Bientôt sur les écrans , »L´écovillage expérimental de Pourgues  » filmé par Alex Ferrini

Film documentaire financé par un crowdfunding actuellement en post-production , devrait être en diffusion d’ici 6 mois . Alex Ferrini a suivi l’expérience des habitants du village de Pourgues,dans l’ Ariège, qui ne sont pas dans une  démarche pour survivre ou pour « changer le monde » mais pour apporter un bien être , un confort de vie, une sécurité au cours d’une aventure constante pleine d’expériences.

Une organisation sociétale résiliente,  horizontale et sans chef  fondée sur les principes et valeurs des écoles démocratiques Sudbury. Mais aussi constructions écologiques, permaculture et compléments achetés en circuit court, local et bio en attendant de pouvoir être en autonomie alimentaire. Culture et gouvernance commune , espaces locaux collectifs mais où chacun s’exprime, lance des initiatives avec une mutualisation des ressources financières.

Pour en savoir plus sur ce village expérimental  , leur lien : http://www.villagedepourgues.coop/notre-philosophie

Publicités

Crise ou dépression, quand la satisfaction dans la vie cree des inégalités. Du bilan officiel d’une jeunesse en péril!

we-can-build-you-simon-siwak

En cette période de crise mondiale qui perdure et semble annonciatrice d’un bouleversement comme la fin annoncée  d’une civilisation vers une nouvelle à venir , la jeune génération du XXIeme siècle porte en elle les stigmates des angoisses et terreurs nées de la perte de repères et de valeurs fondamentales tant dans le monde du travail, de l’éducation, la santé, dans la propagation d’images d’insécurité, d’un accroissement des inégalités . L’état de santé, de bien- être et de satisfaction de vie des enfants et adolescents ,semble révélateur et préoccupant comme le montre l’ analyse faite au travers de différentes études dont le bilan Innocenti 13 lancé par le centre de recherche de l’UNICEF   2016, « Équité entre les enfants : tableau de classement des inégalités de bien-être entre les enfants des pays riches ».  La France n’est pas épargnée par cette crise et sa jeunesse développe de plus en plus des signes alarmants de troubles et pathologies psychiques ou réservés jusqu’à présent aux adultes comme le « burn out ». De la vigilance à la prévention , comment reconnaitre les  signes de souffrance et faire la part des choses entre la crise d’adolescence et la souffrance, les troubles psychiques et/ou psychologiques faisant émerger parfois des comportements ou de lourdes  pathologies dans cette période charnière, invalidant et handicapant la future vie d’adulte. Lire la suite

With a little help from my friends.. un petit clic , amis ? :)

Ils ont besoin d’une petite aide , J’ai besoin, vous aussi ? Soyons des  » little helpers » .Il ne reste que quelques heures pour basculer d’un aujourd’hui à un demain nouveau . Faisons notre présent .Un petit clic  …. help , I need someone  , Help … Qui mieux que joe Cocker, Les Beatles, Les Rolling Stones et .. clin d’oeil à un site musical où nous avions aidé ces  » little helpers » à arriver en Home page .. :).

https://chiarasolere.wordpress.com/2014/12/30/nous-avons-besoin-de-vous/

Charité bien ordonnée commence par soi – même.

