Jardins partagés: creuser, planter du savoir faire au faire savoir – Graines d’idées, graines de paix.

schtroumpfs-lucas

« Il faut cultiver notre jardin  » écrivait Voltaire dans Candide. Cultiver au sens agraire mais aussi partager les savoirs , savoir faire et savoir être. Les jardins partagés, jardins communautaires , jardins solidaires poussent comme des champignons et réinvestissent les terrains vagues, les cours et petit lopin d’espace vert publics ou privés, les toits des gratte-ciels. La ceinture verte entourant les zones urbaines voit désormais de nombreux micro-poumons apparaitre. Simples bacs mis à disposition ou foret-jardin , de l’expérimentation de la permaculture à la culture de l’expérience partagée, plantons les graines.

jardin-partagé1-P.Lafraise
Historiquement, dés le Moyen-âge, des femmes et des hommes se sont rebellés et se sont regroupés en cultivant ensemble des lopins de terre pour préserver leurs droits d’usage sur les terres détenues par les seigneurs. Champs ou jardins des pauvres sont mis à disposition pour permettre à la population la plus défavorisée pour pouvoir survivre en récoltant fruits et légumes de base pour leur alimentation . En France, dans les zones minières du Nord, afin d’améliorer le quotidien des familles de mineurs entassée dans de minuscules maisonnettes accolées les unes aux autres et leur permettre de voir un peu le gris du ciel , les « jardins ouvriers  » se développent. D’ouvriers, ils deviennent « familiaux » lorsqu’ils s’ouvrent à d’autres tranches de la population . Leurs statuts et moyens d’attribution évoluent avec le temps .
Rébellion contre la société individualiste et de consommation, ils reprennent du terrain en fleurissant dans les quartiers urbains au sein des terrains abandonnés. Quelle belle symbolique que ces bombes de graines « seed bombs » lâchées au dessus des grillages comme l’a fait Liz Christy, à l’origine des mouvements comme les guerillas vertes . Le « jardin dans tous ses états » reprend possession de terrains ou de petites parcelles s’institutionnalise, permettant son développement à l’échelon national et son essor .
A l’initiative de quelques personnes, ces havres de paix deviennent des lieux de rencontres, d’échanges et de partages des savoirs, savoir faire et savoir être.
Retour à la terre, creuser, bécher, planter , voir germer et pousser , puis récolter les fruits de son travail ( loin d’être une corvée !) permet de recréer le lien social, le dialogue intergénérationnel. Les enfants, en effet découvrent en pratique l’origine des produits de base . Etonnement d’apprendre que les frites ne poussent pas sur des arbres telles quelles . Redécouvrir la saveur d’un fruit gorgé de soleil, qu’on peut cueillir et dévorer sans avoir à craindre d’absorber en même temps les effets néfastes des pesticides et autres produits chimiques dangereux pour la santé. Compostage , recyclage des déchets verts, mais aussi utilisation des cultures associées, captage des eaux de pluie et de ruissellement, rythme des saisons, notions écologiques, scientifiques mais aussi anecdotes, contes et légendes, maximes seront abordées lors des discussions partagées .

jardin-partagé2-P.lafraise
En fonction de la taille du terrain mis à disposition et des connaissances des jardiniers en herbe ou émérites, ce sont des bacs souvent fabriqués à partir de palettes de bois récupérés permettant aux plus âgés ou aux personnes à mobilité réduite d’accéder au plaisir de replonger les mains dans la terre nourricière et d’en ressentir les bienfaits. Les espaces verts de zones à forte urbanisation ou les cours d’immeuble voient cette activité se développer. Ces jardins communautaires sont également des terrains d’expérimentation à l’échelle humaine. Hormis les différences d’age, chacun apporte ses expériences issues de sa propre culture, de son passé, de son histoire personnelle et familiale ou de ses recherches, les met en commun. Graines d’humanité plantées , espoir à voir germer et pousser, apprentissage de la patience, de la tolérance, de la diversité, ce savoir vivre ensemble se retrouve dans l’application plus terre à terre de la permaculture ( permanent agriculture) , association de plantes diverses pour leurs interactions bénéfiques entre elles, mais aussi des micro organismes, vers et insectes permettant la fermentation naturelle , la structure mécanique au travers des racines et mycellium, création d’une autorégulation. Les plantes à grandes racines remontent en surface les nutriments dont bénéficieront celles plus superficielles. Certaines variétés sont propices à attirer et faire se reproduire des insectes prédateurs de nuisibles. Par exemple, des plants de fèves sont une très bonne nurserie pour les coccinelles qui se nourriront avec délectations des pucerons du jardin. Ombrage des feuillus protégeant les plantes plus petites , qui en échange confèrent un certain niveau d’humidité pour tous. Dans ces échanges vertueux, les minéraux sont aussi de la partie; des pierres disposées aux endroits les plus ensoleillés restituent la chaleur accumulée dans la journée. Interdépendances et inspirations du cycle de la nature , création d’écosystème très riche au niveau biodiversité où s ‘entremêlent les variétés végétales ( arbres fruitiers, légumes, fruits, fleurs, plantes médicinales et aromatiques) , les jardins partagés en sont les échos au niveau humain dans une démarche citoyenne du bien vivre ensemble , véritable démonstration d’écologie humaine dans une activité organisée, sociale et individuelle autour de la culture , œuvrant pour la qualité de vie et l’environnement .

