Plume d’ ange – Claude Nougaro


Vous voyez cette plume ?
Eh bien, c’est une plume…d’ange.
Mais rassurez vous, je ne vous demande pas de me croire, je ne vous le demande plus.
Pourtant, écoutez encore une fois, une dernière fois, mon histoire.

Une nuit, je faisais un rêve désopilant quand je fus réveillé par un frisson de l’air.
J’ouvre les yeux, que vois-je ?
Dans l’obscurité de la chambre, des myriades d’étincelles…Elles s’en allaient rejoindre, par tourbillonnements magnétiques, un point situé devant mon lit.
Rapidement, de l’accumulation de ces flocons aimantés, phosphorescents, un corps se constituait.
Quand les derniers flocons eurent terminé leur course, un ange était là, devant moi, un ange réglementaire avec les grandes ailes de lait.
Comme une flèche d’un carquois, de son épaule il tire une plume, il me la tend et il me dit :

 » C’est une plume d’ange. Je te la donne. Montre-la autour de toi.
Qu’un seul humain te croie et ce monde malheureux s’ouvrira au monde de la joie.
Qu’un seul humain te croie avec ta plume d’ange.
Adieu et souviens toi : la foi est plus belle que Dieu.  »

Et l’ange disparut laissant la plume entre mes doigts.
Dans le noir, je restai longtemps, illuminé, grelottant d’extase, lissant la plume, la respirant.
En ce temps là, je vivais pour les seins somptueux d’une passion néfaste.
J’allume, je la réveille :
 » Mon amour, mon amour, regarde cette plume…C’est une plume d’ange! Oui ! un ange était là… Il vient de me la donner…Oh ma chérie, tu me sais incapable de mensonge, de plaisanterie scabreuse… Mon amour, mon amour, il faut que tu me croies, et tu vas voir… le monde !  »
La belle, le visage obscurci de cheveux, d’araignées de sommeil, me répondit:
 » Fous moi la paix… Je voudrais dormir…Et cesse de fumer ton satané Népal !  »
Elle me tourne le dos et merde !

Au petit matin, parmi les nègres des poubelles et les premiers pigeons, je filai chez mon ami le plus sûr.
Je montrai ma plume à l’Afrique, aux poubelles, et bien sûr, aux pigeons qui me firent des roues, des roucoulements de considération admirative.
Je sonne.
Voici mon ami André.
Posément, avec précision, je vidai mon sac biblique, mon oreiller céleste :
 » Tu m’entends bien, André, qu’on me prenne au sérieux et l’humanité tout entière s’arrache de son orbite de malédiction guerroyante et funeste. À dégager ! Finies la souffrance, la sottise. La joie, la lumière débarquent !  »
André se massait pensivement la tempe, il me fit un sourire ému, m’entraîna dans la cuisine et devant un café, m’expliqua que moi, sensible, moi, enclin au mysticisme sauvage, moi devais reconsidérer cette apparition.
Le repos… L’air de la campagne… Avec les oiseaux précisément, les vrais !

Je me retrouvai dans la rue grondante, tenaillant la plume dans ma poche.
Que dire ? Que faire ?
 » Monsieur l’agent, regardez, c’est une plume d’ange. »
Il me croit !
Aussitôt les tonitruants troupeaux de bagnoles déjà hargneuses s’aplatissent. Des hommes radieux en sortent, auréolés de leurs volants et s’embrassent en sanglotant.
Soyons sérieux !
Je marchais, je marchais, dévorant les visages. Celui ci ? La petite dame ?
Et soudain l’idée m’envahit, évidente, éclatante… Abandonnons les hommes ! Adressons-nous aux enfants ! Eux seuls savent que la foi est plus belle que Dieu.
Les enfants…Oui, mais lequel ?
Je marchais toujours, je marchais encore. Je ne regardais plus la gueule des passants hagards, mais, en moi, des guirlandes de visages d’enfants, mes chéris, mes féeriques, mes crédules me souriaient.
Je marchais, je volais… Le vent de mes pas feuilletait Paris…Pages de pierres, de bitume, de pavés maintenant.
Ceux de la rue Saint-Vincent… Les escaliers de Montmartre. Je monte, je descends et me fige devant une école, rue du Mont-Cenis.
Quelques femmes attendaient la sortie des gosses. Faussement paternel, j’attends, moi aussi.
Les voilà.
Ils débouchent de la maternelle par fraîches bouffées, par bouillonnements bariolés. Mon regard papillonne de frimousses en minois, quêtant une révélation.
Sur le seuil de l’école, une petite fille s’est arrêtée. Dans la vive lumière d’avril, elle cligne ses petits yeux de jais, un peu bridés, un peu chinois et se les frotte vigoureusement.
Puis elle reprend son cartable orange, tout rebondi de mathématiques modernes.
Alors j’ai suivi la boule brune et bouclée de sa tête, gravissant derrière elle les escaliers de la Butte.
À quelque cent mètres elle pénétra dans un immeuble.
Longtemps, je suis resté là, me caressant les dents avec le bec de ma plume.
Le lendemain je revins à la sortie de l’école et le surlendemain et les jours qui suivirent.
Elle s’appelait Fanny. Mais je ne me décidais pas à l’aborder. Et si je lui faisais peur avec ma bouche sèche, ma sueur sacrée, ma pâleur mortelle, vitale ?
Alors, qu’est-ce que je fais ? Je me tue ? Je l’avale, ma plume ? Je la plante dans le cul somptueux de ma passion néfaste ?
Et puis un jeudi, je me suis dit : je lui dis.
Les poumons du printemps exhalaient leur première haleine de peste paradisiaque.
J’ai précipité mon pas, j’ai tendu ma main vers la tête frisée… Au moment où j’allais l’atteindre, sur ma propre épaule, une pesante main s’est abattue.
Je me retourne, ils étaient deux, ils empestaient le barreau
 » Suivez nous « .