0_d0cdc_59275041_orig

La charité , élevée au rang de vertu reine des vertus accompagnant la foi et l’espérance comme la nommait Saint Paul, repris par Thomas d’Aquin .C’est au XIIème siècle qu’elle s’organise en réponse à la réalité sociale de la pauvreté de plus en plus criante dans un monde confronté à l’urbanisation . Hospices, maisons de charité, maladreries, léproseries, apportant soins physiques et moraux voient le jour. Restos du cœur, banque alimentaire, soupes populaires, épiceries sociales, œuvres caritatives ou action de particuliers , le terme de solidarité, d’action sociale détrône le terme de concept initial de charité tant par la connotation historique religieuse que par, inversement , version populiste transformant le comportement social bienveillant et utile en situation humiliante de dépendance dans une relation inégale. La charité, un acte d’amour, un don matériel et immatériel. Qui en est le bénéficiaire, à qui veut-il du bien , à qui en fait-il ?Aimer , c’est vouloir du bien à l’autre. Quand cet autre est dans le besoin, que peut-on faire? Lui tendre la main et l’aider à ce qu’il se prenne en charge en se sachant soutenu dans son effort, en l’accompagnant de sa présence bienveillante pour qu’il reprenne confiance en lui et qu’il puise l’énergie à agir ou est-ce lui tendre un billet , quelques pièces, un colis de denrée alimentaire , une action ponctuelle ?
Un acte de charité ne se manifeste t’il seulement qu’ en offrant une aide matérielle? Est-on plus charitable en faisant des dons d’argent auprès d’associations ou par le don de soi par les actes volontaires? Charité chrétienne ou humanitaire?  » La charité, Msieurs, dames » était une phrase traditionnellement marmonnée par les mendiants clochards , sans domicile fixe S.D.F en langage politiquement correct. Le charitable accorde plus qu’une simple pièce de monnaie , il prend la main tendue pour lui donner plus. Donner de son temps, voir même de sa vie pour lutter contre la pauvreté, l’injustice, contre la folie des hommes. Doit-on envoyer de la nourriture, des médicaments, des matériaux de construction ainsi que tout autre objet de première nécessité ou doit-on au contraire soutenir, former, reconstruire ? Des particuliers, des organisations non gouvernementales , hormis une aide financière et logistique apportent dans leur bagage un soutien psychologique, soutien physique …On peut citer les équipes médicales et paramédicales allant sur place pour soigner , éduquer , transmettre .. Un exemple Handicap International. Les volontaires affrontent la réalité de terrain , s’adaptent aux ressources du pays où ils agissent. L’ingéniosité des bricolages avec les moyens locaux, l’esprit de récupération et recyclage pour fabriquer une orthèse ou une prothèse et redonner l’autonomie . A quoi servirait une prothèse biodynamique hypersophistiquée demandant des sommes astronomiques à sa confection , des semaines d’apprentissage , un entretien régulier? Une « emboiture » ,un pilon en matériau trouvé sur place seront plus bénéfiques s’ils sont faits et accompagnés, avec rigueur et savoir faire, à l’ajustage, à la prévention des risques cutanés occasionnés, à une hygiène « primaire  » et nécessaire. C’est la transmission du savoir et du savoir- faire pour que la population locale puisse prendre elle-même en charge ses nécessiteux.

Il en est autant de la charité silencieuse de certains chirurgiens , qui , anonymement partent chaque année opérer les personnes dans l’incapacité de recevoir le geste salvateur par manque de structure ou de personnels adaptés aux pathologies . Outre les interventions chirurgicales, ces bénévoles forment leurs jeunes confrères et consœurs autochtones à prendre le relai et , loin des gants chirurgicaux à usage unique et du bistouri, prennent pelles et pioches pour creuser des sanitaires, des points d’eau non contaminés . Prévention avant guérison. Protéger c’est ça aussi l’humanité en chacun, c’est un acte simple d’amour universel.

 

Quelqu’un m’a posé un jour cette question :  » tu m’as aidé parce que tu attends ainsi plus de notre relation ou parce que tu connais ma situation de vie? « Cette question a fait voler en éclat toute culpabilité de ma part de ne plus pouvoir ou vouloir aider matériellement celle ou celui à qui je voulais du bien. Est-ce se donner bonne conscience ou est-ce vouloir soulager la souffrance de savoir la personne aimée ( non pas au sens d’ Eros, mais d’Agape) dans l’impossibilité d’assurer ses besoins élémentaires alimentaires, hygiéniques, affectives ou psychiques et d’y répondre par une action volontaire de charité. Savoir ce que l’on fait , le pourquoi à cet instant, les circonstances et raisons ponctuelles. Savoir également et choisir librement d’arrêter cette aide matérielle en conservant cependant toujours intacte l’aide immatérielle , la bienveillance sans jamais en attendre quoique ce soit en retour. La charité, le don ne demande aucune contre partie. Ce n’est pas une dette dont on réclame des intérêts.

Aide toi, le ciel t’aidera. Aide toi toi-même. Charité bien ordonnée commence par soi même. Proverbes , expressions bibliques ou païennes ne prônent pas la fin de l’altruisme vers l’égoïsme . Elle est peut-être la réponse à la question qui me fut posée. Aimer en voulant du bien, c’est d’abord s’aimer et se respecter soi- même. Agir pour le bien, le bien- être en accord avec ses convictions . Désirer faire le bien d’autrui, lui apporter une aide, dans un geste d’amour unilatéral du genre humain , caritas , le « care » anglo-saxon. Cesser le geste d’aide matérielle , financière en offrant cependant celle immatérielle lorsque l’autre manifeste une sensibilité diverse et exprime à travers des doutes la mise en cause de la bienveillance désintéressée initiale rendant néfaste une action volontaire et instaurant une relation malsaine, quand vouloir faire du bien fait mal à autrui ou à soi -même.