jardin-partagé3-P.Lafraise
Loin des zones ombragées de son propre jardin secret, ces jardins partagés recèlent bien plus de trésors et de petits moments de bonheur s’égrenant au fil des saisons et des générations . Il faut cultiver notre jardin , notre terre, nos racines, nos histoires, nos savoirs. Monsieur Voltaire, candides ou ingénus, en toute simplicité retrouvée, comme dans le cycle de la nature, nous en prenons de la graine, nous creusons, bêchons et apprenons ensemble dans la tolérance pour une magnifique récolte de ce qu’on sème.

Publicités

Baobab -Film animation 3D (Supinfocom, Arles 2012)

Regard d’enfant (3)

carlos-naval1

carlos-naval5-682x1024

carlos-naval3

Regard d’un enfant à travers l’objectif de son appareil photo récompensé par de nombreux prix. Ce jeune espagnol , c’est Carlos Perez Naval . Visite de son blog : carlos perez naval 

Cadeau : En attendant la magie de Noël – Regard vers le ciel

Photographie réalisée il y a quelques jours avec un téléphone portable . cadeau pour vous, en attendant la magie de Noël.Aucune retouche, juste un regard vers le ciel pour se souvenir de la beauté simple du monde qui nous entoure. Sachez ouvrir les yeux tant que vous le pouvez. Cette photo a été envoyée à un ami très cher à mon cœur de fraise. A special one blink of an eye for you Mr Bacal et un cadeau avant l’heure pour toutes celles et ceux qui prennent le temps de vivre l’instant, qui se battent pour Dame Nature et ses merveilles. La vie est trop courte pour ne pas la vivre pleinement en toute simplicité.

Waiting-for-christmas-Watch-the-Sky

Promenade bucolique, retour à Mère Nature

Fil de l'eauDans le silence des pensées
Dans la beauté du monde intérieur
Là où jamais vous ne vous sentez seul
Là où jamais vous n’attendez plus
Où jamais vous n’espérez plus
Dans l’union avec vous-même
Dans le dénuement, le vrai, l’unique
Celui qui confère toutes les richesses
Tous les trésors, toutes les ivresses
Se laisser porter au fil de l’eau
De ses couleurs sans cesse renouvelées
Claire et limpide, dans le calme absolu
Boueuse, quand chargée des pleurs du ciel
Elle charrie , loin de la civilisation urbaine
Du bruit, du chaos, de la folie des hommes,
Branches et brindilles, feuilles et fleurs.
rivière, fil de l'eau apres ondée

Cette rivière où mes pas me mènent
Quand, loin du tumulte des sentiments contradictoires
Loin des artefacts de vie
Des cauchemars de nuit
Des besoins, des envies
De l’orgueil,
Je me ressource, seule
Me perds dans les reflets
Des images dans l’onde
Me nourris des sensations profondes
d’une émotion fugace mais impétueuse
Solennelle et si vraie
Discret parfum dans l’air
D’une fleur à peine éclose
Qui se pare en délicate corolle
En pétales fragiles,
Robe de bal éphémère,
Tenue de cérémonie
Et fête à sa manière
Couvre la toile vierge
De mille et une couleurs
Embaume l’atmosphère
Infiltrant dans le cœur

Le remède miracle à la mélancolie
Des nostalgiques pierres
Rochers, murs et abris
Qui vous content l’histoire
Le passé, le présent
Et d’un souffle de vent
Elle, seule, chasse les nuages
Les doutes des orages
La tristesse de l’absence
Les soucis, les déboires
Les secrets, les non-dits
Les mal-dits, les maudits

porte des rêves

Elle panse les blessures
Que la ville anonyme
Engendre dans l’usure
Dans l’oubli
Habitude de vie
Pollution de mémoire
Quotidienneté stérile
La nature s’offre et se donne
Sans attendre en retour
Si ce n’est du respect
Elle ouvre son livre
Aux lecteurs attentifs
Murmure en chant d’oiseau
En bruissement d’insecte
En brise dans les roseaux
Les plus belles paroles
Mots d’ amour universel

