Prendre Corps – Gherasim Luca

 

polish-painter

je te flore, tu me faune
je te beau, je te porte et te fenêtre
tu m’os, tu m’océan
tu m’audace, tu me météorite
je te clé d’or, je t’extraordinaire
tu me paroxysme
tu me paroxysme et me paradoxe
je te clavecin, tu me silencieusement
tu me miroir et je te montre
tu me mirage, tu m’oasis
tu m’oiseau, tu m’insecte
tu me cataracte
je te lune, tu me nuage
tu me marée haute, je te transparente
tu me pénombre, tu me translucide
tu me château vide et me labyrinthe
tu me pare à l’axe et me parabole
tu me debout et couché
tu m’oblique
je t’équinoxe, je te poète
tu me danse, je te particulier
tu me perpendiculaire et sous-pente
tu me visible, tu me silhouette
tu m’infiniment, tu m’indivisible
tu m’ironie
je te fragile, je t’ardente
je te phonétiquement, tu me hiéroglyphe
tu m’espace, tu me cascade
je te cascade à mon tour
mais toi tu me fluide
tu m’étoile filante, tu me volcanique
nous nous pulvérisable
nous nous scandaleusement jour et nuit
nous nous aujourd’hui même
tu me tangente
je te concentrique, concentrique
tu me soluble, tu me soluble
en m’asphyxiant et me libératrice
tu me pulsatrice, pulsatrice
tu me vertige, tu m’extase
tu me passionnément, tu m’absolu
je t’absente
tu m’absurde
je te narine, je te chevelure
je te hanche, tu me hante
je te poitrine, je buste ta poitrine
puis te visage, je te corsage
tu m’odeur, tu me vertige
tu glisse, je te cuisse
je te caresse
je te frissonne, tu m’enjambe
tu m’insupportable, je t’amazone
je te gorge, je te ventre
je te jupe, je te jarretelle
je te bas, je te bach
oui je te bach pour clavecin
sein et flûte
je te tremblante, tu me séduis
tu m’absorbe, je te dispute
je te risque, je te grimpe
tu me frôle
je te nage mais toi tu me tourbillonne
tu m’effleure, tu me cerne
tu me chair, cuir, peau et morsure
tu me slip noir
tu me ballerine rouge
et quand tu ne haut talon pas mes sens
tu les crocodile
tu les phoque, tu les fascine
tu me couvre et je te découvre
je t’invente parfois
tu te livre
tu me lèvre humide, je te délivre
je te délire, tu me délire et passionne
je t’épaule, je te vertèbre
je te cheville, je te scie les papilles
et si je n’omoplate pas avant mes poumons, même à distance tu m’aisselle
je te respire
jour et nuit je te respire
je te bouche, je te balai
je te dent, je te griffe
je te vulve, je te paupière
je te haleine, je t’aime
je te sens, je te cou
je te molaire, je te certitude
je te joue et te veine
je te main, je te sueur
je te langue, je te nuque
je te navigue, je t’ombre
je te corps et te fantôme
je te rétine dans mon souffle
tu t’iris
je t’écris
tu me pense.

Texte : Gherosim Luca

Illustration : Gdzislaw Bekzinski

MANTRA-OM GURVAY NAMAHA-VYANAH

Andrew Thomas Huang – Björk : Virus & Vertebrae by vertebrae – 2 vidéos fabuleuses

 

Partie d’échec avec une autiste  » Asperger ».

échiquier surréelTu connais les secrets du cœur
Tu sais ce qui blesse et ce qui soulage
Tu ne veux faire de mal à personne
Et tu en fais , malgré toi
Malgré ta bonté
Malgré ta grandeur d’âme
Tu joues aux échecs.
Attention à la reine , attention au roi,
Le cavalier n’existe plus,
La tour vigilante menace encore .
Mais, qui te dit que ta stratégie vaincra ?
Es-tu certain d’avoir bien choisi ton ouverture ?
Pense aux parties mémorisables !
Pense que peut-être tu as devant toi
Un adversaire qui ne connait pas
Les parties « sacralisées »,
qui joue d’instinct,
Un autiste Asperger
Qui n’a pas encore fait en miroir « faussé »
Ce que font les humains
Béta, Alpha à Omega
Imiter !
Oui, je revendique mon autisme.
Certainement née avec trop
De connexions neuronales,
Avec un manque de contrôle,
Une inaptitude innée
A maitriser les aires préfrontales,
A décrypter les émotions
Sur les visages de mes semblables.
Ah non , c’est vrai,
J’oubliais encore:
Je ne suis pas normale,
Je suis vécue par autrui
Comme une handicapée,
Une attardée,
Pire qu’idiote ou débile.