 

Comment faire pour aider à retrouver son équilibre sur le fil de la vie lorsqu’une personne en a perdu le balancier et vacille au point de tomber dans le vide? Microcosme et macrocosme s’entrechoquent dans chacun d’entre nous. Que ce soit un seul individu ou un pays entier criblé de dettes, comment redresser la situation?
Réduire les dépenses, augmenter les sources d’entrée financières est la réponse du sens commun. C’est un peu le chat qui se mord la queue. Qui n’a pas connu la situation de se trouver, par des circonstances défavorables , des accidents de vie , un jour , pris à la gorge par le système bancaire tel qu’il existe en France, par exemple. Petite vie réglée d’un cadre moyen assurant à sa famille un confort de vie quotidienne ( logement agréable, voiture, loisirs…). Mauvais coup du sort, séparation ou décès du conjoint, perte d’emploi ou simplement maladie de longue durée comme est appelé de façon sibylline le cancer , le SIDA ou les affections neurologiques évolutives. Circonstances particulières, mauvaise transmission entre les différents intervenants , méconnaissance des lois et des droits tant du code du travail que social, le funambule voit le câble sur lequel il avançait se transformer en fil de fer barbelé hérissé de pointes. Les indemnités journalières auxquelles ils peut prétendre ne viennent pas remplir l’escarcelle de son compte bancaire, tandis que les factures en tout genre, les remboursements de crédit l’affichent en rouge loin de la somme de découvert autorisée. Commission de recouvrement, agios, frais de non paiement et refus de chèques s’accumulent creusant de plus en plus le fossé sous ses pieds. Les dettes publiques pour un Etat en sont une réplique à l’échelle macroscopique, mais pas de circonstance atténuante, la France aussi est malade. Elle ne manque pourtant pas de médecins, de spécialistes en tout genre. Les remèdes sont connus ; c’est à croire qu’aucun n’a le courage ou la charité de mettre en application le traitement et qu’il soit préféré des soins palliatifs.
Revenons à notre ex cadre moyen . Bénéficiaire de soins efficaces, de conseils, d’un environnement d’aide, il peut reprendre une santé physique, mentale et morale, se reconstruire dans son intégrité retrouvée ou faire face à un vivre autrement après acceptation des limitations ou perte définitive de certaines de ses fonctions. Il peut , malheureusement entrer dans une spirale infernale de dépendance, de perte de repères, d’inaction et de passivité, de découragement, de dépression sévère incapacitante et invalidante. La désocialisation, la marginalité, l’emprisonnement psychique, la solitude, le suicide sont parfois les seules prestations octroyées par la grâce de la société occidentale actuelle qu’il contribuait à engraisser de sa sueur de travailleur.

 

Quant à faire acte de charité , d’espérance et de foi dans la guérison de l’Etat, la réduction des dettes publiques par le don sans intérêt, il faudrait trouver un Saint à qui se vouer, un Dieu autre que celui du jeu de la finance, des actions seulement cotée en bourse. Rendons grâce à Saint Jude et Sainte Rita pour les causes perdues ou désespérées. En ordre ou en désordre, prenez bien soin de vous , take care comme diraient ceux de l’autre coté de l’atlantique, avec le traité transatlantique la réalité sociale de nouveaux pauvres dans un monde confronté à la dictature de profiteurs ne pourra même plus tendre la main. Par charité, elle lui sera coupée. Charité bien ordonnée commence par soi- même. Certains s’en laveront les mains, d’autres porteront des gants. Indulgence, philanthropie, vertu, désintéressement, bonté ne rimeront pas avec cette charité là.

Photographie : Charité romaine , Stéphane Lallemand

Texte :Pascale Lafraise

Trésor caché : Les cartes du ciel de Saint Sernin à Toulouse.