 

 

 

au détour-promenadeHerbes folles, plantes grimpantes
Enlacent ruines et masures
Poteaux et barrières
En langoureux pas de danse
La nature couvre enfin
Les barbelés dressés
Les injures, les blessures
Les meurtres et la guerre

Transparence-Bois-briqueC’est dans chaque fente
Recoin qu’elle donne son énergie
A travers une charpente
En rayon de lumière
Elle change la poussière
En bulles de champagne
En diamant, en trésor
Perle, goutte de pluie
Larmes de tendresse
Notre mère Nature
Ainsi nous récompense

Effet-Lumière
Le plus beau des cadeaux
Que cette re-naissance
Méditation sacrée
Ouverture de conscience
Pieds-nus et tête haute
Dans cette invitation
A la douce rêverie
D’un petit clic photographique
Vous venez ? Je vous convie !Pilier-vieux pont
Texte et Photographies : Pascale Lafraise

Elévation – Charles Baudelaire ( Les fleurs du mal-1857)

220px-DangereusePlantsII-Larousse1912

Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,
Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,
Par-delà le soleil, par delà les éthers,
Par-delà les confins des sphères étoilées,

 

Mon esprit, tu te meus avec agilité,
Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l’onde,
Tu sillonnes gaiement l’immensité profonde
Avec une indicible et mâle volupté.

 

Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides ;
Va te purifier dans l’air supérieur,
Et bois, comme une pure et divine liqueur,
Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

 

Derrière les ennuis et les vastes chagrins
Qui chargent de leur poids l’existence brumeuse,
Heureux celui qui peut d’une aile vigoureuse
s’élancer vers les champs lumineux et sereins ;

 

Celui dont les pensées, comme des alouettes,
Vers les cieux le matin prennent un libre essor
– Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
Le langage des fleurs et des choses muettes !

 