Le commissariat.
Vous connaissez les commissariats ?
Les flics qui tapent le carton dans de la gauloise, du sandwich…
Une couche de tabac, une couche de passage à tabac.
Le commissaire était bon enfant, il ne roulait pas les mécaniques, il roulait les r :
 » Asseyez vous. Il me semble déjà vous avoir vu quelque part, vous.
Alors comme ça, on suit les petites filles ?
Quitte à passer pour un détraqué, je vais vous expliquer, monsieur, la véritable raison qui m’a fait m’approcher de cette enfant.
Je sors ma plume et j’y vais de mon couplet nocturne et miraculeux.
– Fanny, j’en suis certain, m’aurait cru. Les assassins, les polices, notre séculaire tennis de coups durs, tout ça, c’était fini, envolé !
Voyons l’objet, me dit le commissaire.
D’entre mes doigts tremblants il saisit la plume sainte et la fait techniquement rouler devant un sourcil bonhomme.
– C’est de l’oie, ça… me dit il, je m’y connais, je suis du Périgord
Monsieur, ce n’est pas de l’oie, c’est de l’ange, vous dis je !
Calmez vous ! Calmez vous ! Mais vous avouerez tout de même qu’une telle affirmation exige d’être appuyée par un minimum d’enquête, à défaut de preuve.
Vous allez patienter un instant. On va s’occuper de vous. Gentiment, hein ? gentiment.  »

On s’est occupé de moi, gentiment.
Entre deux électrochocs, je me balade dans le parc de la clinique psychiatrique où l’on m’héberge depuis un mois.
Parmi les divers siphonnés qui s’ébattent ou s’abattent sur les aimables gazons, il est un être qui me fascine. C’est un vieil homme, très beau, il se tient toujours immobile dans une allée du parc devant un cèdre du Liban. Parfois, il étend lentement les bras et semble psalmodier un texte secret, sacré.
J’ai fini par m’approcher de lui, par lui adresser la parole.
Aujourd’hui, nous sommes amis. C’est un type surprenant, un savant, un poète.
Vous dire qu’il sait tout, a tout appris, senti, perçu, percé, c’est peu dire.
De sa barbe massive, un peu verte, aux poils épais et tordus, le verbe sort, calme et fruité, abreuvant un récit où toutes les mystiques, les métaphysiques, les philosophies s’unissent, se rassemblent pour se ressembler dans le puits étoilé de sa mémoire.
Dans ce puits de jouvence intellectuelle, sot, je descends, seau débordant de l’eau fraîche et limpide de l’intelligence alliée à l’amour, je remonte.
Parfois il me contemple en souriant. Des plis de sa robe de bure, il sort des noix, de grosses noix qu’il brise d’un seul coup dans sa paume, crac ! pour me les offrir.

Un jour où il me parle d’ornithologie comparée entre Olivier Messiaen et Charlie Parker, je ne l’écoute plus.
Un grand silence se fait en moi.
Mais cet homme dont l’ange t’a parlé, cet homme introuvable qui peut croire à ta plume, eh bien, oui, c’est lui, il est là, devant toi !
Sans hésiter, je sors la plume.
Les yeux mordorés lancent une étincelle.
Il examine la plume avec une acuité qui me fait frémir de la tête aux pieds.
 » Quel magnifique spécimen de plume d’ange vous avez là, mon ami.
Alors vous me croyez ? vous le savez !
Bien sûr, je vous crois. Le tuyau légèrement cannelé, la nacrure des barbes, on ne peut s’y méprendre.
Je puis même ajouter qu’il s’agit d’une penne d’Angelus Maliciosus.
Mais alors ! Puisqu’il est dit qu’un homme me croyant, le monde est sauvé…
Je vous arrête, ami. Je ne suis pas un homme.
Vous n’êtes pas un homme ?
Nullement, je suis un noyer.
Vous vous êtes noyé ?
Non. Je suis un noyer. L’arbre. Je suis un arbre.  »

Il y eut un frisson de l’air.
Se détachant de la cime du grand cèdre, un oiseau est venu se poser sur l’épaule du vieillard et je crus reconnaître, miniaturisé, l’ange malicieux qui m’avait visité.
Tous les trois, l’oiseau, le vieil homme et moi, nous avons ri, nous avons ri longtemps, longtemps…
Le fou rire, quoi !

Publicités

Prendre Corps – Gherasim Luca

 

polish-painter

je te flore, tu me faune
je te beau, je te porte et te fenêtre
tu m’os, tu m’océan
tu m’audace, tu me météorite
je te clé d’or, je t’extraordinaire
tu me paroxysme
tu me paroxysme et me paradoxe
je te clavecin, tu me silencieusement
tu me miroir et je te montre
tu me mirage, tu m’oasis
tu m’oiseau, tu m’insecte
tu me cataracte
je te lune, tu me nuage
tu me marée haute, je te transparente
tu me pénombre, tu me translucide
tu me château vide et me labyrinthe
tu me pare à l’axe et me parabole
tu me debout et couché
tu m’oblique
je t’équinoxe, je te poète
tu me danse, je te particulier
tu me perpendiculaire et sous-pente
tu me visible, tu me silhouette
tu m’infiniment, tu m’indivisible
tu m’ironie
je te fragile, je t’ardente
je te phonétiquement, tu me hiéroglyphe
tu m’espace, tu me cascade
je te cascade à mon tour
mais toi tu me fluide
tu m’étoile filante, tu me volcanique
nous nous pulvérisable
nous nous scandaleusement jour et nuit
nous nous aujourd’hui même
tu me tangente
je te concentrique, concentrique
tu me soluble, tu me soluble
en m’asphyxiant et me libératrice
tu me pulsatrice, pulsatrice
tu me vertige, tu m’extase
tu me passionnément, tu m’absolu
je t’absente
tu m’absurde
je te narine, je te chevelure
je te hanche, tu me hante
je te poitrine, je buste ta poitrine
puis te visage, je te corsage
tu m’odeur, tu me vertige
tu glisse, je te cuisse
je te caresse
je te frissonne, tu m’enjambe
tu m’insupportable, je t’amazone
je te gorge, je te ventre
je te jupe, je te jarretelle
je te bas, je te bach
oui je te bach pour clavecin
sein et flûte
je te tremblante, tu me séduis
tu m’absorbe, je te dispute
je te risque, je te grimpe
tu me frôle
je te nage mais toi tu me tourbillonne
tu m’effleure, tu me cerne
tu me chair, cuir, peau et morsure
tu me slip noir
tu me ballerine rouge
et quand tu ne haut talon pas mes sens
tu les crocodile
tu les phoque, tu les fascine
tu me couvre et je te découvre
je t’invente parfois
tu te livre
tu me lèvre humide, je te délivre
je te délire, tu me délire et passionne
je t’épaule, je te vertèbre
je te cheville, je te scie les papilles
et si je n’omoplate pas avant mes poumons, même à distance tu m’aisselle
je te respire
jour et nuit je te respire
je te bouche, je te balai
je te dent, je te griffe
je te vulve, je te paupière
je te haleine, je t’aime
je te sens, je te cou
je te molaire, je te certitude
je te joue et te veine
je te main, je te sueur
je te langue, je te nuque
je te navigue, je t’ombre
je te corps et te fantôme
je te rétine dans mon souffle
tu t’iris
je t’écris
tu me pense.