personnes-dans-le-mur--les-mains-Je n’ai pas acquis la notion de morale,
Je suis « bestiale » ou
Petit animal sauvage.
Des responsabilités
En pacte,
Je me cogne le front
Dans le mur,
Je n’y comprends plus rien
Ou je n’ai jamais rien compris.
Je m’enferme dans le mutisme,
Je rentre dans ma coquille.
Tel un hérisson en danger,
Je me mets en boule,
Je sors les piquants;
Telle une tortue,
Ma faiblesse quand on me retourne,
Quand on me met sur le dos
Tout ce que les bonnes consciences
Reprochent aux gens comme ça.
Les gens différents,
Ceux qui sortent du rang,
Qui franchissent la ligne
Avant même de naitre,
Hors-norme,
Hors gabarit,
En dehors de la réalité
Qu’on veut leur faire gober,
Hors de la mode du moment,
De la politique du moment,
de la pensée unique du moment,
Hors du temps et de l’espace,
Hors la loi,
Hors de ce huis-clos
Où l’enfer c’est les autres
Et où le paradis n’existe pas non plus.
Me déplaçant en diagonale,
Tel le fou, la foule vindicative
Se rallie aux savants,
Aux psychanalystes de tout poil,
Ceux qui ont décrété détenir le savoir,
La science infuse.
Leur remède:
Institutionnalisation à vie
En Hôpital psychiatrique.
Tampon « inapte »
A la vie civilisée,
Au monde du travail,
A l’Univers de Big Brother,
Trop fatigant d’assister
Aux actes impulsifs,
Aux gestes d’autodestruction
Quand je ne comprends pas,
Quand je n’arrive pas
A créer le dialogue,
Quand les images me manquent
Ou sont parasitées
Par de fausses interprétations,
Quand les personnages
Qui s’animent devant moi
Jouent un autre scénario,
Une autre partie d’échec
Ou plus un jeu de dames,
Une partie de poker
(Là, je suis perdante d’emblée,
Je ne sais pas mentir, bluffer,
Tricher ).

paint-dripping-on-face-14514-400x250Les notions abstraites
Me sont inconnues
Et pourtant je peux
Maitriser les arts mathématiques,
Les principes de physique évoluée.
Je mémorise inlassablement
Des pages entières
Du bottin mondain, de l’annuaire.
En me frappant de l’annulaire
Ou des poings.
Je m’en balance parfois
Des vertes et des pas mures
Et oui , je suis Le Mur,
Ce film de Sophie Robert
Qui a montré au monde entier
Le retard phénoménal
De la France cataloguant encore
La maladie comme psychiatrique,
Relation mère-enfant déficiente
A l’origine des troubles.
Je revendique mes troubles de développement
Durable et précoce engendrant l’isolement
Je cherche les interactions sociales,
Lutte contre la restriction des intérêts.
C’est mon système neurologique central
Qui présentent des anomalies
De développement.
Gènes, problème biologique
Ou environnemental,
Les chercheurs le diront
Si on les laisse faire,
Si la Haute Autorité
En Santé le cautionne,
C’est les neuro-sciences cognitives
Et comportementales
Qui trouveront les clés
De mon emprisonnement forcé,
Et feront avancer dans la plus juste voie
Non seulement la qualité de la prise en charge
Mais aussi , je l’espère, la prévention.
Qu’on me croie ou non
Là n’est pas le problème.
C’est à pas de fourmi
Que peut s’ouvrir le monde
En prenant toute la valeur
De cette différence.
Ah , j’oubliais encore:
Gestes stéréotypés
Un seul centre d’intérêt,
Prédilection et seule nécessité
De communiquer avec autrui
Qui m’envahit:
L’Amour ,
L’Amour,
Encore,
Toujours.

