Case 21: Le Père Noël, est-il une ordure ? Parodie de « Petit Papa Noël »

Joyeuse fêtes 2014

joyeux Noel2014pg

Cadeau : En attendant la magie de Noël – Regard vers le ciel

Photographie réalisée il y a quelques jours avec un téléphone portable . cadeau pour vous, en attendant la magie de Noël.Aucune retouche, juste un regard vers le ciel pour se souvenir de la beauté simple du monde qui nous entoure. Sachez ouvrir les yeux tant que vous le pouvez. Cette photo a été envoyée à un ami très cher à mon cœur de fraise. A special one blink of an eye for you Mr Bacal et un cadeau avant l’heure pour toutes celles et ceux qui prennent le temps de vivre l’instant, qui se battent pour Dame Nature et ses merveilles. La vie est trop courte pour ne pas la vivre pleinement en toute simplicité.

Waiting-for-christmas-Watch-the-Sky

Noël, du coeur au ventre.

162990_178428098854219_3125774_nIl flotte dans l’air comme des petites rengaines de chants d’enfants , des lumières et décorations, des peintures aux vitres des commerçants, des flocons de neige, une étoile brillante au firmament.
Il flotte comme un vent mélancolique et un peu hystérique. Noël approche, Noël arrive et son chargement de bons sentiments, de joie, de paix et de renouveau, de prières, de bras chargés de cadeaux. Mais il y a aussi la misère, la solitude, le ventre vide, le ventre creux, le ventre qui crie famine, celui qu’on empoisonne et assassine. Il y a des ventres et des nœuds , ceux des emballages de surprises qu’on prépare et qui gonfleront les poubelles .

192111_195188157178213_6816217_oIl y a les ventres de ceux et celles qui se taisent à jamais .des ventres stériles qui n’enfanteront pas, ceux qui ont vu germé quelque espoir, ceux qui ont refusé la maternité, ceux qui ont donné du bonheur aux autres , ceux qui ont vu germé la différence , la tolérance. Il y a des « pourquoi? », des  » comment? », des « pour qui? » sans réponse.
Il ya des ventres et des cœurs. Des cœurs qui battent à tout rompre, qui donnent, qui aiment sans rien vouloir, sans rien attendre en retour . Il y a ce monde avec des ventres et des cœurs qui disent :  » j’ai ou je veux… » et qui ne savent plus qui ils sont. Il y a ce paraitre au lieu d’être, ce avoir au lieu de ressentir, cette haine au lieu de la compassion, consommation ou religion .
child2 (2)

Il y a ce conte de Noel qui ne peut plus s’écrire .Qui y croirait encore? Noël …Joie, amour et paix ? Il y a cette trêve peut-être , dans une autre réalité d’un enfant qui nait …il y a ses yeux qui s’ouvre, son premier souffle, son premier cri, sa découverte du monde , de notre monde. Qu’allez-vous lui offrir à ce petit d’homme, son ici et maintenant , un monde frelaté, pollué, trafiqué, génétiquement modifié? Où est donc passé le sens de pureté, d’innocence pour ce nouveau-né? Il y a ses interrogations et déjà il pense …..il y a l’inachevé, il y a ….. le silence !

Inachevés-PLafraiseTexte et photographies : Pascale Lafraise

La « vierge pâle » parturiente, et Joseph dans tout ça, est- ce qu’il croyait au père Noel???

144524

Athée ou converti , croyant ou non, la fête de Noël reste un événement majeur dans le cœur de ceux qui y voient le symbole fort de la nativité. Loin du tumulte des hyperconsommateurs , ce moment se vit en famille , perpétue les traditions, les rites et le plaisir simple d’ accueillir le signe d’un renouveau , d’une naissance . Avènement , accouchement d’un enfant , d’un prophète , d’un mythe , d’un espoir unissant les femmes et les hommes dans un geste d’amour et de paix . La parturiente Marie ‘la vierge pâle » peinte, sculptée, couchée sur le papier , censurée dans son dernier baiser à son fils mourant, buvant d’entre ses lèvres les secrets , évangiles de ses mots écartés du droit à la connaissance des femmes . Joseph , simple homme détrôné de son rôle de père, apparait cependant dans un texte de Jean Paul Sartre , écrit en 1940, retranscrit ici . La « Vierge pâle » , une autre vision d’un Karl Marx, jeune poète avant son « capital » .

Interdire l’exposition d’une crèche de Noel ( après celle du conseil régional de Vendée, demande faite à la mairie de Béziers dans l’Hérault , symbole ostentatoire religieux au nom du respect des lois sur la laïcité) , mais étaler le luxe, la débauche de nourriture, d’objets de consommation souvent inutiles sous l »œil goguenard d’un gros bonhomme barbu aux habits rouges ( n’est-il pas lui-même symbole ostentatoire d’une religion mercantile?) , je vous laisse seul juge .