Texte : Gherosim Luca

Illustration : Gdzislaw Bekzinski

La langue française à travers les siècles (2- suite et fin )

205087_vignette_carte-de-la-francophonie

………A cette période le français fait partie de ces langues qui servent de passage entre les différences connaissances en Europe. Comme se développe une littérature fort brillante , à coté de la littérature anglaise , avant celle allemande et celle espagnole qui deviendra essentielle au XVIIème siècle , cet espace culturel dans un espace ou de nombreux pays communiquent en de nombreuses langues et dialectes est un peu une prémonition . La volonté politique , d’un cote et la volonté esthétique sont en avance sur la réalité sociale . Avant la guerre de 1914, on ne se rend pas compte qu’il n’y avait que 40% ou moins de francophones européens (belges, suisses romans et ceux qui habitent la France actuelle). En Savoie, proche de la Suisse , partage d’un dialecte franco provençal, terme inventé par un linguiste italien ( invention d’un concept mais mal dénommé car ni français , ni provençal) .

De même , l’anglo-normand trouve ses racines autre part . Le dialecte normand parlé en Angleterre au Moyen Age, responsable de la plupart de la littérature française du XIII et XIVéme siècle , comme les lais de Marie de France, montre les contradictions et paradoxes extraordinaire dans l’étude des langues . Ces normands anglais avaient ravagé les rivières d’Europe occidentale, pillant tout ce qui était possible , faisant des esclaves qu’ils ramenèrent au Danemark. Nous parlons des fameux Vikings. Ils ont crée une colonie en Normandie , comme les Varegues en Russie .C’étaient des guerriers commerçants. Guillaume ne connaissait plus le danois, sa langue originelle .Devenu Duc de Normandie , il a battu à Hastings les anglais sur leurs terres, introduisant la langue française, pendant 4 siècles. Son histoire est racontée par la tapisserie de Bayeux, ( qui n’est pas une tapisserie mais une tenture brodée  » broderie de la reine Mathilde ») en est un témoignage. L’ Influence de cette présence de langue française au Sud de l’ Angleterre auprès des décideurs faisant la vie économique et politique a modifié la langue anglaise . Elle possède la syntaxe et mots essentiels de la langue courante germanique mais tout le vocabulaire des connaissances, de la culture, de l’organisation sociale, du savoir est latino français. Le paradoxe est que , lors de la disparition de la langue française en Angleterre, apparaissent de nombreux mots en français . Le début du parlementarisme, la façon de vivre quotidiennement, Walter Scott dans ses récits , le raconte en disant que tout ce qui était humble , modeste, rural était saxon , et que tout ce qui était agréable, chic, prétentieux était français . On dit Ox quand il s’agit du bœuf ou de la vache , mais quand il arrive dans l’assiette il s’appelle beef , idem pour le veau (calf/veal) pour le mouton , (sheep/mutton) . Une tres grande partie des anglicismes en français est en réalité, les mots français usités en Angleterre à l’époque.
Exemple : sport venant de desport la distraction par l’usage du corps, les activités physiques . Comme se déporter , sortir de la routine quotidienne. La prononciation de ce mot français donnant en écriture phonétique sport .
Le tennis , façon de prononcer le mot « tenez » qui accompagner le lancer de balle au jeu de paume. Lors du changement de règle, la paume laissant place à la raquette , le tennis était né.
Budget est un autre exemple amusant : Ce terme désignait le trésor royal ainsi que des activités bancaires nombreuses . Le mot ancien français est la bouge: petit sac de cuir ou la bougette devient budget . Ainsi, la tonnelle prononcée en français devient tunnel . Il existe , dans le temps un échange constant de mots entre les langues et les pays , modifiés de l’oral à l’écrit . Le mot anglais est un faux ami , conservant le sens initial du latin ou français original comme pour dramatic en anglais est spectaculaire et non dramatique .. Il y a compromission réciproque depuis des siècles cachée par la prononciation .
Le jeu entre l’oral et l’écrit est grand dans les mutations de mots , la phonétique déformant l’orthographe initiale .
La chanson de Roland était transmise oralement . Avec des erreurs des extrapolations, des changements, adaptation suivant l’auditeur. Cela donne une transmission de partition , poésie lyrique orale .

La langue écrite est plus que nécessaire , celles qui n’ont pas cette trace écrite sont dévalorisées , infériorisées socialement de façon quasi définitive , voir disparaissent comme celles amérindiennes, africaines , Nouvelle Guinée, autochtone australienne .. Comme le gaulois , très rarement écrit .Sa disparition , en extrapolant est de la responsabilité de ceux qui voulaient garder des secrets, une forme d’autorité, les druides : ils gardaient secret les connaissances réservées , ésotériques alors que 2 écritures étaient possibles grecques et latines . Les inscriptions gauloises , sur les objets et éléments architecturaux retrouvés par les archéologues montrent l’utilisation religieuse essentiellement de cette écriture comme à Lyon et Autun ( Agustum dumum) les premières villes sous occupation romaine. Les noms gaulois sont issus d’une langue proche indoeuropéenne , comme chez les celtes Autriche Hongrie vers l’ouest et le Nord .
Différencier le celte du breton . Le breton, en effet ,est le fils du gallois repoussé par les anglais . Il s’installe en Armorique, vide à l’époque . Donne le breton ..malheureusement au XVIII et XIX siècle, la perte du breton est un vrai malheur . La littérature bretonne apparait à partir du XV eme. L’école est un réglage définitif pour une nation. Elle induit le recul de la langue locale par perte de son enseignement . Une langue orale , locale qui résiste est le créole alors qu’il n’est pas enseigné , car la transmission se perpétue de génération en génération étant parlée dans la famille .
Avant l’apparition d’Internet, revient une époque de regain d’ une civilisation de l’oralité et de l’image: téléphone , cinéma , télévision, radio ; un monde fictif où l’écrit est parlé ( comme le présentateur télé utilisant un prompteur avec lecture ardue , coupée sans connaitre le texte avant ..).
Autrefois, l’ écriture était cadrée par l’ institution, l’imprimerie . Robert Etienne écrit le premier dictionnaire français -latin (1ere description de la langue française , Dictionnarium) puis fait le 2eme latin- français . Robert Etienne se refugie à Genève, période de Calvin XVIème siècle .Des phénomènes fondamentaux dans l’évolution du français se sont passés aux marges du pays français et non pas au centre . A la fin du XVI et XVIIème siècle, la cour de France parle essentiellement en italien , rapport peu clair avec le peuple . Dans le même temps on note la volonté du pouvoir italien de se franciser . Louis XIII dit  » le juste » fils de Marie de Medicis ( grande famille italienne, faut-il le rappeler?) et D’ Henri IV , enfant suivi par le médecin, Jean Heroard retranscrivant la progression dans le langage ; comme les « fautes » de prononciation . A l’époque , il est du langage enfantin que de ne pas prononcer toutes les lettres comme le R final des verbes infinitif ( tomber, prononcé tombé et non tombere). Nous sommes donc actuellement à l’âge d’apprentissage et langage « bébé » enfantin d’un petit louis XIII à l’âge de 6 ans . Sociologiquement parlant, le français est donc tres mal parlé .Nous sommes revenus à une civilisation d’écrit plus proche des racines .
Le passage du pouvoir à Louis XIV fait disparaitre l’italien en France , utilisé par les gens de pouvoir et de la sphère du commerce .La langue seconde parlée est un dialecte franco provençal lyonnais , la troisième seulement était le français .