Texte:Pascale Lafraise

Photos du Net

La Réalité est Illusion – Clip et texte de la traduction française

La physique quantique confirme ce que les sages (yogis, métaphysiciens, philosophes…) expriment sur la réalité. La réalité est une illusion, une projection de l’imagination de nous -mêmes, de notre Un collectif dans l’infini des univers parallèles.

Fred Allen Wolf, Geg Bradden, Bill Hicks, David Icke entre autre ….

Au commencement, il n’y avait rien et est venu tout.  De ceci est arrivée la matière , l’énergie, l’espace, le temps, la conscience. L’esprit a émergé et en est sorti. Comment se fait-il que quelque chose d’inconscient comme la matière du cerveau puisse faire jaillir quelque chose d’immatériel comme une expérience ?

Si vous voulez voir  la crainte dans le regard d’un physicien conscient , mentionnez lui le mots: imaginons  le problème de mesure de la matière.. Le problème est ceci : l’atome semble apparaitre à un endroit particulier si vous le mesurez. Autrement dit, l’atome est dispersé hors de l’endroit jusqu’à ce qu’un observateur conscient décide de le regarder. Donc l’acte de la  mesure d’observation crée l’univers entier.

Seulement les personnes conscientes peuvent être  des observateurs jusqu’à que nous nous enfermons dans l’existence maximum de la réalité à propos de nous- mêmes. Nous sommes l’expansion de la superposition de plusieurs possibilités avec rien de défini qui arrivent.

Nos millions et millions d’unités d’énergie et de lumière flottent sur des électrons .ils nous font imaginer ce côté dimensionnel des  mondes de ce qui n’existe pas selon la théorie de la relativité en physique quantique.

N’importe quand nous essayons d’  enfermer un particule derrière un certain niveau. L’acte d’observation de la matière est en train de changer .

Le changement de toutes les  parties d’une  particule , jusqu’à ce que  nous réalisions qu’il n’y a pas   autant de choses  comme un élément de cet   d’électron . L’électron ou n’importe quelle partie de lui ‘existe seulement dans la relation avec les autres objets . Comme la particule est l’univers observé aussi grand soit-il. Cela signifie qu’aussi profond que nous plongions dans la nature de la matière,  tout ce que nous connaissons du monde quotidien  en découle. Il n’y a aucun objet désormais, il y a seulement la relation. Il n’y a rien de qualitatif désormais , il n’y a pas le Temps jusqu’à ce que vous regardiez les objets dans le détail et que ce que nous pensons de la matière solide nous détache du verrou en étant de moins en moins sous l’emprise de ce qui nous avait été dit .

Les seules réalités que nous connaissons sont des fabrications cérébrales. Un cerveau avec des millions de cellules sait chaque minute. Nous organisons dans nos cerveaux un hologramme que nous projetons à l’extérieur de notre  réalité.

Notre cortex est organisé en un  hologramme dimensionnel . Dans un  hologramme dimensionnel, nous pouvons avoir 3 images dimensionnelles alors nous voilà ! 3 dimension peuvent créer la 4ème dimension.

 L’hologramme est une metaforme; c’ est comment  vous prenez  des informations hors dimension et vous les abaissez dans une seule dimension de l’esprit. De cette façon, nous nourrissons le paradoxe de nous trouver en train de faire un lien entre un concept et un autre .

 Le concept de piégeage que nous utilisons est des mots pour décrire la réalité par le côté des phénomènes ici et la plupart du temps c’est une virée philosophique sur votre descente en physique quand la raison descend elle-même de  l’idée d’hologramme . Il commence à y avoir des effets réels de l’un d’entre eux.  Cela  dépend de l’incidence que  prennent  plusieurs fois particules des électrons et dire : faire une chose à l’un a de l’effet sur l’autre  aussi éloignés soit la Matière.

.

 comment expliquer, ce que sont les personnes ? Utilisant la Matière, c’est une jonction physique même quand la matière est séparée. L’énergie est toujours là comme magnétique. Cette importance du pourquoi nous devenons loin dans le temps toutes les particules , disséminant dans l’univers entier, en expansion. Nous nous amalgamons ensemble  en une unique particule de la taille d’un petit pois incommensurable, c’est ce que nous pouvons dire aujourd’hui comme modélisation de nous même. Puis vous pouvez aller dans l’univers  prendre toutes les particules de matière, les sortir de l’ espace , les regrouper ensemble, les compacter, cela vous donnera la taille du petit-pois.