Nous sommes en 1940, en Allemagne, dans un camp de prisonniers français.
Des prêtres prisonniers demandent à Jean-Paul Sartre, prisonnier depuis quelques mois avec eux, de rédiger une petite méditation pour la veillée de Noël. Sartre, l’athée, accepte. Et offre à ses condisciples ces quelques lignes magnifiques. Comment douter que la grâce soit venu le visiter à ce moment là, même si le philosophe s’en défend ?
« Vous avez le droit d’exiger qu’on vous montre la Crèche. La voici. Voici la Vierge, voici Joseph et voici l’Enfant Jésus. L’artiste a mis tout son amour dans ce dessin, vous le trouverez peut-être naïf, mais écoutez. Vous n’avez qu’à fermer les yeux pour m’entendre et je vous dirai comment je les vois au-dedans de moi.
La Vierge est pâle et elle regarde l’enfant. Ce qu’il faudrait peindre sur son visage, c’est un émerveillement anxieux, qui n’apparut qu’une seule fois sur une figure humaine, car le Christ est son enfant, la chair de sa chair et le fruit de ses entrailles. Elle l’a porté neuf mois. Elle lui donna le sein et son lait deviendra le sang de Dieu. Elle le serre dans ses bras et elle dit : « mon petit » !
Mais à d’autres moments, elle demeure toute interdite et elle pense : « Dieu est là », et elle se sent prise d’une crainte religieuse pour ce Dieu muet, pour cet enfant, parce que toutes les mères sont ainsi arrêtées par moment, par ce fragment de leur chair qu’est leur enfant, et elles se sentent en exil devant cette vie neuve qu’on a faite avec leur vie et qu’habitent les pensées étrangères.
Mais aucun n’a été plus cruellement et plus rapidement arraché à sa mère, car Il est Dieu et Il dépasse de tous côtés ce qu’elle peut imaginer. Et c’est une rude épreuve pour une mère d’avoir crainte de soi et de sa condition humaine devant son fils. Mais je pense qu’il y a aussi d’autres moments rapides et glissants où elle sent à la fois que le Christ est son fils, son petit à elle et qu’il est Dieu. Elle le regarde et elle pense : « ce Dieu est mon enfant ! Cette chair divine est ma chair, Il est fait de moi, Il a mes yeux et cette forme de bouche, c’est la forme de la mienne. Il me ressemble, Il est Dieu et Il me ressemble ».
Et aucune femme n’a eu de la sorte son Dieu pour elle seule. Un Dieu tout petit qu’on peut prendre dans ses bras et couvrir de baisers, un Dieu tout chaud qui sourit et qui respire, un Dieu qu’on peut toucher et qui vit, et c’est dans ces moments là que je peindrais Marie si j’étais peintre, et j’essayerais de rendre l’air de hardiesse tendre et de timidité avec lequel elle avance le doigt pour toucher la douce petite peau de cet enfant Dieu dont elle sent sur les genoux le poids tiède, et qui lui sourit. Et voilà pour Jésus et pour la Vierge Marie.
Et Joseph. Joseph ? Je ne le peindrais pas. Je ne montrerais qu’une ombre au fond de la grange et aux yeux brillants, car je ne sais que dire de Joseph. Et Joseph ne sait que dire de lui-même. Il adore et il est heureux d’adorer. Il se sent un peu en exil. Je crois qu’il souffre sans se l’avouer. Il souffre parce qu’il voit combien la femme qu’il aime ressemble à Dieu. Combien déjà elle est du côté de Dieu. Car Dieu est venu dans l’intimité de cette famille. Joseph et Marie sont séparés pour toujours par cet incendie de clarté, et toute la vie de Joseph, j’imagine, sera d’apprendre à accepter. Joseph ne sait que dire de lui-même : il adore et il est heureux d’adorer ».
Note de Jean Paul Sartre à ceux qui reniaient , de sa part, ces écrits:
« si j’ai pris mon sujet dans la mythologie du Christianisme, cela ne signifie pas que la direction de ma pensée ait changé, fût-ce un moment pendant la captivité. Il s’agissait simplement, d’accord avec les prêtres prisonniers, de trouver un sujet qui pût réaliser, ce soir de Noël, l’union la plus large des chrétiens et des incroyants ».

 

La vierge pâle

« Ainsi j’ai perdu le ciel,
Je le sais très bien.
Mon âme naguère fidèle à Dieu
A été marquée pour l’enfer. »

Karl Marx

 

A vous toutes et tous, bonne préparation des fêtes de Noël. Qu’elles soient simples et vraies vécues en partage de  sérénité, de paix et d’amour.