27203154

La Basilique St Sernin à Toulouse recèle, dans une galerie inférieure un trésor caché , 2 cartes du ciel datant du XIIIème siècle.
La première partiellement détruite par l’érosion du temps est une représentation du microcosme et macrocosme posant schématiquement l’idée que Le corps humain est un résumé de l’Univers. Entre l’Univers et le corps humain , il y a des interpénétrations permanentes, des déterminismes, s’exprimant par les vents, les nuages pluvieux, les points cardinaux qui y sont représentés comme les éléments météorologiques qui vont influer sur le caractère de l’homme, ses actes et plus généralement sur son destin. Le microcosme (l’homme), le macrocosme (univers) sont absolument associés au Moyen Age.
La seconde carte a gardé beaucoup plus d’informations . Des cercles concentriques en représentation de l’Univers depuis la plus haute Antiquité , conservée au Moyen Age héritée grâce aux traductions arabes de la physique d’ Aristote qui donne une grande part à la connaissance de l’univers et de l’astronomie . Au milieu apparait la Terre en trois parties pour les 3 continents connus à cette période historique : l’ Europe, l’ Afrique et l’Asie ; manque l’ Amérique et l’Océanie , on pourrait y rajouter le sixième continent .
Les cercles concentriques sont censés représenter le « manège » des étoiles et des planètes autour de la terre qui en est le centre .

L’ univers constitué de douze cercles concentriques.
Sept d’entre eux portent un astre, du centre vers l’extérieur :
• Luna Lobus (la lune)
• Luna Mercuris (Mercure)
• Circulum Venusis (Vénus)
• Casa Solis (le Soleil)
• Sfera Martis (Mars)
• Celium Jovis (Jupiter)
Saturne, invisible sur la partie conservée du cercle, était vraisemblablement situé à droite du soleil.
A l’époque , ce sont les 7 corps célestes qui structurent visuellement la rotation des étoiles nocturnes. Cet univers composé d’étoiles en mouvement a sa limite qu’on appelait alors la barrière des étoiles fixes. C’était , d’une certaine façon , la fin de l’univers matériel habité par les planètes.

Au-delà, quatre cercles suivent pour l’univers stellaire : le Premier mobile,(principe de mouvement qui donne tout son mouvement rotatif à l’univers) .
Trois cercles ne sont pas affectés à une fonction précise. On s’approche de l’univers où trône Dieu , sur le douzième et dernier cercle, l’ Empyrée, entourées des sphères célestes où siègent les neuf catégories d’anges. Coutume iconographique et religieuse de faire trôner Dieu à la limite de l’univers.

Le motif d’étoile est traditionnellement très utilisé dans le décor des églises où il est souvent question de « ciel » et le retrouver ici est assez  » savoureux » avec la continuité de sa représentation scientifique de l’Univers. Ce qui est remarquable avec ce schéma, ayant prétention de représenter la totalité de ce système extrêmement complexe qu’est l’univers, c’est sa très grande simplicité. Schéma mis à l’épreuve du temps, il apparait bien avant Jésus Christ . Il durera jusqu’au XVIème siècle environ . Il rend compte de la structure et des mouvements des planètes de façon très facilement compréhensible.
Suite aux travaux de Copernic , son ouvrage de 1543 va mettre fin à ce schéma remettant en cause la terre centre de l’univers et y plaçant le Soleil .Malgré tout, cette cartographie va rester ancré dans la pensée, dans la mentalité et sera en usage jusqu’au XVIIIème siècle. Ces inscriptions sont caractéristiques dans leur morphologie du XIIIème siècle.
Le XIIIème siècle , à Toulouse est un moment d’essor du savoir et de la connaissance, puisqu’est créée en 1229 l’Université de Toulouse. A la différence de celle de Paris qui la précède de peu, l’enseignement de la Physique d’ Aristote est autorisée.
Ces cartes se trouvent dans un édifice religieux, la basilique Saint Sernin, un des plus brillants de son époque, montrant que ces lieux étaient également des lieux de savoir, de curiosité, de culture. Sans doute hormis la symbolique d’ornement , elles seraient un élément de transmission du savoir astronomique utilisé comme outil pédagogique au Moyen Age. Elles sont désormais un document archéologique d’une portée intellectuelle primordiale à Toulouse , trace de l’enseignement religieux et universitaire depuis des siècles.
Texte écrit d’après le commentaire du « guide » officiel du Musée Saint Raymond, musée des Antiques de Toulouse.
La galerie dont la paroi porte ces cartes n’est pas ouvert au public pour leur préservation ( peinture à l’ocre rouge sur chaux). Visite guidée sur youtube et Viméo.

Weird Al » Yankovic – Word Crimes

Vacances d’été : on efface l’ardoise, on oublie le bonnet d’âne et autre vexation d’écolier

Ardoise-écolier

bonnet-d-ane

punition__jeune_ecolier_avec126396

scale-chalk

IGNORANCE

tableau