Cela veut dire que vous, moi et tous les personnes de la Terre, nous sommes une partie de cette même particule qui crée notre univers, combien même cette particule est séparée en expansion , montrant ce lien indissociable .

L’atome et son électron sont des objets multimetaverses. C »est  la description de la mécanique quantique. Maintenant cela signifie que des Univers parallèles s’attendent à la réalité   en décrivant comment elle  doit s’appliquer aux objets de toute  taille, humains,  étoiles, galaxies, tout. Et que ce que nous appelons la théorie des univers parallèles plutôt que la théorie parallèle des électrons; . nous sommes nous-mêmes faits de différents atomes. Dans la même théorie, il est dit que l’atome existe en différents endroits dans  différents univers. Donc nous, les humains existons dans plus d’un endroit et dans plus d’un état d’esprit et ainsi de suite dans les univers différents.

Alors, cela signifie en exprimant en mots: c’ est une raison des électrons de séparation d’objets . Plus   nous connaissons sur la séparation entre les peuples, plus  tout est interconnecté . Le plus grand secret  de tout, pour moi, est que  l’extension à chaque individualité est une illusion.

L’illusion vient de la perception de notre esprit.

Je perçois que je suis hors de mon esprit et vous , vous entrez dans le mien. Vous ne devez pas chercher une aide de l’illusion, même si nous cherchons à extérioriser, nous ne pouvons trouver le sens de l’illusion. Parce que l’illusion vient de l’extérieur de votre esprit, votre mental . Cette grande chose dont nous parlons ici est en accord avec ce que nous appelons d’une personne , son Lui, son être, le  » je ». Quand nous commençons à modifier le besoin par le mental, s’ouvre le  » nous »  et nous pouvons commencer à voir qu’une telle partie d’infinis est Un, c’est de cela dont nous parlons ici .

L’infini est une partie de la frontière de notre existence. Vue de ces aspects, tout peut être divisé  infinités .

Si vous vous demandez pourquoi lla puissance  nucléaire est un million de fois plus puissante que l’énergie de pouvoir chimique, c’est parce que l’énergie chimique est basée sur la manipulation d’atomes . Dans une énergie nucléaire de molécules est en ce cas là la manipulation  de nucleons dans le noyau. L’échelle super unifiée est mille millions  de millions de millions de fois  plus petite , c’est l’ infini virtuel dans le dynamisme.

Si vous pensez  infini, quel instrument devons nous avoir pour sentir l’infini?  Seulement sensoriel. Tellement vrais , vos organes de sens, si vous plongez dans l’infini , c’est comme partir dans la lune et revenir, encore et encore. Cela avec la perception limitée, ils essayent de faire croitre ce qui est au-delà. C’est le plan du royaume de l’infini.

Nous essayons de percevoir tous les autres niveaux  de réalité et nous sommes à la recherche de toute sorte de méthode, par exemple nouvelle technologie de puissance nucléaire . Mais, comme nous le pourrions, nous pouvoir tous  avoir la perception de  tous niveau de   réalité utilisant ces mécanismes . Le  niveau automatique de réalité est fondamentalement  vide . Nous ne  pouvons utiliser les méthodes scientifiques sur l’inobservable .

 La science est impliquée dans l’entreprise conceptuelle,  maintenant dans l’enfantement  de connaissance , des connaissances qui produisent  d’autres connaissances en comprenant ce qui est  cohérent ou incohérent tant que cette compréhension différencie l’objet correct de l’apparence faussée d’objet et de notre illusion .

L’apparence , aujourd’hui est c que nous appelons l’image de soi résiduelle. C’est la projection mentale de notre  nous numérique.

Est-ce la réalité ?Qu’est-ce qui est réel ? Comment vous définissez la réalité si vous parlez de ce que vous pouvez  toucher, sentir, goûter et voir? Nous le  pouvons  , de cette réalité, ce ne sont que des signaux électriques interprétés par votre cerveau .

Notre cerveau prend les  informations de  tout ce qui arrive parfois dont une forme qui n’est pas l’image de ce qui est là bas . C’est ce que qui semble , ce qui est extérieur et qui se transforme  en une image.  Notre cerveau croit en  un système inconscient .  Nous savons ce qui se passe : la lumière entre dans les yeux, frappe le dos de la rétine ,déclenche une production chimique créant un influx électrique. Cheminant dans les fibres cérébrales il percute et stimule la partie  du cerveau et celui ci   très intelligemment, dans un dixième de seconde réunit tout ensemble et dit ce à quoi cela ressemble.