Case 25: Nativité

Maitredepulkaunativite150710AIC

marc_chagall_la_nativite_d5532511h

Nativite-modifie

526x297-tZN

Case 24 : résolutions pour 2014 d’un escargot quittant avec lenteur le repas de Noël

il_570xN_372624559_6lau

Simplicité volontaire, objecteur de croissance, vous connaissez? Cet escargot comme logo de la décroissance nous informe et nous guide vers une autre façon, un autre rythme pour envisager la société actuelle et par des actes écocitoyens responsables chercher à sensibiliser et rallier à la cause de la survie de la planète la masse bêlante. Des fêtes de fin d’année en simplicité volontaire possibles ou non ? Comment se démarquer de la surconsommation tout en s’accordant un instant familial un peu amélioré, en déposant quelques offrandes au pied du sapin?
Le sapin , respect de la nature s’il est incontournable dans les traditions familiales sera de préférence de petite taille, en pot avec ses racines afin de pouvoir le replanter. Rien de plus triste que ces squelettes dépourvus d’aiguilles jonchant les trottoirs . La sapin artificiel, fabrication dérivée pétrolier n’a rien de plus réjouissant . D’accord, me direz-vous , c’est u investissement qui sera utilisé de nombreuses années . Pourquoi ne pas décorer quelques branches mortes glanées dans la forêt . Très décoratif, très « tendance » que cette décoration fait « maison ». Boules en papier- mâché  et peintes pour donner enfin un rôle à toutes ces feuilles de papier , ces publicités bourrant vos boites aux lettres. Guirlandes électriques à Led ou non , vraiment nécessaires pour que vos réveillons brillent de la chaleur amicale et familiale ?  Un exemple parmi tant d’autres, sapin de base en fer forgé, raphia et chanvre, quelques babioles accrochées . Rien de plus facile que d’en changer les décorations ( à faire soi même en argile, pâte à modeler, pâte à sel, plasticine etc …) renouveler les bougies ; un thème, une couleur dominante et votre sapin peut vivre des décennies entières sans jamais vous lasser.

ecosapin

Le repas peut aisément sortir de l’ordinaire en privilégiant les produits de saison issus de l’agriculture et des artisans de métier de bouche  locaux. Pain maison agrémenté d’épice ou de fruits secs, un fromage de votre région 5français , ne me dites pas qu’il n’y a point pres de chez vous une fabrique d’une spécialité laitière du « cru » régional? De quoi faire des toasts sublimes accompagnant un vin du coin que vos invités auront plaisir à découvrir. Il vous reste peut-être un vin de pêche , d’orange , de noix ou tout autre breuvage (opportunité à la bonne saison d’avoir préparé en y adjoignant en macération les fruits de saison ). Simplicité volontaire ne signifie pas retour en arrière à une vie sans certains appareils électroménagers de base . Un congélateur garantit la possibilité de conserver les légumes et fruits du jardin ou ceux du panier AMAP ( Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) dont vous aviez pris la peine d’ensacheter le surplus. Fraises et framboises réjouiront les bouches sucrées dans vos desserts sans avoir recours aux produits exotiques et à leur cout carbone pour venir achalander les hypermarchés du secteur . A vous d’enchanter les palais de saveurs et gouts de produits judicieusement sélectionnés à moindre prix.

Les cadeaux voient un regain pour les produits artisanaux, l’envie d’authenticité, de retour aux sources naturelles. Les marchés de Noël fleurissent. Cette sortie en famille a égayé les week-ends du mois de décembre. De nombreux stands tenus par les associations locales proposaient à prix modiques des idées d’objets confectionnés par leurs membres ( les sommes récoltées serviront pour une bonne cause, soutien à un orphelinat, à une œuvre caritative…)Plus folklorique ou ethnique, le stand de gadgets, colifichets, statues et tissus chamarrés vous a tenté? En prenant le temps de discuter de l’origine géographique des élément mis en vente , il n’est pas rare d’apprendre qu’ils proviennent d’un village déterminé dans une action d’entraide , d’un « individuel » se rendant sur place et faisant travailler ainsi des artisans locaux pour éviter tout intermédiaire, pour garantir la conformité des produits proposés ( le petit bouddha en jade ne serait-il pas une copie en résine tiré à des milliers d’exemplaires ? ). Un de ces « vendeurs » responsables croisés sur le petit marché de Noël de ma commune m’expliquait le choix des produits cosmétiques bio qu’il proposait . Privilégiant les petits contenants en verre, il tenait compte des effets néfastes des composants utilisés dans les bouteilles « plastiques » de la toxicité reconnue des phtalates et autres substances. » Pourquoi acheter Bio si le produit est dénaturé et pollué avant que vous ne l’utilisiez?  » Gagnant-gagnant, tout le monde l’est par ce système équitable . Une corbeille de feuilles odorantes d’une essence d’arbre exotique, y rajouter quelques bonbons, gâteaux secs faits par vos soins et le plaisir des sens de l’heureux destinataire est pleinement comblé. Ok trop tard pour cette année que ces petites idées surtout si vous faites partie des retardataires qui se sont rués aujourd’hui à la poursuite des derniers achats (compulsion et déception garantie par la nécessité de course effrénée de dernière minute).

Changement d’année, allez , commencez à prendre de bonnes résolutions pour 2014. Prendre le temps, freiner la cadence, profiter des bienfaits de Dame Nature, la préserver, en mettre de côté pour apprécier hors saison de sa générosité, vous simplifier la vie .Utopique la simplicité volontaire ou tout simplement du bon sens et le retour aux habitudes de vie pres de ses racines, de son terroir, d’une qualité de vie saine, utile, économique sans effort particulier.