoh one day?

And who queued up to start the fire

that would burn down some empire one day?

I’ve got heartache, headache, high cholesterol, low self esteem.

The terrorists are out to get me because I approved of Noam Chomsky beating on his chest. – Illegally downloading music’s become too easy – it’s destroying the culture. But I don’t wanna pay for it – fuck that. I’ve got bills to pay, I’ve got food to eat – I don’t earn that much money – There are jobs nowhere, I can’t find any!

What happened to Rock and Roll? What happened to Hip Hop? What happened to the cinema? Films used to be… Great. Now they’re easy to make, easy to sell, easy to get bored of – everything’s 4 stars or more – Everything’s the best film of the year – Fast food films – Fast food music – Fast food politics – Fast food ideologies – What’s the worth of working to live at the cost of your soul? So much so that you don’t want to live at all?

Case 24: Samsara blues Experiment

 

Case 20 :Andy Black – Broken pieces ( cover -Apocalyptica)

Case 8 :DORMIR AU CHAUD – BEVERLY JO SCOTT (Vidéo & lyrics )

Pourquoi les hommes dorment dans la rue, maman?

sur de vieux journaux qui ne parlent que d’argent

du cours de l’Or de la Bourse des Princesses et du Lotto

sous l’homme qui dort sur un trottoir avec son chien et son couteau

Ça sert à quoi de partir sur la Lune en bateau

Quand on n’a pour habiter sur la Terre que son manteau

Ça sert à quoi de bâtir des cathédrales des cachots

Tant que chacun n’a pas le droit d’au moins

Dormir au chaud

Pas les pieds sur un réchaud

Dormir au chaud

Pas dans des lits d’hôpitaux des dortoirs des entrepôts

Dormir au chaud

avoir un vrai chez soi un vrai boulot

Dormir au chaud avec chaque soir sa peau sur ta peau

Pourquoi les hommes dorment dans la rue, maman?

Devant ces maisons vides qu’on laisse pourrir pour l’argent

Ça sert à quoi de construire encore un seul bureau

Tant que le droit de dormir chez soi comptera pour zéro

Ca veut dire quoi démocratie économie de marché

Quand toutes tes économies c’est tes deux pieds pour marcher

Ca veut dire quoi d’aller voter de payer des impôts

Tant que chacun sur la Terre n’a pas le droit d’au moins

Dormir au chaud

Pas sur les bouches du métro

dormir au chaud

etc

Pourquoi les hommes dorment dans la rue, maman?

Entre les passants pressés qui vont bosser pour l’argent

Ca sert à qui le progrès les usines pleines de robots

Quand les banques sont pleines de fric et les rues pleines de clodos

Ca sert à quoi la liberté du commerce des capitaux

Quand un homme peut se faire jeter comme un papier dans l’caniveau

Quand tu te retrouves le dos au mur comme un vieux miroir cassé

que même le camion-poubelle a refusé de ramasser

A quoi ça sert de gémir sur les succès des fachos

Quand la démocratie dort sur les bouches du métro

A quoi ça sert de voir la misère dans les reality-shows

Si le soir même on ne fait rien pour que chacun puisse enfin

Dormir au chaud

Pas sur les bancs du dépôt

dormir au chaud…..

Musique et paroles : Claude Sernal

Case 3 – Morice Bénin « Jeux » du je (Paroles à découvrir)

Rien n’est pire que les prévisions prévisionnelles

Qui nous font quadriller la vie, la compartimenter comme un théorème

Jeux d’homme, je donne

 

Rien n’est pire que de sentir la marée montante comme une sève qui coule en soi et d’ avoir toujours peur de la faire voir

Jeu de femme , jeu de femme

voici les jeux d(homme, voici les jeux de femme

Engeance de nos décompositions  comme un sapin dégénéré

Nos rites et nos jeux nous ressemblent d’une complexité rare

Rien n’est pire que de brouiller cette vision d’homme que dans la chaleur maternelle qu’elle concède à son petit garçon

Jeu d’homme, jeu d’homme

Rien  n’est pire qu’au nom de libération sexuelle des femmes se laissent baiser par des hommes comme elles feraient faire pipi à leur chien

Je femme, jeu de femme

Voici les jeux d’homme, voici les jeux de femme  et ainsi aeternam qualifiés pour la coupe des enfants rois et des mamans  sauvages le chassé croise entre homme et femme

Jeu de maman cocon et de papa  guerriers  d’une complexité rare

 

Rien n’est pire que la fascination de la machine mégalomanies infantiles  que nourrit l’homme envers tout ce qui vit

Jeu d’homme et de zizi

Rien n’est pire que la tentaculeuse matrice carte maitresse des génitrices , noyau de l’homme qui le noie et le fascine

Jeu de femme et de niche

Voici les jeux d’homme, voici les jeux de femme

Ce monde est triste mais il s’acharne à paraitre joyeux

ce monde est laid mais il s’identifie tant bien que mal à ces vitrines , ces modes, ces imageries d’une complexité rare

Rien n’est pire que de  se vivre que   point  unique , sans règle, sans nom , sans emprise se croire être libre et vouloir s’en sortir

Jeu d’indigestion apoplectique

Rien n’est pire que de considérer la société comme une araignée carnivore tissant sa toile en nous empêchant d’éclore

Jeu d’homme et de martyre

Car notre prison c’est nous-mêmes aux jeux du je, nos théorèmes , nos cocons soyeux pour nous satisfaire , nous ne pissons plus sous les réverbères mais nous gardons tout en nous-mêmes pour l’hypothétique prothèse

Mais il arrive celui que t’ais choisi et qui te choisit  et vous êtes nus comme des vers luisants relié à l’autre puisque  coupés jeu même particules de l’univers télescope de l’autre mer

Il vient  jusqu’à toi et tu vas jusqu’à lui rencontre au milieu de la rivière

Chacun laisse son rivage derrière  passage du fleuve jouissance pour une mutation de voyance; voilà qu’il t’ouvre ses yeux , voilà qu’il te tend son sexe si tu veux pendre vers lui tes yeux  si tu le reçois en ouvrant ton sexe circuit de corps et de matiere

Union de l’esprit, de la chair  incarnation terrestre , puissance de ta flèche, archer qui pince la corde du réel comme un signe de vers l’éternel

Comme 2 aimants qui rejoignent leur matrice

Comme 2 feuilles au bout d’une branche reliée à l’arbre universel

jeu tel ….; je te l’ai  , les  …..lis..