Nous créons notre propre réalité . Cela  ne signifie pas que vous créez la Réalité. La réalité est mélangée , issue d’un flot d’énergie . Vous créez  votre propre canal de réalité. La plupart des personnes en est consciente.

Toute la matière est milli énergie combinant en  une vibration lente  que nous sommes tous une conscience nous expérimentant nous-mêmes comme objet  d’expérience.  Il n’y a rien comme autre objet que la mort. La vie est seulement un rêve. Nous sommes l’imagination de nous-mêmes.

Du fantasme à la réalité, virtuel ou caricatural l’art de perdre la mesure cognitive interne.

souffrance

Vie fragmentée entre le réel et l’imaginaire, le conscient et le subconscient .. Être assailli par des images dans le silence de la nuit . Se réveiller avec une impression ancrée qui met le doute sur la réalité. Vie artificielle .. Et toujours cette sensation qui revient obsédante . Le quotidien de cette vie terrestre n’est-elle qu’un leurre? Se sentir marionnette entre les mains du destin ou manipulé en permanence par les diktats de despotiques gurus, de dictateurs fous où sexe, pouvoir, argent, Ego démesurés révèlent la laideur, la noirceur, les plus bas instincts de l’homme contemporain en naufrage d’humanité et de spiritualité.

Satisfaction et plaisir à dominer ou à jouer aux esclaves volontaires, à se salir, se rouler dans la fange, à faire subir les pires atrocités « mentales » en anéantissant toute spiritualité. Il faut avoir visité et vécu dans ses tripes, ses propres abimes pour en sentir toute l’horreur, tout l’effroi de ceux et celles qui idéalisent en faux paradis ou enfer, pixélisant le coté obscur et satanique . Est-ce une manière de s’évader d’une petite vie étriquée en inversant les rôles, prendre une revanche sur les soumissions et les contraintes d’un banal, routinier et ennuyeux de tous les jours? Est-ce laisser s’exprimer ce qui est refoulé en soi de plus abject , de plus censuré par l’éducation et la morale et se croire libre en s’autorisant toute action , toute parole dans des mondes illusoires ? Délectation et fascination pour satisfaire une curiosité pseudo-intellectuelle, exciter les pulsions bestiales des déviances humaines, dans le sexe et l’effroi? Certains diront animales ou primales. Qu’on me donne l’exemple dans la faune terrestre, aérienne ou aquatique d’animaux qui se jouent des autres, les utilisent pour se créer une illusion de pouvoir , se travestissent, se griment, se mentent, s’ avilissent, se torturent pour une jouissance éphémère? Qu’on me donne le nom d’un prédateur qui chasserait sa proie que pour le plaisir de jouer avec elle , de la soumettre à ses caprices et , une fois son envie passée la laisser désemparée ou mourante sans but primaire de répondre au besoin de s’en nourrir. Certes, chez les fauves, l’apprentissage des jeunes à la chasse pour la survie passe par une phase d’observation des adultes à la chasse . Les parents abandonnent alors leur victime fragilisée pour que les petits finissent le « travail » sur la bête fatiguée. La dépouille , cependant, servira de festin aux petits ou aux grands. Elle ne sera pas juste un objet sacrifié pour une démonstration pédagogique. Qu’on me donne … anaphore emphatique comme un discours qui cherche à résonner, à raisonner entre réel, rêve et pseudo réalité.

imageG.RICOUX

Virtualité réelle ou caricature , frontières des univers entre ce qui se vit dans  sa chair et ses os et ce qui est fantasmé. Quand le mouton cherche à quitter le troupeau , qu’il se glisse dans la peau du loup pour croquer le petit chaperon rouge égaré. Ne pas vouloir donner un sens, une valeur de jugement mais rappeler cependant à celles et ceux qui s’amusent, se divertissent dans un jeu de rôle , du cyber-sexe ou une « pure » excitation intellectuelle au moyen des jeux en ligne ou plateforme de chat , de vie virtuelle que des personnes réelles (très jeunes filles ou femmes pour la plupart) y laissent leur vie réelle , meurent au cours de « jeux » BDSM. Elles ne font pas la Une des journaux ou des informations télévisées. Cela ne fait pas vendre ou cela n’intéresse pas le grand public.