La langue véhiculaire et langue maternelle : La langue véhiculaire, comme son nom l’indique servant à véhiculer les informations de façon nationale et transnationale est de nature à éliminer les langues et dialectes plus ruraux .
Molière, dans ses déplacements en région du Sud de la France passait par la pantomime , le burlesque car les locaux ne comprenaient rien à la langue du Nord . Racine descendant jusqu’à Valence , découvrit, plus au Sud cette frontière linguistique : Dans une auberge,où il passe la nuit, il demandant un pot de chambre , ne se fait pas comprendre , fait la demande en italien et obtient son objet .
Grande étape que la guerre de 14-18 entre ces hommes qui se battaient pour le même pays et ne se comprenaient pas . La langue des tranchées est francisée de force , pour comprendre les ordres des officiers . Les femmes restant dans les régions parlaient encore le patois et les dialectes . Les préfets se plaignant qu’on ne les comprend pas demandent à généraliser une langue commune .
Ce qui se passe en Bretagne en 1920 est la situation qui se passe en Afrique actuellement , avec des possibilités de transfert d’une langue à l’autre liée aux possibilités plus importantes de déplacement vers les grandes villes , pour les études, mais aussi les exodes , la fuite des conflits ethniques, nécessité d’ouverture au marché de la mondialisation etc …

L’anglais des Indes est également en train de prendre un essor à part entière , on ne dit pas indian english (littérature indienne ) mais Inglish avec un I au début. En Inde, à cause de la multiplicité ethnique , il existe 17 langues nationales ravidiennne , indie différent des langues du nord . La préférence d’anglais à la langue indie est liée à une raison politique et idéologique .L’ outil de communication s’éloigne des langues anglaise pour une détermination locale ( comme le portugais utilisé au Brésil). Apparaissent des langues hybrides de nécessité absolue pour langue commune quand il n’y a pas de langage véhiculaire suffisamment puissant .IL n’existe pas « l’africain » qui serait commun à tous les pays. Le poids du passé colonial influence le choix et la détermination de la langue au détriment des dialectes et langues ancestrales. Il est à noter un essor important du français, tout du moins à leur sauce . .. Lié a la prononciation modifiant le terme comme nous l’avons vu chez nos voisins les anglais .

Ce tableau dépeint de la langue française est complexe mais n’est pas un constat d’impuissance , de chaos et d’ insuffisance d’une langue .C’est la vie d’une langue parlée dans 5 continents. On note un recul dans de nombreux endroits comme’ Asie . Se développant dans d’autres comme en Afrique. En Afghanistan, par exemple il est constaté avancée du français dans les écoles de Kaboul .
Suite à son intervention , questions de l’auditoire :
– Que pensez-vous de la langue suisse allemande ?rapport classique entre langue spontanée et langue de référence écrite standardisée comme l’allemand (de source luthérienne)
-Esperanto ? Elle n’a pas l’impact que le créateur avait espéré , reste encore un peu référence pour ceux qui souhaitent une langue internationale. Comme elle possède de nombreuses racines romanes, elle n’est pas d’accès facile pour la plupart sur la surface de la terre . Langue logique , appauvrie au point de vue sémantique car créée artificiellement à l’inverse des possibilités infinies d’une langue naturelle , trop théorique elle n’a pas la charge d’une langue maternelle transmise par l’affectivité . Très rationnelle , elle est correcte pour une conférence internationale mieux que du » globish » , certes . ( Rire de l’assistance).
-Le français s’appauvrit au niveau du vocabulaire ? En pratique de la majorité des européens oui . Au niveau des jeunes , 25-35 ans qui l’utilisent dans un domaine un peu spécifique hormis le contexte universitaire, la qualité de français est meilleure que pour la génération antérieure. Ils possèdent des niveaux de compétence liés à un éclectisme de curiosité intellectuelle : comme un jeune libanais qui a rejoint mon équipe , se développant dans la spécialité sur Platon et dans le même temps meneur d’un groupe de rock. Il mêle avec délectation une richesse de la langue française.
Lors d’une intervention dans un établissement scolaire, en banlieue de Toulouse à Muret , population rurale en général ,le niveau moyen ne semblait pas brillantissime. Quelques uns ont posé des questions fort judicieuses .
L’image des jeunes et de leur langage n’est qu’une apparence : un coté volontaire répétitif , agressif, insultant, violent est une arme imparable pour faire fuir l’adversaire. Un lexique des cités a été réalisé auprès de rappeurs, de grapheurs , cherche des exemples des étymologies , donne exemple de maitrise du français et non pas d’un appauvrissement absolu . Observez les enfants et les adolescents sortants de grands lycées parisiens , issus d’un milieu aisé. La phonétique est différente, comme un argot chic mais incompréhensible dans le but de décevoir ou isoler les parents ne maitrisant pas ce langage. Idem pour langage SMS qui est plus un jeu et ne signe pas la fin de l’orthographe du français. En sociologie , il n’y a pas encore d’étude sur l’appauvrissement du français.L’ orthographe française est ornée d’ allitérations grecques,( le ph à la place du f, le K, le Y …) ce qui n’existe pas en espagnol ou italien dans leur utilisation phonétique est un facteur de complexité.
-Que penser de l’invasion des termes anglais dans les affichages , la publicité ? Prendre les anglicismes pour ce qu’ils sont comme la gare rebaptisée railcity etc … cela ne semble pas être utilisé dans la langue orale . C’est une volonté publicitaire de communiquer en changeant . Nous arrivons à une certaine perversité comme ce panneau vu ce matin :  » Confédération -Centre » et non pas Confédération-Center . Effet d’ abstraction en modifiant l’ordre des mots . Cela me fait penser à « positive attitude » , invention d’une chanteuse populaire française . Le premier ministre de l’époque Raffarin a apprécié cette expression plus positive, pour lui qu’  » attitude positive » ) . L’ ordre des mots peut miner la réalité d’une langue , frisant le ridicule .
-Que reste t’il par rapport à la création du langage poétique? Le discours poétique est de moins en moins tributaire des loi de la prosodie . Je citerai Henri Pichette avec  » Les épiphanies », texte poétique et théâtral puissant d’une beauté extraordinaire. En vieillissant il écrit des poèmes archaïques ; je le nomme :le seul poète médiéval vivant ,. IL a écrit une tragédie sur les dangers de l’atome » Nuclea »; ressemble à du Corneille . Il existe un jeu entre tradition et novation . La dimension fondamentale des langues est que la poésie montre dans son vocabulaire la puissance du signifiant , intraduisible dans toute langue . Il existe une ligne de l’intraduisible absolu au traduisible parfait ; les génies de traduction peuvent la franchir parfois par maitrise des langues comme Baudelaire et sa traduction des contes d’Edgar Poe . Il donne à cet événement en français autant de poids et de valeur que le texte original de Poe . Ce qui n’est pas évident , voire possible avec d’autres œuvres. Les traductions des pièces de Shakespeare , difficile aux traducteurs de  donner autant dans l’ ambigüité , calembour et force du texte originel .
– Rôle de l’Académie Française ? Intégration ou conservation des mots .. Une telle académie n’existe pas en Angleterre ou en Allemagne pour leur langue . Le français semble un peu figé par l’ académique Académie . Historiquement créée et voulue par Richelieu , dans un acte politique : Imposer la fonction de langue véhiculaire ainsi que Louis XIV ( despote éclairé , mécène pour la création même gênante sur le plan idéologique , comme subtil et pervers il fait continuer à travailler Molière malgré ses textes comme le Tartuffe ) .L’ institution acquière la légitimité linguistique orthographique au XVIIIème siècle avant Voltaire induisant une simplification de l’orthographe .
– A noter l’ Academia Reale espagnole permet , elle aussi une simplification phonétique de la langue .
L’Académie Française explose à la Révolution . Assouplissement et changement de références modifiant le dictionnaire de l’Académie fin du XXeme siècle .
– Anglicismes ? Le mot Flirt vient -il de l’expression  » compter fleurette » ?Cela semble un mot hybride .Pour les référents anglais, le dictionnaire d’ Oxford ne revendique pas les origines françaises comme  la base de leurs mots . Il faudrait redonner à certains mots anglais passés dans notre langue une orthographe issue de la phonétique comme riding coat créa la redingote au XVIIème siècle .  »