Langage des fleurs , attention aux risques…Parfois toxique

783_001

Tout le monde connait la signification symbolique que portent les fleurs quand on offre un bouquet ou un seul spécimen. La variété, la couleur, le nombre sont autant de critères pour dire à la personne pour qui elles sont adressées un message non verbal. Les fleurs, source de joie ou de tristesse, symboles historiques, sociaux, culturels… Rappelez-vous l’œillet, la rose, le jasmin . Les fleurs et leur pollen , régénération de la Nature mais aussi source d’allergie, de maladie et parfois les fleurs du mal ne sont pas que des poèmes de Baudelaire, elles sont porteuses de mort.
Liste non exhaustive de fleurs et de plantes toxiques pouvant entrainer la mort ( même à petite dose)
• Aconit paniculé – Aconitum variegatum ssp paniculatum,
• Aconit tue-loup – Aconitum vulparia
• Aconit napel (casque de Jupiter) – Aconitum napellus Les aconits SONT TRES TOXIQUES
• Actée-Actae spicata
• Adonis du printemps – Adonis vernalis
• Adonis d’été – Adonis aestivalia
• Ancolie commune – Aquilegia vulgaris
• Anémone du mont Baldo – Anémone baldensis
• Anémone pulsatille – Pulsatilla vulgaris
• Anthurium
• Aristoloche pistoloche – Aristolochia pistolochia
• Arnica – Arnica montana
• Arum tacheté – Arum maculatum
• Belladone – Atropa belladona – TRES TOXIQUE
• Berberis
• Bourdaine- Frangula alnus
• Bouton d’or – Ranunculus sceleratus
• Bryone (navet du diable) – Bryonia dioica TRES TOXIQUE
• Buis- Buxus sempervirens,
• Caladium
• Calla-calla palustris
• Camérisier à balai – Lonicera xylosteum
• Chardon à glu-Atractylis gummifera
• Chélidoine (herbe aux verrues) – Chelidonium majus
• Chèvrefeuille Etrusque – Lonicera etrusca
• Chèvrefeuille des haies – Lonicera Les baies du Chèvrefeuille de nos campagnes sont toxiques, les fleurs sont comestibles
• Grande ciguë – Conitum maculatum – toutes les Ciguë sont TRES TOXIQUES
• Clématites – Clematis
• Colchique- Colchicum autumnale TRES TOXIQUE
• Corroyère-Coriaria myrtifolia,
• Corydale solide – Corydalis solida et autres corydales
• Cyclamen- Cyclamen europaeum
• Cytise à feuilles sessiles – Cytisophyllum sessifolium
• Cytise aubour – Laburnum anagyroides
• Cytise de Sauze – Cytisus sauzeanus
• Daphné- Daphne spp
• Dame d’onze-heure – Ornithogalum umbellatum
• Daphné camélé – Daphné cneorum , et Joli bois – Daphné mezereum
• Dauphinelle (pied d’alouette) – Consolida regalis
• Datura- Datura stramonium TRES TOXIQUE
• Dieffenbachiaa spp
• Digitale à grandes fleurs – Digitalis grandiflora
• Digitale pourpre – Digitalis purpurea Les digitales sont TRES TOXIQUES
• Douce-amère-Solanum dulcamara,
• Euphorbes – Euphorbia
• Fritillaire(œuf de pintade) – fritillaria meleagris
• Fusain- Euonymus europeus,
• Genêt d’Espagne – Spartium junceum
• Genêt à balai – Cytisus scoparius
• Giroflée – Cheiranthus cheiri
•  » Glycine »-Wistaria sinensis,
• Gui-Viscum album
• Héliotrope – Heliotropium europaeum
• Digitale à deux têtes : cette curiosité est … doublement toxique !
• Hellébore noire (rose de Noël)- Helleborus niger , toutes les hellébores sont TRES TOXIQUES, attention aux mains lorsque vous faites des bouquets !
• Houx – Ilex aquifolium
• Iris – Iris pseudocarus
• Laurier-cerise- Prunus laurocerasus
• Laurier rose – Nerium oleander TRES TOXIQUE
• Lierre- Hedera helix
• Lupin- Lupinus augustifolius
• Baie de Goji- Lycium europaeum
• Baie de Goji- Lycium barbarum
• Maïanthème-Maïanthemum bifolium
• Marronnier d’ Inde-Aesculus hippocastanus,
• Mouron rouge – Anagallia arvensis
• Muflier – Antirrhinum majus
• Muguet – Convallaria majalis
• Narcisse ou Jonquille : les bulbes et les tiges sont toxiques, les fleurs sont parfois consommées, mais il ne faut pas dépasser de faibles doses
• Nerprun purgatif-Rhamnus cathartica,
• Nielle des blés- Agrostemma githago,
• Nivéole – Leucojum vernum
• Oenanthe safranée- Oenanthe crocata
• Ornithogale-Ornithogalum umbellatum,
• Parisette à quatre feuilles- Paris quadrifolia
• Pavot somnifère- Papaver somniferum,
• Perce-neige- Galanthus nivalis
• Pois rouge- Abrus precatorius
• Raisin d’Amérique-Phitolacca americana
• Rhondodendron – Rhododendron ferrugineum
• Rhubarbe-Rheum spp.
• Ricin-Ricinus communis,
• Robinier-Robinia pseudoacacia
• Sceau de Salomon odorant – Polygonatum odoratum
• Sorbier des oiseleurs- Sorbus aucuparia
• Sureau Yèble ou petit sureau – Sambucus ebulus plante herbacée à ne pas confondre avec le sureau noir arbustif dont on consomme fleurs et baies !
• Symphonie-Symphoricarpos albus,
• Tabac-Nicotiania tabacum
• Tamier-Dioscorea communis
• Troène-Ligustrum vulgare,
• Vératre blanc-Veratrum album
• Viorne obier-Viburnum opulus

langage-des-fleurs
Surprenant de voir que ces plantes apportent des bénéfices sur le plan thérapeutique à dose infinitésimale, qu’elles peuvent occasionner des troubles désagréables à létaux. Qu’elles soient dans la nature ou dans un vase ou un pot chez soi, qu’elles décorent vos petits-plats festifs ou vos tablées de réception , il n’est plus nécessaire de rappeler la dangerosité de l’ingestion par une petite bouche innocente d’un enfant . Nausée, vomissement, diarrhée, endormissement, perte de connaissance, coma ou pire…
De la racine à l’étamine, les plantes expriment les beautés, les bienfaits mais aussi tout ce qui fait notre monde dans sa biodiversité, dans ce que nous en faisons … Joie ou désolation, amélioration ou destruction. Dites-le avec des fleurs en espérant que le destinataire saura en déchiffrer la signification s’il n’y a pas de mauvaise interprétation car : tout est affaire de langage, de traduction et de mutation parfois entre l’émetteur et le récepteur. Et vous, quelle plante allez-vous offrir la prochaine fois? Pour moi , ce sera un bouquet de fleurs des prés où de loin je ramasserai trente neuf myosotis, bleuets, marguerites ou plutôt pâquerettes à effeuiller en silence , avant de manger les pissenlits par la racine.