Dénoncer la cruauté des hommes vis-à-vis des animaux, montrer la misère , les guerres, les frasques des « people », dire tout et n’importe quoi sur l’aventure sentimentale d’un représentant d’une nation ( entre la tromperie, la démonstration d’une virilité, du romantisme ou de l’état amoureux d’un homme « normal », même s’il est président d’une république à l’instar du slogan : liberté, égalité, fraternité.) voilà ce qui intéresse et passionne la masse. Les dérives hors norme, les excès de libertinage , les loups-garous, vampires n’ont de place que dans les contes et légendes pour effrayer les enfants. Ne pas jeter la honte sur la famille des victimes consentantes et laisser une dignité dans leur chagrin sera une des justifications des donneurs de leçon , les bien- pensants. Rien ne sert de porter à la connaissance de Madame et Monsieur Tout le monde les circonstances exacte du décès d’une suppliciée. Elle est morte du pécher de la chair , de la luxure. Il y a plus important à transmettre dans la rubrique des chiens écrasés.

timthumb

Jouer sur les processus mentaux se rapportant à la fonction de connaissance, interférer sur les jugements moraux utilitaires pour faire accepter ou ancrer de façon inconsciente les priorités, les choix, les décisions arbitraires des Maitres du monde.

Le libre arbitre, le droit de penser par soi même, le droit à la connaissance se gagne dans la solitude, dans une phase de repli stratégique, dans des périodes de mutisme loin du brouhaha général, dans une phase d’autisme (impossibilité de décrypter les informations générées par le milieu extérieur et d’entrer en communication) tout en continuant d’écrire ici. Acte masochiste que de ne donner aucun sens à ses écrits, se taire ou taire des vérités ou les cacher derrière l’humour, l’ironie, l’autodérision, la simplification à outrance, la banalité . Sadisme que d’allécher le chaland  qui passe sur ce blog , attiré par une photo, un clip , une idée et de le laisser sur sa faim en ne donnant pas toutes les pistes pour comprendre le comment du pourquoi, la cause et la finalité d’un sujet abrégé, wikipédié, googlisé..Ah ,  les néologismes, les fautes grammaticales ou orthographiques, nouvelle version sémantique. Une faute de frappe, un acte délibéré ou à mettre sur le compte d’une  perte de la mesure cognitive interne, dans un « bug » linguistique? Les sciences de la cognition, nous dit wiki c’est : l’utilisation de la description , explication , simulation de la pensée , de tout système complexe de traitement de l’information pour acquérir, conserver et transmettre des connaissances . Un des phénomènes utilisés doit être défaillant ou inexistant dans cette liste que sont la perception, l’intelligence, le langage, le calcul, le raisonnement ou la conscience. Vouloir comprendre les origines, les intérêts, les motivations ( ce qui anime) les individus dans leur expression créative , dans leur choix de vie réelle ou virtuelle met parfois à contribution plusieurs domaines intriqués les uns dans les autres ( interdisciplinarité).L’anthropologie, la philosophie, la psychologie, la linguistique, l’informatique (ingénierie) interviennent en interface avec les neurosciences pour chercher à percer les secrets du fonctionnement de l’esprit.