Rédacteur en chef des publications des Editions Le Robert, Alain Rey lors d’une conférence donnée pour le 450e anniversaire de l’UNIGE ( Université de Genève) en 2009.

« Tirez la langue, pour voir votre état de santé », la langue française à travers les siècles (1).

1850514_3_8901_les-perspectives-d-ouverture-a-des-marches_0befd69fa355f5c068d309014c38dee0Sur les 6 000 langues dans le monde, 50% sont menacées de disparition; 96% d’entre elles sont parlées par 4% de la population mondiale; 90% ne sont pas représentées sur Internet.
Une langue disparait toutes les deux semaines et, par exemple, 90% des langues africaines n’ont pas de transcription écrite.
Les langues peuvent figurées comme les plus parlées dans le monde en regard des chiffres de population mondiale. Elles sont cependant à influence variable en fonction de critères comme : langue maternelle , langue seconde , pouvoir économique des pays utilisant une langue , nombre de domaines majeurs de l’activité humaine dans lesquels la langue est importante , nombre de pays et leur population l’ utilisant , prestige socio-culturel de celle-ci et si la langue est langue officielle des Nations Unies . Ainsi , les locuteurs du français , francophones partageant cette langue commune seraient 220 millions (selon une étude de l’Organisation internationale de la francophonie, datant de 2010) répartis dans 77 pays et territoires sur les 5 continents. Au 5eme ou 6eme rang mondial du classement des langues les plus parlées , le français se place en 2eme position du classement des langues influentes après l’anglais. Selon , l’OIF ( Organisation Internationale de la Francophonie, avec un « F » majuscule, dispositif institutionnel organisant les relations entre les pays francophones.) la francophonie( avec un « f » minuscule , terme utilisé vers 1880 par un géographe français, Onesime Reclus, pour désigner l’ensemble des personnes et des pays parlant le français) passerait à 700 millions en 2050. A cette échéance, le français serait donc l’une des langues les plus parlées dans le monde( langue maternelle +langue seconde), avec l’anglais et le mandarin. Neuf francophones sur dix devraient alors être Africains.

Francophonie

Lors d’une conférence , en 2009, à l’occasion du 450eme anniversaire de L’UNIGE , Université de Genève, le rédacteur en chef des publications des Editions Le Robert, Alain Rey relate une grande partie de l’historique ,l’appauvrissement ou l’enrichissement, la disparition ou le devenir de la langue française à travers les siècles..Une langue n’est pas seulement le moyen de se comprendre; elle permet aussi l’affirmation de valeurs et la création mentale de mondes possibles.
Transcription écrite de son intervention orale filmée lors de la conférence :
1ère partie