Peut-on se déconnecter volontairement du flot incessant d’informations que captent les systèmes sensoriels et des représentations mentales de la mémoire implicite auxquelles elles font référence ? En d’autres termes, peut-on être libre de tout jugement, de tout acte qui  par  encodage et par stimulation répétée de ces mêmes informations créent une mémorisation inconsciente capable d’activer une réaction incontrôlée , un reflexe en réponse à un stimulus similaire ou partiel? Le personnage fictif que j’endosse au cours d’un jeu virtuel et qui me permet d’explorer, de créer, d’exprimer un autre que celui que je pense être ne porte t’il pas les traces de mon inconscient ? Les acteurs de fantasmes sadomasochistes, de mondes pixélisés domination/soumission, de jeux de guerre, de satanisme ne dévoilent-ils pas la facette d’agressivité, de refoulement de la violence ? n’y a-t-il pas le risque de voir se matérialiser dans leur vie réelle, sous une forme « réflexe », une attitude, un geste répété et engravé malgré eux dans le mystère des connexions neuronales . Laissons les spécialistes, les chercheurs de l’intelligence humaine et artificielle nous offrir des modélisations en réponse à ces questions. En attendant, les techniques de traitement et encodages de sources d’apprentissage orienté ou de manipulation des masses telles que l’ont pratiqué les dictateurs par le passé. Le contrôle des médias par les dominateurs, maitres, gurus, les nouveaux dieux de la finance, du pouvoir politique, les nababs du haut de leur pyramide jouant sur l’échiquier du monde virtuel de la monnaie, des valeurs en bourse, des gestions de conflit d’intérêt assure la fonction  de morcellement et d’atomisation de l’esprit critique, de la réflexion. Les messages subliminaux, alarmistes continuels qu’ils envoient sur l’insécurité, la précarité, la paupérisation sont autant de pratiques de bâillonnement,  d’enfermement dans l’individualisme et l’acceptation de la fatalité. Le négativisme et la dépression vous guettent, ils ont la pilule qu’il vous faut. Le positivisme, la joie de vivre , ils ont la camisole de force ou le diagnostic psychiatrique codé et nomenclaturé, le statut et le texte de loi pour vous faire quitter volontairement la réalité et vous posséder dans leur virtualité en perdant la mesure de toute chose.

IP%20image%20reduced

Visiter le fond du monde, le coté sombre, les abysses des autres qu’ils veulent paradisiaques et vouloir y trouver un sens , une spiritualité cachée est comme se confronter au mythe de la caverne de Platon: jeux des ombres projetées, vision modifiée de la vérité ou du mensonge entre l’extérieur et l’intérieur, l’altérité et le soi, le secret ou la révélation, le bien et le mal. A chacun sa version, sa perception, son langage propre, sa morale, l’évocation de ses représentations mentales par rapport à son vécu, son histoire , ses espoirs et ses désillusions. A travers le prisme des pensées, des images et des informations surgit toujours la source , l’origine : la lumière. Se poser dans l’instant , dans la contemplation, dans l’oubli momentané, dans l’illusion d’une réalité, dans le silence pour s’ouvrir vers un ailleurs, au-delà du faux monde des êtres parlants comme le fait croire notre société. Contempler et poser un dernier regard avec un sourire avant de mourir, un regard neuf et unique, c’est peut être ainsi se libérer enfin et perdre la mesure cognitive interne pour s’envoler en toute objectivité.

Quand les mains parlent et que les yeux écoutent: langage des signes.

langage-signe

Langage des signes, moyen de communication dans le monde du silence ou expression du cœur, de la prise de position , du droit à s’exprimer malgré tout.

Pech Merle

Depuis la nuit des temps les mains se dévoilent , en négatif comme sur les parois de la grotte de Pech Merle

n-JO-MEXICO-1968-large570

 ou plus récemment sur les murs en graffitis commémorant un instant fugace à Mexico (J.O 1968)mais connu du monde entier

23e5adb41722f0c7736b0b9ed9aa4aee_h

ou encore devant la Bourse de Milan.

654706

Doigt tendu, Mère Nature n’est pas en reste pour nous parler de ses droits et de nos devoirs envers elle,

3138595_f520

 Poing fermé ou doigt tendu, qui selon les pays, les cultures n’ont pas la même signification.

amour_langue_des_signes_americaine_coeur_poster-r5693f1dbd0d844b9b5e27091f868049e_a6wf8_8byvr_512

Les cornes du diable, signe de cocufiage, signe rock ou signe d’amour. Quand les mains parlent et que les yeux écoutent, malgré les différences de codification , de « langues », le message reste le même.

Un homme a été entendu au-delà de ses frontières, porteur d’un message de respect et  de paix . Journée des droits de l’homme, comme un dernier hommage à ce qui vaut bien plus d’une journée tant ils sont bafoués quotidiennement.

1031444__love-sign-language_p

Première leçon de langage des signes pour les parents désirant entrer en contact avec leur enfant sourd, c’est le mot Bonjour et le deuxième  Amour !

Twega

Reportage sur un atelier d’apprentissage du langage des signes pour mieux communiquer entre maman et bébé.