Alain Rey débute son intervention en rappelant que le mot « français » dans la langue française est d’origine germanique .
 » Ce sont les francs qui ont organisé l’embryon de pouvoir central, dans un pays complètement féodal voué à la diversité ( représentant à peu près la moitié nord de la France actuelle). C’est à partir de ce petit noyau qu’une langue est née( à partir d’une modification très profonde de la langue latine étant fortement influencée par la langue des francs pas encore l’allemand mais un ancêtre du néerlandais). Le français est une langue romane, dérivée de la langue latine, la plus influencée par celle germanique . Quand on additionne la totalité des traditions culturelles romanes et germaniques on a quasiment toute l’ Europe occidentale qui s’articule sur un passé plus lointain : le passé celte. Cet espace géographique et culturel a parlé pendant 5 siècles une langue s’appelant le gaulois qui a disparu sans laisser de trace en 4 ou 5 générations . C’est une leçon pour l’avenir car on s’aperçoit qu’une langue importante , une langue majeure de l’ Europe, peut disparaitre ne laissant que des connaissances fragmentaires , des noms propres ( la plupart des noms de villes français viennent de nom de tribus gauloises) sans laisser de trace d’une francophonie européenne car les frontières de la langue gauloise sont très exactement les limites de la langue française actuellement en Europe : moitié Sud de la Belgique , Suisse dans sa partie occidentale .
Anecdote fort connue pour les amis suisses : dans  » Bellico gallico » de Jules César . Envahissant la Gaule pour de nombreuses raisons colonialiste, économique, pratique, militaire, et personnelle pour se faire valoir, pour devenir le personnage le plus influent et le plus puissant de Rome à cette époque , Jules César, avec un prétexte tres curieux ( inquiet de l’équilibre politique car les gaulois helvètes cherchaient querelle aux gaulois de l’autre coté du Rhin ) lance la colonisation sous couvert de remettre l’ordre et la paix en place dans le pays …Les tribus gauloises faisaient des efforts pour se confédérer . Un des mots issus de la langue gauloise reste usité de nos jours:  » ambassadeur ». Indépendamment de quelques mots culturels tres anciens ,subsistent certains termes poétiques comme l’alouette .
La valeur et la longévité dans le langage concernent les mots d’organisation , de communication , de compréhension entre des entités de politiques différentes tribales . Il existait donc en Gaule une unité souple confédérale . Le passage du latin au français( partie historique et linguistique assez technique ) peut permettre cette métaphore : le français est un  » créole » du latin . La langue latine a perdu ses déclinaisons , changement considérable au niveau du vocabulaire, a donné les racines à l’espagnol, portugais, italien , français sans oublier à l’est le romanche parlé encore en Suisse et le roumain ( envahissement des romains de la Dacie) ayant résisté aux pressions slaves et magyares pour rester une langue proche par sa phonétique de l’italien , imprégné de français ..A l’est l’influence de la culture française a imprégné la langue russe au XVIIème et XVIIIème siècle en y intégrant plusieurs de ses mots .
Il est important de ne pas confondre la langue et la nation . Les langues portent bizarrement le nom des nations , on pourrait ainsi croire qu’en Belgique on parle le belge et en Suisse le suisse , en France le français , l’allemand en Allemagne ( c’est vite oublier l’Autriche).

Une langue est un système de communication dans une ou plusieurs cultures . Elle peut se déplacer , se modifier profondément, se diffuser, ou disparaitre .
Toutes les langues sont en situation de danger par rapport au monde extérieur et par rapport à son propre fonctionnement .
Pour le statut de la langue française actuellement , faut-il craindre ou espérer pour son avenir ? Il existe des éléments en faveur et défaveur de l’avenir de la langue française .Il est cependant rassurant , au travers de la longue histoire de cette langue ,un millénaire.
Elle a vécu des périodes où elle aurait pu disparaitre de la planète ou être modifiée au point de ne plus être reconnaissable comme à la fin du Moyen -Age , ce que nous appelons par facilité l’ancien français ( ne sachant pas si c’est notre langue ou une langue étrangère) . La grammaire a produit comme rejeton celle du français moderne et contemporain avec des modifications empêchant une compréhension entre les 2 .

Le Moyen -Age, univers fascinant , à la variété linguistique considérable en Europe : les utilisations du latin vont dessiner 2 langues existant par 2 facteurs associés et nécessaires

1) la volonté politique au sens large et non institutionnel du terme, volonté collective qu’une société humaine développe pour communiquer avec un code commun . Sur des bases ni forcément volontaires ou conscientes , pour éviter les traductions et les différences ne permettant pas de se comprendre . Au Moyen Age la langue se chargeant de cette fonction était le latin , n’étant cependant maitrisée que par ceux capable de lire et d’écrire soit 95% des clercs garantie par l’organisation de l’Eglise. La libération des pays par rapport au latin est un point tres important , se détachant ainsi du contrôle culturel de l’Eglise . En France , et en Suisse , ce phénomène s’est passé au XVIème siècle .
2 ) raison poétique . Le coté esthétique de la langue la fixe comme symbolique dans des échanges communs pour la littérature ( littera la lettre , écriture alors qu’au Moyen Age l’utilisation esthétique au travers de la poésie comme dans les épopées est essentiellement orale ).Elle est partagée avec des dialectes tres nombreux . La partie écrite n’est que la stabilisation.

L’ italien a été « inventé » quasiment sur le plan poétique, esthétique, littéraire par Dante Alighieri . Il a écrit un texte en sélectionnant dans les patois et les dialectes de la Toscane , son pays natal , sélectionnant des mots issus du langage vulgaire ceux aux caractéristiques de précision , d’expressivité, de qualité esthétique, , de puissance poétique et évocatrice( De vulgari eloquencia) pour la commedia ..nom de Divina commedia donné après sa mort ( étant un homme modeste qui ne s’est jamais pris pour un dieu créateur) suivi alors dans cette démarche par Pétrarque et son  » Canzoniere »‘ ainsi que Boccace et son Décameron. Des le XVème siècle , avant que les autres langues européennes n’aient acquis la certitude d’un expression comme le modèle latin , il a fallu pour que l’italien devienne ce qu’il est aujourd’hui, une intervention d’origine politique . L’écart chronologique est considérable . La langue italienne existe au XVIème siècle à coté du latin , servant de modèle à la langue française . Cavour au nord et Garibaldi au sud ont cette volonté de sortir cette langue du seul usage poétique, littéraire . Volonté politique d’unification par un axe de dialecte de la Toscane ( Florence) avec Rome et plus au nord Milan pour créer cette langue au début tres critiquée comme en réfèrent les textes d’un linguiste (par accros car surtout grand écrivain) Pier Paolo Pasolini. La langue italienne centrale était plus une langue littéraire que politique (communication pour compréhension de tous).
Pour la France, la langue se mature grâce à la rencontre des différents facteurs comme la fin de la féodalité avec l’importance du roi de plus en plus grande garantissant l’unité sur le plan politique , la présence de dialectes dont l’occitan , provençal, languedocien , le gascon. Se mêlent des circonstances artistique comme François 1er faisant venir en Loire Leonard de Vinci . Les poètes et écrivains ont pu faire exprimer et évoluer la langue pour égaler le latin ou l’italien naissant . Ronsard et Du Bellay pour la défense et l’illustration de la langue française , mais aussi Rabelais et ses créations de langage truculentes , termes des plus savants ( médecin de formation ). Sa connaissance parfaite du grec, du latin et partiel de l’arabe fait s’entrechoquer ces termes avec ceux populaires, du rire ( le rire est le propre de l’homme). Il illustre ainsi la remarquable utilisation de toutes les possibilités dans les sens d’une langue . Raymond Queneau est un peu le Rabelais du XXème siècle mais sans la dimension rabelaisienne culturelle considérable . Jeu sur le sérieux et la moquerie, références culturelles, source de connaissances sont ses qualité . Rabelais est un demi dieu créateur de la langue française .

Au XVIème siècle , un autre volet politique et religieux intervient : la réforme . La capitale de la francophonie culturelle, esthétique, linguistique n’est pas Paris mais Genève . Grace à Calvin , le réglage entre le latin et les langues modernes spontanées s’est fait ; Les pensées et textes pour le Vatican et ceux qui lui obéissaient étaient tous en latin . La lutte à la Sorbonne pour passer du latin au français commence comme avec la traduction de la bible qui était quasiment interdite. Les gens peu cultivés, le peuple ne devaient pas avoir accès à la parole divine. Calvin, comme Luther, prend des positons opposées. Les » institutiones » de Calvin ( écrits en latin traduits en français par lui-même quelques années plus tard, avec la prose la plus souple, la plus aisée, respectant les structures de pensées du latin vont dans la simplification et élégance rarement atteints dans la prose française de l’époque) et la traduction de la bible par Luther sont les prototypes du français et de l’ allemand moderne .L’ étape suivante plus moderne est franchie par Montaigne . Dans l’histoire de la littérature et de la langue française , la place de Calvin n’a jamais été étendue à sa place réelle, pour des raisons idéologiques . Son texte est exigeant, théologique , loin du divertissement, au niveau de la prose d’idées. La reforme, avec ses impacts dans d’autres domaines d’idéologies et de pensées, a eu cet impact sur les langues , faisant référence en français ou en allemand à une communication aisée entre la parole divine et la manière de l’interpréter d’une part, de l’autre l’utilisation par le croyant sans passer par cet intermédiaire exigé par le Vatican qui était le prêtre. Maitrisant la langue vernaculaire et la savante , tres peu connaissaient la bible en latin et encore moins en Hébreu . Il y avait donc déjà une quantité de contre- sens considérables par ces passeurs de traduction , dans la transmission de ce savoir .

La réforme correspond au retour de langues simples, parlées, et coïncide avec un autre mouvement à même époque de dégagement par rapport aux valeurs chrétiennes . C’est une libération dans le sens de l’exaltation des langues modernes et recul relatif de la langue correspondant au modèle général , le latin .Il a résisté vaillamment jusqu’à la fin du XVIIème siècle , en matière scientifique cédant sa place au français . Descartes a écrit certes ses méditations en latin mais tres rapidement traduites en français . Le discours de la méthode, directement en français . Provocation que ce texte de connaissance générale , de philosophie, dans la langue familière, pouvant être lu par des gens n’ayant pas fait des études de théologie . Cette période comme l’a appelé Goldman est la période de dieu caché, intermédiaire entre le dieu exalté et le dieu nié . (chez Nietzsche plus tard ) .Le retour à une croyance plus naturelle, plus personnelle pour les reformés et le dégagement des dogmes pour les philosophes , vers le temps des lumières au XVIIIème passent tous les 2 par une répudiation du latin, une mise à distance créant un impact dans l’évolution des sciences (la science moderne progresse , les premières œuvres de Newton sont en latin ,puis en anglais) . Descartes idem du latin au français, Leibnitz , lui se promène entre les langues , logicien , théoricien du langage , a eu la prémonition de l’étymologie , écrivant indifféremment en allemand, français ou latin . Dans la communication scientifique de l’époque , le latin a encore une place prépondérante pour la diffusion à travers les différents pays . A noter que la langue anglaise a pris cette place dans les institutions européennes de nos jours , mais que cependant persiste le latin comme terminologie scientifique universelle en anatomie, biologie….) par commodité servant de ponts de référence terminologiques scientifiques entre les langues diverses dans le monde entier .  »

A suivre

Weird Al » Yankovic – Word Crimes

Langage des fleurs , attention aux risques…Parfois toxique

783_001

Tout le monde connait la signification symbolique que portent les fleurs quand on offre un bouquet ou un seul spécimen. La variété, la couleur, le nombre sont autant de critères pour dire à la personne pour qui elles sont adressées un message non verbal. Les fleurs, source de joie ou de tristesse, symboles historiques, sociaux, culturels… Rappelez-vous l’œillet, la rose, le jasmin . Les fleurs et leur pollen , régénération de la Nature mais aussi source d’allergie, de maladie et parfois les fleurs du mal ne sont pas que des poèmes de Baudelaire, elles sont porteuses de mort.
Liste non exhaustive de fleurs et de plantes toxiques pouvant entrainer la mort ( même à petite dose)
• Aconit paniculé – Aconitum variegatum ssp paniculatum,
• Aconit tue-loup – Aconitum vulparia
• Aconit napel (casque de Jupiter) – Aconitum napellus Les aconits SONT TRES TOXIQUES
• Actée-Actae spicata
• Adonis du printemps – Adonis vernalis
• Adonis d’été – Adonis aestivalia
• Ancolie commune – Aquilegia vulgaris
• Anémone du mont Baldo – Anémone baldensis
• Anémone pulsatille – Pulsatilla vulgaris
• Anthurium
• Aristoloche pistoloche – Aristolochia pistolochia
• Arnica – Arnica montana
• Arum tacheté – Arum maculatum
• Belladone – Atropa belladona – TRES TOXIQUE
• Berberis
• Bourdaine- Frangula alnus
• Bouton d’or – Ranunculus sceleratus
• Bryone (navet du diable) – Bryonia dioica TRES TOXIQUE
• Buis- Buxus sempervirens,
• Caladium
• Calla-calla palustris
• Camérisier à balai – Lonicera xylosteum
• Chardon à glu-Atractylis gummifera
• Chélidoine (herbe aux verrues) – Chelidonium majus
• Chèvrefeuille Etrusque – Lonicera etrusca
• Chèvrefeuille des haies – Lonicera Les baies du Chèvrefeuille de nos campagnes sont toxiques, les fleurs sont comestibles
• Grande ciguë – Conitum maculatum – toutes les Ciguë sont TRES TOXIQUES
• Clématites – Clematis
• Colchique- Colchicum autumnale TRES TOXIQUE
• Corroyère-Coriaria myrtifolia,
• Corydale solide – Corydalis solida et autres corydales
• Cyclamen- Cyclamen europaeum
• Cytise à feuilles sessiles – Cytisophyllum sessifolium
• Cytise aubour – Laburnum anagyroides
• Cytise de Sauze – Cytisus sauzeanus
• Daphné- Daphne spp
• Dame d’onze-heure – Ornithogalum umbellatum
• Daphné camélé – Daphné cneorum , et Joli bois – Daphné mezereum
• Dauphinelle (pied d’alouette) – Consolida regalis
• Datura- Datura stramonium TRES TOXIQUE
• Dieffenbachiaa spp
• Digitale à grandes fleurs – Digitalis grandiflora
• Digitale pourpre – Digitalis purpurea Les digitales sont TRES TOXIQUES
• Douce-amère-Solanum dulcamara,
• Euphorbes – Euphorbia
• Fritillaire(œuf de pintade) – fritillaria meleagris
• Fusain- Euonymus europeus,
• Genêt d’Espagne – Spartium junceum
• Genêt à balai – Cytisus scoparius
• Giroflée – Cheiranthus cheiri
•  » Glycine »-Wistaria sinensis,
• Gui-Viscum album
• Héliotrope – Heliotropium europaeum
• Digitale à deux têtes : cette curiosité est … doublement toxique !
• Hellébore noire (rose de Noël)- Helleborus niger , toutes les hellébores sont TRES TOXIQUES, attention aux mains lorsque vous faites des bouquets !
• Houx – Ilex aquifolium
• Iris – Iris pseudocarus
• Laurier-cerise- Prunus laurocerasus
• Laurier rose – Nerium oleander TRES TOXIQUE
• Lierre- Hedera helix
• Lupin- Lupinus augustifolius
• Baie de Goji- Lycium europaeum
• Baie de Goji- Lycium barbarum
• Maïanthème-Maïanthemum bifolium
• Marronnier d’ Inde-Aesculus hippocastanus,
• Mouron rouge – Anagallia arvensis
• Muflier – Antirrhinum majus
• Muguet – Convallaria majalis
• Narcisse ou Jonquille : les bulbes et les tiges sont toxiques, les fleurs sont parfois consommées, mais il ne faut pas dépasser de faibles doses
• Nerprun purgatif-Rhamnus cathartica,
• Nielle des blés- Agrostemma githago,
• Nivéole – Leucojum vernum
• Oenanthe safranée- Oenanthe crocata
• Ornithogale-Ornithogalum umbellatum,
• Parisette à quatre feuilles- Paris quadrifolia
• Pavot somnifère- Papaver somniferum,
• Perce-neige- Galanthus nivalis
• Pois rouge- Abrus precatorius
• Raisin d’Amérique-Phitolacca americana
• Rhondodendron – Rhododendron ferrugineum
• Rhubarbe-Rheum spp.
• Ricin-Ricinus communis,
• Robinier-Robinia pseudoacacia
• Sceau de Salomon odorant – Polygonatum odoratum
• Sorbier des oiseleurs- Sorbus aucuparia
• Sureau Yèble ou petit sureau – Sambucus ebulus plante herbacée à ne pas confondre avec le sureau noir arbustif dont on consomme fleurs et baies !
• Symphonie-Symphoricarpos albus,
• Tabac-Nicotiania tabacum
• Tamier-Dioscorea communis
• Troène-Ligustrum vulgare,
• Vératre blanc-Veratrum album
• Viorne obier-Viburnum opulus

langage-des-fleurs
Surprenant de voir que ces plantes apportent des bénéfices sur le plan thérapeutique à dose infinitésimale, qu’elles peuvent occasionner des troubles désagréables à létaux. Qu’elles soient dans la nature ou dans un vase ou un pot chez soi, qu’elles décorent vos petits-plats festifs ou vos tablées de réception , il n’est plus nécessaire de rappeler la dangerosité de l’ingestion par une petite bouche innocente d’un enfant . Nausée, vomissement, diarrhée, endormissement, perte de connaissance, coma ou pire…
De la racine à l’étamine, les plantes expriment les beautés, les bienfaits mais aussi tout ce qui fait notre monde dans sa biodiversité, dans ce que nous en faisons … Joie ou désolation, amélioration ou destruction. Dites-le avec des fleurs en espérant que le destinataire saura en déchiffrer la signification s’il n’y a pas de mauvaise interprétation car : tout est affaire de langage, de traduction et de mutation parfois entre l’émetteur et le récepteur. Et vous, quelle plante allez-vous offrir la prochaine fois? Pour moi , ce sera un bouquet de fleurs des prés où de loin je ramasserai trente neuf myosotis, bleuets, marguerites ou plutôt pâquerettes à effeuiller en silence , avant de manger les pissenlits par la racine.

Complimenti in Italiano .- en français , on dit Chapeau !

chat-peau

In passato , un amico ( a qui voglio tanto bene) ha detto :  » sarai capace di scrivere una poesia in italiano , vero « 

Oggi , ho ancora bisogno di traduttore , libro di grammatica e di coniugazione. Difficile de parlare in tempo futuro o d’utilizarre il conditionnale e congiutivo. Appena appresi    indicativo imperfetto eprossimo Che   passato remoto  diventa imperativo .. Giocare con italiana grammatica non é facile quando non é in la sua natale lingua. Sembra tanto divertente de fare rimare e cantare vocabulario poetico con bello sentimento.

Ma ! Ho letto moltissime meravigliose poesie d’autorre in il linguagio di

Niccolò di Bernardo dei Machiavegli, Dante Alighieri , Pier Paolo Pasolini. Ho ascolto le parole de canzone de Fabrizio de Andre, libretti di Opera ecc, forse canzone popolare . Italiani,  Sono campione del mondo per creare onda di vibrazione con loro canzoni d’Amore . Quante coppie si sono formati o quante di bambini concepiti, » fabbricati » sul arie  » made in Italia »? Tempo e sonorità per parole in a, i , o , e per la fine de diverse  versi , guancia a guancia con il conto de sillabe per una buona metrica.Belezza scelta del termini per descrivere intensità e profondità dello stato d’innamorata danno il livello de nobilità, grandezza d’anima , ricordano l’importanza della cultura italiana ( antica e contemporanea).

Pelle(ci a) poe(tica) , gatto e capello.

Osare o non osare l’esperienza ?

A 2 italiani veri , dedica.

Per ringaziare lontano delle realtà

Un fratello , alla lettura quotidiana

Complimenti Signore Gatto

In francese dico :  » Chapeau! »

Senza sapere, era uno professore.

Per un altro più umano e debolezze,

Quando non animalità

L’uomo mortale, in cuore

Cosi una sirena cantabile,

Fidanzato , il Mio, virtuale

Reale amore

Come un anello di unione

Ha insegnato  finezze e arte

Valore , metafora

Con parola nascosta.

Il poetico turbamento

Rinseccha invalicabile

Ostacoli linguistici

Ad assiaggiare e godersi

La gioia di osare

In italiano ,

Offrirvi la rima.

Essere o no poetica ?

Non ho più alcuno senso.

Amore, passione, abbandono

Delle radici latine , rispetto !

Assordante e assurada,

Non più scorticare vostra lingua

Di mordervi quanto i labbra

Gli orecchi tappati,

Gli occhi aggrediti,

E tempo di tacere

Di lasciare il posto

All’amore Vero

Muto.

 Scusa  a tutta l’ Italia  per questa prima prova … Ti voglio bene Italia !